« Cynologie/Maladie de Lyme » : différence entre les versions

→‎Le problème du déni de la maladie : compl sourcé sur besoin de sensibiliser les médecins en zone de faible endémie
(→‎Le problème du déni de la maladie : compl sourcé sur besoin de sensibiliser les médecins en zone de faible endémie)
En effet, le « Consensus de 2006 » des infectiologues français<ref name="spilf2006"> {{pdf}} {{16e}} conférence de consensus en thérapeutique anti-infectieuse [http://www.infectiologie.com/site/medias/_documents/consensus/2006-lyme-long.pdf Borréliose de Lyme : démarche diagnostique, thérapeutique et préventive], 2006, Paris.</ref>, suivant les ''{{Lang|en|Guidelines}}'' de l'IDSA<ref name="idsa"> {{en}}les ''Guidelines'' de [http://www.idsociety.org/Index.aspx l'IDSA].</ref>, n'accepte pas la chronicité et ne prend pas en compte les malades ne relevant pas de critères diagnostiques spécifiques, bien trop restrictifs selon l'ILADS<ref name="webILADS"> [http://www.ilads.org/index.html Site Internet de l'ILADS].</ref>. De ce fait, en France, les malades sont rejetés de médecins en experts, d’hôpitaux en centres infectieux et trouvent très peu souvent des praticiens acceptant de les suivre malgré tous les obstacles de traitements peu adaptés faute de recherches.<br />
La controverse depuis plusieurs années divise les experts de l'IDSA et les médecins chercheurs de l'ILADS alors que des enjeux de pouvoirs et des conflits d'intérêts qui gangrènent l'IDSA sont peu à peu révélés par des associations (en Allemagne, la BBD, ''{{Lang|de|Borreliose Bund Deutschland}}''<ref name="confBBD"> [http://www.reseauborreliose.fr/index.php/post/2011/11/20/Conférence-de-presse-20112 Conférence de presse au sujet de la BBD].</ref>, aux États-Unis, l'association ''{{Lang|en|LymeDisease}}''<ref name="webLD"> {{en}}[http://www.lymedisease.org/ Site Internet de l'association américaine LymeDisease].</ref>), et surtout, au début de l'année 2012, le scandale du déni éclate à la parution de l'ouvrage d'un des membres fondateurs de l'IDSA, le {{Dr}} Waisbren<ref name="webWaisbren"> [http://www.waisbrenclinic.com/ Site Internet du cabinet médical du {{Dr}} Waisbren].</ref> : ''Le traitement de la maladie de Lyme chronique. 51 études de cas.'' dont les thèses sont décrites dans l'article du RBLF<ref>[http://www.reseauborreliose.fr RBLF-cimt], le Réseau Borréliose de Lyme, se positionne comme le site français dénonçant le déni de la maladie en France. Ses rédacteurs forment une communauté qui s'est attelée depuis 2011 à construire les éléments de défense pour dévoiler les problématiques et pour obtenir des pouvoirs publics sa reconnaissance.</ref> : un des fondateurs de l'IDSA défend la chronicité du Lyme et met en cause cette institution référente<ref>[http://www.reseauborreliose.fr/index.php/post/2012/01/23/Un-membre-de-l-IDSA-défend-la-chronicité-du-Lyme Un des fondateurs de l'IDSA défend la chronicité du Lyme et met en cause cette institution référente]</ref>.<br />
Si l'avenir des malades chroniques reste incertain à plus d'un titre, du côté des sérologies où rien ne semble porter un espoir de meilleur repérage, comme sur le plan politique où les mesures de prévention ne sont même pas mises en place, cependant quelques interventions remarquables de chercheurs et médecins français ouvrent de nouveaux horizons: les travaux du groupe chronimed<ref>[http://chonimed.over-blog.com/ chronimed], Groupe de recherche et d'échanges sur les infections froides dont on consultera le blog. On retrouvera le {{Dr}} Raymond, un des médecins du groupe dans un article du RBLF: [http://www.reseauborreliose.fr/index.php/post/2012/03/14/Autisme%2C-lyme-et-co-infections Autisme, Lyme et co-infections].</ref> épaulés par les recherches du professeur Montagnier sont remarqués au début de l'année 2012<ref>Le professeur Montagnier, prix Nobel 2008 de médecine, pour qui la pandémie est à prendre très au sérieux : [http://www.reseauborreliose.fr/index.php/post/2012/03/19/Le-prof.-Montagnier-sur-les-ondes-%3A-les-infections-bactériennes-et-Borrelia Infections bactériennes et Borrelia].</ref>. Enfin, dans les zones de faible endémie, les médecins peuvent encore méconnaitre la maladie et certains de ses symptômes<ref>Henry B, Crabtree A, Roth D, Blackman D, Morshed M., ''Lyme disease: knowledge, beliefs, and practices of physicians in a low-endemic area.'' ; 2012 May; 58(5):e289-95 ([http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22734172 résumé]) </ref>.
 
== Prévention, précautions ==
944

modifications