Différences entre les versions de « LaTeX/Gestion de la bibliographie »

→‎Bibliographie sans BibTeX : Explications sur les étiquettes des citations
(Typos)
(→‎Bibliographie sans BibTeX : Explications sur les étiquettes des citations)
Bon, qu'allons-nous voir maintenant ? La première chose à remarquer est que dans l'ouverture d'un environnement de bibliographie avec le mot-clé <code>thebibliography</code>, LaTeX considère tout ce qui se trouve entre le début et la fin des balises comme des données pour la bibliographie.
 
Le deuxième paramètre de l'environnement <code>thebibliography</code> (ici {9}) détermine la largeur maximale des étiquettes, et ainsi la largeur de la colonne des étiquettes. Ce qui compte ici n'est pas le chiffre 9 (on peut mettre 7 à la place par exemple), mais que c'est un seul chiffre. Ainsi on annonce à LaTeX qu'il ne va pas y avoir des étiquettes à deux chiffres. Ainsi si on a entre 10 et 99 entrés, à la place de 9 il va falloir mettre un nombre à deux chiffres (par exemple 99). Si on n'utilise pas une numérotation automatique des entrés, mais des étiquettes personnalisés, comme [Lamp94] par exemple, dans ce cas à cette endroit il va falloir mettre l'étiquette la plus large.
Le paramètre facultatif que j'ai fourni après le mot marquant le début, indique à LaTeX la taille avec laquelle l'étiquette de l'entrée sera imprimée dans l'article. Notez cependant, que ce n'est pas un paramètre littéral, mais numérique à savoir le chiffre 9 qui représente une largeur de texte. Par conséquent, j'annonce à LaTeX que j'aurai besoin uniquement d'étiquettes de référence d'une largeur d'un caractère, ce qui signifie qu'il n'y aura pas plus de neuf références au total. Si vous en voulez plus de dix, alors entrez un nombre de deux chiffres, tel que 99 qui autorise moins de 100 références.
 
Vient ensuite l'entrée de la référence proprement dite. Elle est précédée aussi de la commande <code>\bibitem{''clé_de_citation''}</code>. ''clé_de_citation'' devrait être un identificateur unique pour cette référence particulière, et est souvent une sorte de mnémonique se composant d'une suite de lettres, de chiffres et de symboles de ponctuation (mais pas de virgule). J'emploie souvent le nom de famille du premier auteur, suivi des deux derniers chiffres de l'année (par conséquent ''lamport94''). Si cet auteur a produit plus d'une référence pendant une année donnée, alors j'ajoute des lettres juste après, « a », « b », etc. Mais, vous devriez savoir mieux que moi ce qui vous convient le mieux. Tout ce qui suit la clef est la référence elle-même. Vous devez la dactylographier exactement comme vous voulez qu'elle soit présentée. J'y ai mis les différentes parties de la référence, telles que l'auteur, le titre, etc., sur différentes lignes pour la lisibilité. Ces marques de fin de ligne sont ignorées par LaTeX. J'ai voulu que le titre soit en italiques, ainsi j'ai employé la commande <code>\emph{}</code> afin de réaliser ceci.
 
Si on ne souhaite pas une numérotation automatique des entrés, on peut ajouter un paramètre optionnel à <code>\bibitem</code>, par exemple <code>\bibitem[Lamp94]{lamport94}</code>, qui va être utiliser à la place du nombre.
 
Il est très facile de citer un ouvrage donné. Il suffit de vous positionner à l'endroit où vous voulez que la citation apparaisse, et d'y placer : <code>\cite{''clé_de_citation''}</code>, où ''clé_de_citation'' est la clef de l'entrée de la référence de l'ouvrage que vous souhaitez citer. Quand LaTeX traite le document, la citation sera liée aux entrées dans la bibliographie par des références croisées et remplacée par la citation correspondant à ce nombre. De nouveau, l'avantage ici, est que LaTeX s'occupe de la numérotation pour vous. Si tout était à faire manuellement, alors ajouter ou enlever une référence serait une vraie corvée, puisque vous devriez numéroter à nouveau toutes les citations à la main.
7

modifications