« Climat et écocitoyens/Boisement » : différence entre les versions

Aucun résumé des modifications
 
== Domaines d'actions possibles ==
De nombreux reboisements par plantations ont été effectués dans le monde :
* pour restaurer des stocks de bois d'œuvre (c'est par exemple l'origine de la [[w:Forêt de Tronçais]], décidée par [[w:Jean-Baptiste Colbert|Colbert]])
* pour stabiliser des sols [[w:érosion|érodés]] par des activités minières ou par la [[w:déforestation]] (c'est par exemple le cas de la reforestation du [[w:Mont Aigoual]] en France au {{XIXe siècle}} ; première opération rationnelle entamée sur les bases scientifiques de l'époque, suite à des séries d'inondations catastrophiques et des apports de sédiments qui ont dégradé les rivières et presque comblé le port de [[w:Bordeaux]])
* pour stabiliser des sols pollués (sur friches industrielles) ou en pentes ([[w:terril]]s, flancs et bordures de [[w:Carrière (géologie)|carrière]]s), ou après la [[w:Première Guerre mondiale]] sur les sols de la [[w:zone rouge (séquelles de guerre)]]. C'est par exemple l'origine de la [[w:Forêt de Verdun]] ou de la [[w:Forêt de Vimy]], [[w:forêts de guerre]] artificiellement plantées lors de la [[w:reconstruction]] sur des champs antérieurement cultivés, voire sur d'anciens villages totalement détruits par les combats et pollués par les nombreux cadavres, débris et restes de [[w:toxicité des munitions|munitions]].
* en tant que « [[w:forêt de protection]] », par exemple ;
** sur des périmètres de captage d'eau potable ou de [[w:champ captant]]
** en tant que [[w:réserve naturelle]], [[w:arboretum]]s, [[w:Espace vert|parcs urbains]] boisés
** sur des zones sensibles aux [[w:tremblements de terre]] (forêts de protection au [[w:Japon]], restaurées notamment par [[w:Akira Miyawaki]])
** sur des zones à risque de type [[w:glissement de terrain]], [[w:coulée de boue]] et/ou [[w:avalanche]]s. Ces forêts ou boisements peuvent protéger des villes, des installations industrielles, zones d'activité, etc.