« Cynologie/Maladie de Lyme » : différence entre les versions

(→‎Soins en cas de morsure de tique : correction de la méthode d'extraction rapide dune tique)
imported>LaMerguez
* '''Perturbation de [[dynamique des populations|dynamiques des populations faunistiques]]''' et des [[équilibres sylvocynégétiques]]; C'est le cas en Europe et aux États-Unis avec l'[[agrainage]] du gibier, et localement avec des [[cultures cynégétiques]]. Ces deux situations causent en effet - surtout en l'absence de prédateurs sauvages - de rapides augmentation de la densité des populations de [[sanglier]]s, [[cerf]]s ou [[chevreuil]]s et parfois de [[souris]], [[mulot]]s et [[campagnol]]s, tous étant des hôtes idéals pour les tiques. Les phénomènes de promiscuité associés à ces pullulations non-naturelles sont très favorables aux zoonoses et à leur diffusion ;
* '''Régression de prédateurs occasionnels et [[parasitoïde]]s des tiques''' : [[lézard]]s, [[triton (amphibien)|tritons]], [[salamandre (amphibien)|salamandres]], jeunes [[grenouille]]s et jeunes [[crapaud]]s, avant qu'ils ne recherchent des proies plus grandes, ou peut-être de certains invertébrés prédateurs des sols forestiers ou vivant dans le bois mort. Ces espèces ont effectivement souvent fortement régressé dans les milieux où les tiques pullulent maintenant ; <br />Suite à la généralisation de l'usage d'insecticides, de nombreux insectes parasitoïdes ont disparu de tout ou partie de leur [[aire de répartition]] ou y ont beaucoup régressé. Une régression des parasites naturels des tiques (exemple : ''[[Ixodiphagus hookeri]]'' dont le nom latin signifie « ''mangeur de tiques'' ») pourrait ainsi peut-être aussi être en cause. Ces espèces qui pouvaient contribuer à en contrôler les populations ne semble plus pouvoir le faire ;
* '''Autres raisons''' : Il semble en exister, encore mal comprises, avec par exemple des augmentations du nombre et/ou une circulation accrue des rongeurs (également favorisés par l'agrainage du gibier et/ou disparition de leurs prédateurs) ; <br />- Des facteurs comportementaux : ainsi en [[Israël]], les borrélioses diminuent dans la population civile, mais augmentent chez les militaires qui y sont plus exposés lors des exercices au sol (ramper sur le sol, dormir par terre sont des facteurs de risque) ; <br />- Le contexte de [[guerre]] et de [[guerre civile]] pourrait aussi favoriser ce type de zoonoses ; ainsi en [[Serbie]], peu après le début des guerres dites [[Guerres de Yougoslavie]], on a constaté une forte augmentation des cas de borrélioses de Lyme et de [[trichinellose]]<ref name=SerbieGuerreForet/>. Le nombre de cas est resté plus élevé (plus ou moins selon les années) durant la période 1990–2000<ref name=SerbieGuerreForet/>. On a à cette occasion constaté que les augmentations de trichinellose ont toujours précédé d'un an ou deux celles des borrélioses<ref name=SerbieGuerreForet/>. <br />- La [[mondialisation]], le commerce et le tourisme internationaux jouent également un rôle majeur dans le phénomène d'émergence des maladies vectorielles (par diffusion géographique de parasites) ; <br />- L'affaiblissement généralisé du système immunitaire dans une grande partie de la population, en raison des [[carences nutritionnelles]], de la pollution diffuse de l'environnement et des polluants absorbés (mercure, métaux lourds, pesticides etc. susceptibles d'affecter l'immunité)<ref>http://ouvertures.net/portail/l_id.asp?doc_id=607</ref>{{refconf}}, pourrait expliquer pourquoi la maladie n'est pas enrayée dès le premier stade de son développement, et s'installe dans les organismes où elle ne rencontre plus de résistance.
 
== Agents, hôtes et vecteurs ==
Utilisateur anonyme