« Climat et écocitoyens/Avant-propos » : différence entre les versions

compl
(→‎Bibliographie : compl)
(compl)
Nous pensons aussi qu'il peut être un outil d'aide et conseil efficace pour des actions plus efficientes et utiles.
 
Et pourquoi pas mieux valoriser l'intelligence collective et citoyenne<ref>Hansotte M. (2005). ''Les intelligences citoyennes. Comment se prend et s’invente la parole collective''. Bruxelles : De Boeck, 236 p.</ref> et inspirer d'autres formes d'actions et de participation éco-citoyennes<ref>Fortin-Debart C. & Girault Y. (2008). ''Éducation à l’environnement et participation citoyenne''. Apports théoriques et pratiques. Actes du colloque Ethique et éducation à l’environnement, Université de la Rochelle, 7 et 8 avril 2008</ref>, par exemple dans le cadre de la ''transformation écologique et sociale'' et de nouvelles formes de prise en compte et de restauration du bien commun que constitue l'environnement ?
 
== Climat et écocitoyenneté ==
Alors que le consensus scientifiques se fait de plus en plus fort sur l'imminence de problèmes climatiques graves pour la planète, les [[w:fr:enjeu|enjeux]] locaux et globaux liés aux [[w:fr:Dérèglement climatique|dérèglement climatique]], parallèlement aux enjeux en matière de [[w:fr:Biodiversité|biodiversité]] (dans le même contexte de changements globaux<ref>Barbault R. & Chevassus-au-Louis B. (eds) (2004). ''Biodiversity and Global Change''. Ministère des affaires étrangères, ADPF, 237 p.</ref>), deviennent de plus en plus important aux yeux des gouvernants, des [[w:fr:Collectivité|collectivité]]s, des assureurs, des entreprises mais aussi des [[w:fr:Citoyen|citoyen]]s. En France ces citoyens sont d’ailleurs engagés à agir puisque l'article 8 de la [[w:fr:Charte de l'environnement|Charte de l'environnement]] (adossée à la [[w:fr:Constitution française|constitution]]) stipule que ''{{Citation|L'éducation et la formation à l'environnement doivent contribuer à l'exercice des [[droits et devoirs]] définis par la présente Charte}}'' respectivement par son article 1 qui stipule que ''{{Citation|Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé}}'' et par son article 2 qui stipule que ''{{Citation|Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l'amélioration de l'environnement}}'' <ref>Conseil constitutionnel, ''[http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/charte-de-l-environnement-de-2004.5078.html Charte de l'environnement]'', 2004</ref>.
La bonne compréhension des problèmes passe aussi par la culture scientifique<ref>Irwin A. (2001). ''Constructing the scientific citizen : science and democracy in the biosciences''. Public Understanding of Science, 10, pp. 1-18</ref>.
 
Sur toute la [[w:fr: Planète terre|planète]], de nombreuses actions éco-citoyennes voientt le jour. Elles ont plusieurs objectifs communs, et s'organisent autour d'un [[Consensus|consensus] qui implique bien plus qu'une simple [[w:fr:Lutte contre le changement climatique|lutte contre le changement climatique]].
 
== Prise en compte du contexte==
La motivation citoyenne, liée à la prise de conscience peut varier selon les contextes. Les populations littorales seront dans un premiers temps peut-être plus sensible aux problèmes de montée de la mer, de risque d'invasion marine et de régression du trait de côte, alors qu'en montagne, on sera peut être plus directement sensible au recul des glaciers et de l'enneigement et aux risques d'érosion. En zone sèche, les risques de sécheresse ou d'incendies de forêts primeront alors qu'en zone humide, les inondations, maladies émergentes ou espèces invasives seront plus au centre des préoccupations.
<br />Néanmoins, la perspective climatique permet de prendre conscience que ce ne sont là que les manifestations d'un même problème, qui nécessite des approches globales de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, de prospective, mais aussi des approches locales de changement de comportement et d'adaptation, qui sont elles en grande partie du ressort des citoyens<ref>Girault Y., Quertier E.,Fortin Debart C., Maris V (2008) L''’[http://www.refere.uqam.ca/pdf/articles/Girault_Yves_2008.01.pdf éducation relative à l’environnement dans une perspective sociale d’écocitoyenneté]. Réflexion autour de l’enseignement de la biodiversité''. In Gardiès A., Fabre I ;, Ducamp C., Albe V. (EDS) ''Education à l’information et éducation aux sciences : quelles formes scolaires ?'' Rencontres Toulouse Educagro, Enfa. pp 87-120, 2008</ref>.
 
===Le cas des jeunes citoyens===
Enfants et adolescents peuvent être sensibilisés et agir pour le climat dans différents contexte (de leur propre initiative, dans le contexte familial, scolaire (maternelle, collège, lycée...<ref>Crémieux C. (1998). ''La citoyenneté à l’école''. Paris : Syros, 201 p.</ref>), en vacance et notamment via des projets éducatifs, ou encore dans le cadre d'un [[w:fr:Agenda 21|agenda 21]] de collège ou lycée, etc.), via l'[[w:fr:éducation à l'environnement|éducation à l'environnement]] notamment (en classe, ou via des ''« club-nats »'' ou diverses activités associatives), ou pourquoi pas dans le cadre de la rénovation urbaine<ref>Donzelot J. & Epstein R. (2006). ''Démocratie et participation : l’exemple de la rénovation urbaine.'' Esprit, 326, pp. 5-34</ref>, qui pourrait par exemple mieux prendre en compte les questions d'[[îlots de chaleur urbaine]] et d'[[w:fr:Adaptation au changement climatique|adaptation au changement climatique]].
 
Ils peuvent acquérir de l'information via les médias et en particulier à partir d'ouvrages documentaires pour la jeunesse ou des jeux leur proposant de devenir, à leur échelle, et selon leurs moyens individuels, collectifs ou collaboratifs, des ''{{Citation|apprenti écologiste, sauveur de la planète}}'', en s'intéressant aux notions de [[w:fr:responsabilité sociale|responsabilité sociale]] et de [[w:fr:responsabilité environnementale|responsabilité environnementale]], individuelles et collectives<ref name=Kovacs2012>S Kovacs, Engager et enrôler les jeunes dans la lutte contre le changement climatique : le documentaire jeunesse et l'attitude des collégiens d'aujourd'hui - Communication & langages 01 June 2012 2012: 69-81 - Necplus ; DOI: 10.4074/S0336150012002050 ([http://www.necplus.eu/action/displayAbstract?fromPage=online&aid=2443336&fulltextType=RA&fileId=S0336150012002050 résumé])</ref>.
<br />Les enfants, parents et enseignants doivent composer avec des informations parfois génératrices de doute, d'émotion voire de culpabilité ou d'angoisse si elles ne sont pas associées à des espoirs et possibilité d'agir pour améliorer la situation<ref name=Kovacs2012/>.
 
Les collectivités via les ''plans climat locaux'' peuvent également offrir des cadres de cohérence.
 
Le champs de travail peut être ouvert par la [[w:fr:coopération décentralisée|coopération décentralisée]] notamment avec des zones déjà très impactées par le dérèglement climatique (sahel par exemple)
 
L'accompagnement et la formation des enseignants<ref>Girault Y., Lange J-M., Fortin-Debart C., Delalande Simonneaux L. & Lebeaume J. (2007). La formation des enseignants dans le cadre de l’éducation à l’environnement pour un développement durable : problèmes didactiques. Éducation Relative à l’Environnement : Regards, Recherches, Réflexions, 6, pp. 119-136.</ref> concernant l'interface écocitoyenneté-climat ou les interfaces sciences du climat-écocitoyenneté<ref>Girault Y. & Sauvé L. (2008). ''Éducation scientifique, éducation à l’environnement et éducation au développement durable : croisements, enjeux et mouvances.'' In Girault Y. & Sauvé L. (dir.) L’éducation à l’environnement ou au développement durable : quels enjeux pour l’éducation scientifique ? Aster, 46, pp.7-30</ref> est une autre perspective de développement.
 
==Un cadre éthique et clair ==
L'éthique est une composante essentielle de l'écocitoyenneté<ref>Taylor P. W. (1981). ''The ethics of respect of nature''. Environmental Ethics, 3 (3), pp. 197-218</ref>
Un cadre démocratiquement<ref>Mothé D. (2006). ''La grande démocratie et la petite démocratie''. Esprit, 326, pp. 34-53.</ref> co-construit<ref>Audigier F. (2005). ''L’éducation à la citoyenneté démocratique : défis et perspectives. De quelques appuis solides et de débats nécessaires''. Parlement de la communauté française de Belgique, Année européenne de la citoyenneté par l’éducation, 13 septembre 2005.</ref> et parfaitement clair en matière d'[[w:fr:éthique environnementale|éthique environnementale|éthique environnementale]]<ref>Attfield, R. (1983). ''The Ethics of Environmental Concern''. Oxford : Basil Blackwell, 249 p.</ref>, discuté par les écocitoyens ou produite par eux est utile et même nécessaire, notamment quand les actions impliquent des enfants, pour éviter le [[w:fr:Greenwashing|greenwashing]] ou d'autres types de manipulations <ref>AH LE CORNEC UBERTINI (2007), ''L'éco-citoyenneté au risque de la manipulation'' - Recherches en communication, 2007 - sites.uclouvain.be.</ref>. C'est l'occasion pour les enfants et participants d’exercer leur sens critique face à un vocabulaire jouant parfois sur les confusions à la fois sémantiques et institutionnelles (Girault et al. 2007, Girault & Sauvé, 2008) dans le domaien du [[w:fr:Développement durable|développement durable]] comme [[w:fr:Projet éducatif|projet éducatif]].
 
(En construction)
<br />Le mécénat, le mécénat de compétence, l'accompagnement par des retraités sont d'autres formes possibles d'aides.
(En construction)
 
==Retours d'expérience==
il est utile de partager les bonnes pratiques<ref>Sauvé L., Berryman T. & Brunelle R. (2007). ''Three Decades of International Guidelines for Environment Related Education : A Critical Hermeneutic of the UN Discourse''. The Canadian Journal of Environmental Education, 12, pp. 33-55.</ref>, d'analyser ce qui a déjà été fait, par soi ou par d'autres, et de faire partager les évaluations existantes<ref>Liarakou G. & Flogaitis E. (2001). ''Quelle évaluation pour quelle éducation relative à l’environnement''. Éducation relative à l’Environnement, regards, recherches, réflexions, 2, pp. 13-29.</ref> <ref>Robottom I. & Hart P. (1993). ''Research in environmental Education.'' Deaking (Australie) : Deaking University Press, 36 p.</ref>, c'est une des perspectives des [[w:fr:Travail collaboratif|approches collaboratives]], favorables à l'amélioration continue, et l'efficience <ref>Bonhoure G. & Hagnerelle M. (2003). ''L’éducation relative à l’environnement et au développement durable. Un état des lieux. Des perspectives et des propositions pour un plan d’action.'' Rapport à Monsieur le ministre de la jeunesse, de l’Éducation nationale et de la recherche, Monsieur le ministre délégué à l’enseignement scolaire</ref>.
 
== Voir aussi ==
* MP Ndiaye ''[Vers une casuistique de la mobilisation citoyenne : l'exemple du Plan climat de la Communauté urbaine de Bordeaux]'' - Organisations, performativité et engagement - crpcm.uqam.ca
* AH LE CORNEC UBERTINI (2007), ''L'éco-citoyenneté au risque de la manipulation'' - Recherches en communication, 2007 - sites.uclouvain.be
* Tessèdre A., Couvet D & Weber J. (2005). ''Le pari de la réconciliation''. In Barbault R. & Chevassusau-Louis B. (eds) ''Biodiversité et changements globaux. Enjeux de société et défi pour la recherche''. Ministère des affaires étrangères, ADPF, pp. 180-187.
 
=== Références ===
944

modifications