Différences entre les versions de « Mujje Tulye en Côte d'Ivoire/Alimentation et célébrations »

texte additionel
(texte additionel)
L'igname symbolise le lien avec la terre, les ancêtres disparus. La coutume veut donc que l’on ne consomme point la nouvelle récolte d’igname avant l’accomplissement du rituel aux ancêtres. Afin d’accomplir le rite, la nouvelle igname est préparée et pillée jusqu'à obtenir le foufou, auquel l’on ajoute de l'huile rouge. Cette patte est ensuite répandue sur les chaises royales et aussi sur les outils de travail : faucille, daba, machette : C’est le début du rituel d’adoration et de reconnaissance aux ancêtres.<ref>http://www.rezoivoire.net/cotedivoire/patrimoine/64/l-ananipo-ou-fete-des-ignames.html#.VZEqzxvtmko</ref>
 
[[Fichier:Plat de foufou huile rouge.JPG|alt=|left|thumb|180x180px138x138px|Plat de Foufou]]
A [[w:Agboville|Agboville]], localité  des Abbey, un peuple du groupe Akan, la fête des ignames est aussi appelée « Djidja » et s’étend sur trois jours.
 
 Durant cette période danses et surtout mets locaux sont à l’honneur. Les femmes n’ont alors le droit de concevoir d’autre plat que le Foufou d’igname « Pkonan »<ref>L'Ananipô -ou Abidjan.netfête des Agbovilleignames /- Fête traditionnelle http: Le canton Techoffo célèbre l’igname en pays Abbey//news.abidjan.net/h/476147.html</ref>.
 
Après celaces festivités et rituels, les villageois peuvent sans aucun risque, consommer la nouvelle igname .
 
=== Un prétexte pour se retrouver ===
123

modifications