Différences entre les versions de « Goélette Cardabela/Après »

petites corrections
(petites corrections)
'''L'entretien d'un navire, quel qu'il soit, est une préoccupation constante.''' <br />
On peut limiter cet entretien par une mise à terre à condition d'avoir nettoyé et vidangé tout ce qui pourrait se détériorer, en particulier l'eau stagnante dans le moteur et les réservoirs.<br />
 
<u>'''À l'intérieur :'''</u>
*Le désalinisateur doit être impérativement nettoyé et rincé après chaque saison et utilisé quasiment chaque jour après sa mise en service.<br />
<u>'''À l'extérieur :'''</u>
*La coque doit être carénée chaque année avant l'été, et en permanence sous les tropiques.
*Le pont doit être impérativement nettoyé de sesdes moisissures qui le noircissent.
== Entretien du moteur.==
:Il est impératif de se conformer aux recommandations d'entretien du moteur. ''Effectuer les vidanges régulièrement et renouveler l'huile conformément aux indications du constructeur.''
:Avant tout démarrage :
#Vérifier qu'il n'y a pas de trace d'huile sous le moteur et sous l'inverseur. Dans le cas contraire vérifier les niveaux d'huile et nettoyer sous le moteur.
#Vérifier l'aspect général : corrosion, fuites d'eau sur l'échappement et sur le circuit de refroidissement interne, notamment les connexions au chauffe -eau, arbre d'hélice et sortie d'étambot, etc.
#Vérifier le niveau de carburant !
#Vérifier l'état de charge de la batterie de démarrage au voltmètre, ou à l'indicateur qui devrait être vert.
#Démarrer le moteur : Normalementnormalement les vannes sont ouvertes pour éviter les [[w:Corrosion|corrosions]] par défaut d'oxydant<ref>[[w:Pitting]]</ref><ref>[[w:Passivation]]</ref> ainsi que des dépôts calcaires. Toutefois on ne jettera pas la pierre aux capitaines qui préfèrent fermer les vannes, mais dans ce cas il est encore plus impérieuximpératif de respecter les temps de maintenance.
##Faire tourner en régime lent pendant 5 minutes,
##Enclencher franchement l'inverseur en marche avant et augmenter le régime moteur sous la limite d'enclenchement du turbo <ref name=Moteur> VOLVO D2-75 Enclenchement du turbo autour de 16001&nbsp;600 tours/min></ref>(13001&nbsp;300 à 14001&nbsp;400 tr/min, si équipé d'un turbo). Laisser chauffer le corps du moteur pendant 15 minutes.
##Augmenter le régime pour le faire tourner, '''au plus à son régime de croisière''' <ref name=Moteur> </ref>(1700 à 2200 tr/min selon l'hélice) pendant 5 minutes.
##Augmenter le régime à son maximum pendant une trentaine de secondes puis ralentir doucement jusqu'au minimum. Débrayer l'inverseur.
##Laisser tourner quelques minutes pour rééquilibrer les températures du corps moteur (5 minutes minimum au ralenti).
##Arrêter le moteur ; Noternoter l'heure moteur dans le cahier de bord. Couper la batterie de démarrage moteur. ''(Refermer les vannes s'il y a lieu !)''
:*'''Entretien annuel :'''
 
=== À sec ===
: A sec s'entend hors d'eau, au carénage ou en hivernage.
:<u>'''Au carénage :'''</u>
:*'''Contrôler et graisser le presse étoupe de l'étambot'''. Vérifier, resserrer les boulons de l'accouplement.
 
== Entretien des batteries. ==
:Les batteries automobiles (dites batteries de démarrage) sont prévues pour fonctionner de 4 à 6 ans. Elles sont fortement mises à l'épreuve par des courants importants de plusieurs centaines d’ampères au démarrage des moteurs. Elles sont nettement plus vulnérables que les batteries de service qui peuvent avoir des durées de vie deux fois plus longues (de 8 à 12 ans, voire plus). Il faut constamment surveiller la tension aux bornes de ces batteries. Il est rare que l'on ait à vérifier l'acidité des batteries actuelles (2011) ; on a souvent un petit indicateur :, vert pour une bonne acidité et qui devient progressivement rouge lorsque la batterie est hors d'usage. Une batterie complètement déchargée à 10 Voltsvolts peut être considérée comme « morte ».
:[[w:File:Batterie au plomb|Tout savoir sur la batterie au plomb]]
 
== Entretien du désalinisateur. ==
[[Fichier:Entretien des dessalininateurs.pdf|thumb|100px|Entretien des désalinisateurs par l'exemple.]]
:Les désalinisateurs sont chers à l'achat et à entretenirl'entretien.
:L'entretien manuel des désallinisateurs est assez complexe. Il existe maintenant des systèmes complètement automatisés.
:Les produits d'entretien restent chers.
 
:'''La notice en exemple a été traduite de l'américain.'''
::Cette notice permet de réfléchir surà l'utilité de monter un tel appareil très coûteux en énergie, cependant on peut en avoir un besoin absolu à bord.
 
== Entretien du pont. ==
=== Entretien du liège. ===
[[File:Entretien-du-liège.jpg|thumb|left|Entretien à l'eau sous pression]]
:Le liège se nettoie avec un petit projeteur d'eau sous pression et éventuellement à la ponceuse (grain 80). Le projecteur d'eau doit avoir une pression juste suffisante pour éviter d'arracher les particules de liège. Il faut ensuite nourrir ce liège avec un produit très fluide et pénétrant ou le nourrir légèrement avec de l'huile. N'importe quelle huile peut convenir; on utilise souvent l'huile de lin. Il faut éviter de saturer ce liège pour en conserver sa qualité anti-dérappantedérapante.
=== Entretien des vernis. ===
:Il faut prévoir une couche de vernis par an. À la construction, mieux vaut prévoir une base de huit couches de vernis marin. Les années suivantes il faut envisager de passer autant de couches que d'années écoulées depuis la dernière couche. On peut faire chauffer certaines huiles et vernis pour en améliorer laleur fluidité et faciliter laleur pénétration dans les bois tendres ou poreux (Iroko). Il faut toujours attendre une hygrométrie faible avant d'appliquer les vernis.<br />
On préfère parfois utiliser une lasure.
=== Entretien des peintures. ===
== Entretien des espars ==
=== Les rivets ===
Les espars sont généralement en aluminium anodisé. Les rivets pop ne font pas toujours bon ménage avec le mélange [[acier inoxinoxydable]] et aluminium. <br />
Il est recommandé de tremper les rivets dans un vernis avant de leles poser; mais ça ne tient qu'un "certain temps".
:On choisit souvent les rivets aluminium par souci d'économie.
:Les rivets en alliage cupro-nickel sont parfois recommandés.
 
Le [[w:Suif|suif]] de plombier, ou le suif traité pour les machines-outils et dépourvu d'humidité, reste le meilleur protecteur contre la corrosion en dehors des parties immergées (haubans inox). <br />
C'est un excellent [[w:Lubrifiant|lubrifiant]] pour tout ce qui coulisse (embouts de tangons) et frotte (sur le bois, les cales de lancement).
 
Des tentatives de protection de parties immergées ont été essayées, ''notamment sur les hélices''. <br />
La couche de protection existe bien, mais la végétation prolifère ; Ilil est facile de nettoyer l'hélice une première fois avec une spatule en bois dur et un tampon inox, ... la deuxième fois ... c'est plus difficile !
 
== Entretien des voiles ==
Il y a les '''maniaques''', les '''amateurs de régates''' et les '''navigateurs au long cours'''.
 
:Quels qu'ils soient, il estse nécessairedoivent de bien protéger les voiles contre les brûlures du soleil.
:''De nos jours on laisse les voiles en place avec des tauds de protection :'' <br />
::''Génois sur enrouleur avec bordure de chute protectrice,''
*Les '''maniaques''' achèteront les produits de blanchiment chez le voilier ou chez le ship du coin.
 
*Les '''régatiers''' prendront grand soin de leurs voiles en évitant de les plier sur des sols abrasifs.
 
*Les autres, (nous ?) feront comme les '''navigateurs au long cours''', ils se contenteront, si nécessaire (pluie brunâtre), de rincer et sécher les voiles. <br />
:''Le sel ne peut être néfaste que s'il se cristallise et s'il y a frottement.''