« Photographie/Personnalités/R/Marc Riboud » : différence entre les versions

(→‎Biographie : typo)
Pendant la [[Seconde Guerre mondiale]], il combat dans la [[Résistance intérieure française|Résistance]]. Après la [[Libération de la France|Libération]], il étudie à l'[[École centrale de Lyon]] de 1945 à 1948.
 
M.  Riboud commence la [[photographie]] avec l'[[appareil photographique]] ''Vest Pocket [[Kodak]]'' offert par son père. En [[1937]], il prend ses premiers clichés à l'[[Exposition spécialisée de 1937|exposition internationale « Arts et techniques dans la vie moderne »]] à [[Paris]]. Il photographie aussi les [[châteaux de la Loire]].
 
En 1951, il quitte son poste d'ingénieur dans une usine à [[Villeurbanne]] après avoir oublié de rentrer d'un congé consacré à la visite du Festival de Lyon qu'il voulait photographier. Il se lance alors dans la photographie en indépendant. En 1952, il s'installe à [[Paris]], où grâce aux relations de son frère [[Jean Riboud|Jean]], il rencontre [[Henri Cartier-Bresson]] et [[Robert Capa]], deux des créateurs de [[Magnum Photos]]. En 1953, sur l'invitation de Robert  Capa il intègre l'agence et est envoyé à [[Londres]] où il reste deux ans. Sa capacité à capter les instants éphémères de la vie, grâce à des compositions puissantes, est déjà visible et cette aptitude va lui servir dans beaucoup de ses travaux.
 
De 1955 à 1957, il voyage en [[Inde]] puis, en 1957, est l'un des premiers Européens à se rendre en [[République populaire de Chine|Chine]].
 
En 1959, Marc Riboud devient le vice-président de ''[[Magnum Photos|Magnum]]'' pour l'Europe. Il suit les événements de la décolonisation en Algérie et en Afrique noire dans les années soixante. Entre 1968 et 1969, il réalise plusieurs reportages sur le [[République démocratique du Viêt Nam|Nord-Viêt Nam]] et le [[République du Viêt Nam|Sud-Viêt NaNam]].
 
En 1979, il quitte l'agence Magnum après quatre ans au poste de Président.
0

modification