« Livre de cuisine/Fugu » : différence entre les versions

aucun résumé des modifications
m (Révocation des modifications de 109.212.6.232 (retour à la dernière version de SmokaZ))
Aucun résumé des modifications
 
Au [[Japon]], seuls les cuisiniers disposant d'une licence accordée par l'État sont autorisés à préparer ce plat considéré comme très raffiné. Un occidental pourra le trouver un peu fade, mais la texture particulière, la rareté du mets et le folklore lié à sa préparation font de sa dégustation un évènement singulier. Il se sert en [[sashimi]] (coupé en tranches fines, on peut voir la vaisselle à travers le poisson) et en [[Nabe (cuisine)|nabe]] (une sorte de fondue). Pour en retirer la toxine, il leur faut enlever notamment le foie, les intestins et les gonades.
Les Polynésiens préparent le Fugu, dans l'archipel des Tuamutu, c'est une tradition qui se transmet de generationgénération en generationgénération.
Depuis quelques décennies, le fugu colonise, avec d’autres espèces végétales et animales, la Méditerranée orientale<ref>Véronique Nizon, Georges Pinol, René Heuzel, Jérémy Simonnot et Erwan Brouillard, ''Méditerranée : une mer tropicale ?'', reportage, France 3-Thalassa, diffusé le 21 décembre 2007</ref>.
 
Utilisateur anonyme