« L'économie de la téléphonie/Histoire du téléphone en France » : différence entre les versions

m
imported>Bb98
m (→‎Entre 1900 et 1950 : coquille)
* Fin des années 1970 : Le téléphone devient entièrement automatique en France.
 
* 25 octobre 1985 à 23 heures : Louis Mexandeau, Ministre des PTT, lance au central téléphonique « Murat » à Paris la '''numérotation téléphonique française à huit chiffres''' (contre six chiffres auparavant en province, et sept chiffres en Île-de-France et quelques grosses agglomérations).
 
* 2 juillet 1990 : loi supprimant le ministère des PTT et créant, à compter du {{1er}} janvier 1991, deux exploitants publics : La Poste et France-Télécom.
 
* 18 octobre 1996 à 23h00 : François Fillon, Ministre délégué chargé de La Poste et des Télécommunications, lance au central téléphonique « Murat » à Paris la '''numérotation téléphonique française actuelle à dix chiffres'''. Ce numéro à 10 chiffres permettant d’accueillir mathématiquement cinq fois plus d’abonnés, car les deux premiers chiffres découpent la France métropolitaine en cinq zones, de 01 à 05. Le 19 est remplacé par le 00 pour joindre l'international. Pour laisser un temps d’adaptation, il fut possible pendant quelque temps de continuer à composer des numéros à 8 chiffres. [[Image:Indicatifs téléphonique France métropolitaine.png|thumb|Indicatifs téléphonique de la France métropolitaine.]]
 
* {{1er}} octobre 1998 : fin du monopole de France-Télécom, avec l'ouverture au public du « 7 » de Cegetel, en concurrence avec le « 8 » de France-Télécom. Le 0 est utilisé pour obtenir l'opérateur par défaut ; il devient possible quelques années plus tard d’utiliser Cegetel ou d'autres comme opérateur par défaut (la pré-sélection). On passe alors par Cegetel en composant le 0.<br/>En 1998, la minute de communication locale coûte 23 centimes de francs hors taxes<ref>http://www.senat.fr/questions/base/1997/qSEQ971204638.html</ref>.
2

modifications