Différences entre les versions de « Mujje Tulye en Côte d'Ivoire/Alimentation et célébrations »

m
== Quels mets lors des célébrations ? ==
Les cérémonies et autres célébrations festives sont des occasions de grandes dégustations culinaires. En Côte d’Ivoire, l’un des critères de réussite d’une fête ou d’une réception (mariage, funérailles, baptême etc.) est la nourriture, tant dans sa qualité que dans sa disponibilité en quantité. C’est pourquoi ces cérémonies suscitent la mobilisation d’importantes ressources financières et humaines. La maîtresse de maison, à l’occasion d’une cérémonie de dot ou de mariage fera, par exemple, appel à ses sœurs, voisines et amies pour l’assister dans la cuisine. Ce domaine relevant encore de l'expertise des femmes, tandis que les finances étant de la responsabilité des hommes.
 
La maîtresse de maison, à l’occasion d’une cérémonie de dot ou de mariage fera, par exemple, appel à ses sœurs, voisines et amies pour l’assister dans la cuisine. Ce domaine relevant encore de l'expertise des femmes, tandis que les finances étant de la responsabilité des hommes.
Au menu, l’on s’attendra aux mets du terroir quand il s’agira de cérémonies traditionnelles (mariage, fête de générations, funérailles) alors qu'une plus grande liberté s'observe lors des fêtes populaires. L'an a affaire selon qu'elles soient chrétiennes (Noël, Pâques etc) ou musulmanes (Ramadan, Tabaski), à des variétés culinaires, qui reste néanmoins attachée à la viande de poulet chez les chrétiens et au mouton chez les musulmans.
 
Au menu, l’on s’attendra aux mets du terroir quand il s’agira de cérémonies traditionnelles (mariage, fête de générations, funérailles) alors qu'une plus grande liberté s'observe lors des fêtes populaires. L'anon a affaire selon qu'elles soient chrétiennes (Noël, Pâques etc) ou musulmanes (Ramadan, Tabaski), à des variétés culinaires, qui reste néanmoins attachée à la viandeprotéine de poulet chez les chrétiens et au mouton chez les musulmans.
=== Les plats du terroir lors des célébrations traditionnelles ===
Tout le long de l’année<ref>http://www.tourdivoire.net/dossier/quelles-sont-les-fetes-traditionnelles-en-cote-divoire/</ref>ont lieu dans différentes contrées du pays des célébrations soit  en l’honneur de divinités, ou se rattachant au cycle de la vie ou au cycle agraire<ref>http://www.missions-africaines.net/index.php?id=article&cHash=6f70..&tx_ttnews%5Btt_news%5D=194</ref>Ainsi l’igname est-elle célébrée de l’est à l’ouest entre janvier et décembre par plusieurs peuples. Elle marque le début de l'année en pays Akan, d 'Aboisso à tous les groupes du Centre en passant par Agnibilékro et Bondoukou. Chez les Abrons et les Agnis, cette cérémonie donne lieu à des manifestations grandioses avec la présence du roi et de sa cour en grand apparat. Pendant ces festivités, l’igname est consommée sous toutes ses formes cuites.
 
=== Les plats du terroir lors des célébrations traditionnelles ===
Les plats de [[w:Foutou_igname|foutou]] d’igname  et d’ [[Livre de cuisine/Akpessi igname|akpessi]] ne manquent par exemple pas chez les Agni.  Le riz, culture vivrières des bafonds du sud-ouest, est lui fêté en janvier à Grabo (dans la région de Tabou) et en décembre par la tribu Ouadie. Il y a aussi le maïs qui a sa fête en Juillet à Yesimala, dans le département de Bondoukou au nord-est du pays. A cette occasion, le Cabato sera consommé en abondance.
Tout le long de l’année<ref>http://www.tourdivoire.net/dossier/quelles-sont-les-fetes-traditionnelles-en-cote-divoire/</ref>ont lieu dans différentes contrées du pays des célébrations soit  en l’honneur de divinités, ou se rattachant au cycle de la vie ou au cycle agraire<ref>http://www.missions-africaines.net/index.php?id=article&cHash=6f70..&tx_ttnews%5Btt_news%5D=194</ref>Ainsi l’igname est-elle célébrée de l’est à l’ouest entre janvier et décembre par plusieurs peuples. Elle marque le début de l'année en pays Akan, d 'Aboisso à tous les groupes du Centre en passant par Agnibilékro et Bondoukou. Chez les Abrons et les Agnis, cette cérémonie donne lieu à des manifestations grandioses avec la présence du roi et de sa cour en grand apparat. Pendant ces festivités, l’igname est consommée sous toutes ses formes cuites. Les plats de [[w:Foutou_igname|foutou]] d’igname  et d’ [[Livre de cuisine/Akpessi igname|akpessi]] ne manquent par exemple pas chez les Agni.  
 
Le riz, culture vivrières des bafonds du sud-ouest, est lui fêté en janvier à Grabo (dans la région de Tabou) et en décembre par la tribu Ouadie. Il y a aussi le maïs qui a sa fête en Juillet à Yesimala, dans le département de Bondoukou au nord-est du pays. A cette occasion, le Cabato sera consommé en abondance. Les cérémonies traditionnelles représentent les occasions de promouvoir la culture du terroir dans un pays caractérisée par sa forte diversité culturelle et du métissage qui s'en est suivi. La cuisine n'y fait point exception. Aussi selon que vous assisterez à des funérailles en pays Attié ou à une cérémonie de mariage chez les Abouré, attendez-vous au très épicé [[Livre de cuisine/Biécôsseu|biocosseu]] ou à la sauce Gbeta à base d'huile rouge.
 
=== Les recettes à basemets de poulet lors des fêtes chrétiennes ===
 
=== Les recettes à basemets de mouton lors des fêtes musulmanes ===
 
== Les différentes fonctions accordées à la nourriture ==
68

modifications