Différences entre les versions de « Photographie/Techniques particulières/Photographie des œuvres d'art »

m (Page liée à une redirection)
 
 
=== Problèmes courants ===
''AÀ rédigercompléter''
 
Tampon de duplication ou masquage d'imperfections
 
Compte tenu de la nature documentaire d'une photographie d’œuvre d'art, l'image obtenue doit rester "objective" et s'approcher au mieux de l'objet photographié. Il faut donc éviter les retouches qui modifient l'apparence réelle de l’œuvre. C'est aussi vrai dans le cas d’œuvres tridimensionnelles ou représentant une ou des œuvres dans un contexte (une installation ou des tableaux dans une galerie par exemple).
 
Il peut en effet être tentant parfois de corriger une imperfection ou un détail gênant faisant partie de l’œuvre, notamment lorsque l'artiste fait lui-même la prise de vue pour son propre portfolio. Il est évidemment préférable de résister à cette tentation par souci de fidélité avec l’œuvre photographiée. Il peut parfois s'agir aussi de modifications à l'image comme telle afin de mettre en valeur l’œuvre dans un contexte chargé de parasites visuels (œuvre dans le contexte d'une exposition de groupe ou présentée dans l'espace public par exemple) mais ce type de problème devrait plutôt être évité dès la prise de vue en choisissant une focale appropriée, un éclairage particulier, une plus faible profondeur de champ ou un angle qui permet de minimiser d'éventuels parasites visuels du cadrage.
 
Le seul type de retouches que l'on pourrait considérer comme acceptable dans le cas d'une photographie d’œuvre d'art serait le retrait d'une imperfection sur le mur adjacent à un tableau ou un débris laissé au sol si celui-ci est gênant mais seulement si la retouche est mineure, qu'elle est au final parfaitement invisible et qu'elle ne dénature en rien l'apparence réelle de l’œuvre comme telle.
 
 
Déformations
 
Il peut arriver parfois qu'un tableau ne soit pas parfaitement droit en raison d'un décentrement de l'objectif par rapport au plan du tableau. Les côtés de celui-çi ne sont alors pas tout à fait parrallèles ou le tableau peut prendre une forme légèrement trapézoïdale. Il est bien sûr possible de corriger ce type d'erreur dans un logiciel de traitement de l'image mais l'opération reste délicate et risque de déformer l’œuvre ou de changer les proportions de celle-ci. Les corrections de perspective en post-traitement (dans Photoshop ou autre logiciel) réduisent aussi la qualité de l'image puisque la correction nécessite généralement l'interpolation d'une partie des pixels de l'image ce qui en dégrade toujours la qualité.
Il est donc aussi préférable de prévenir les problèmes de perspective dès la prise de vue, tel qu'indiqué plus haut. Il faut s'assurer de bien positionner l'appareil afin que le plan film soit parallèle à l’œuvre et que l'objectif soit bien centré avec celle-ci.
 
=== Logiciels ===
1

modification