Différences entre versions de « Photographie/Techniques scientifiques/Astrophotographie »

Photographier les éclipses de Soleil n'est pas aussi facile que photographier les éclipses de Lune. Pour obtenir des résultats satisfaisants, il faut des équipements spéciaux, une bonne planification... et un peu de chance !
 
La plus importante difficulté tient au fait que vous photographiez le Soleil lui-même. Comme on nous l'a toujours enseigné, il ne faut jamais regarder directement le Soleil car son rayonnement peut endommager nos yeux ; la même précaution s'impose en photographie, sous peine d'endommager également le capteur ou le film. Il faut donc toujours pratiquer ce type de photographie en utilisant un filtre approprié. Les viseurs n'offrent aucune protection et les objectifs, qui focalisent la lumière, apportent un danger supplémentaire par rapport à la vision à l’œil nu. Si vous utilisez l'écran d'un appareil compact, vos yeux seront évidemment préservés, en revanche c'est le capteur de votre appareil qui en pâtira !
 
==== Les filtres ====
 
Le plus simple et le moins cher de tous les filtres que vous pouvez utiliser peut provenir d'une simple paire de lunettes noires du type de celles qui sont vendues spécialement pour l'observation directe des éclipses. Dans le cas d'un appareil compact il faut vous en procurer deux paires, une pour vous-même et l'autre pour l'appareil. Vous utiliserez l'un des filtres de cette seconde paire devant l'objectif. Ce n'est pas la solution la plus efficace ni la plus élégante, mais elle fonctionne.
 
Avec un appareil reflex il y a de fortes chances pour que le filtre des lunettes ne couvre pas entièrement l'objectif, surtout si celui-ci est de longue focale. Il faudra donc vous procurer un filtre solaire spécial du diamètre appropriés à votre matériel. De tels filtres sont généralement formés d'une feuille de Mylar suffisamment opacifiée, ou encore de verre spécial. Vous pouvez les obtenir chez divers revendeurs ou les acheter en ligne sur l'internet.
 
==== La préparation ====
 
Le meilleur conseil que l'on puisse donner est de s'entraîner bien avant que l'éclipse se produise. Il s'agit là d'un événement suffisamment rare pour que l'on ne doive pas le manquer. Après que vous vous serez procuré l'équipement nécessaire, prenez des photos du soleil un jour ordinaire, en l'absence d’éclipse. Notez les réglages qui donnent
satisfaction, afin de pouvoir les retrouver facilement le moment venu. Les valeurs que vous devrez utiliser lorsque l'éclipse sera totale, le disque solaire étant entièrement masqué, seront différentes de celles qui conviendront mieux juste avant ou juste après le moment de totalité, ou s'il s'agit d'une éclipse annulaire. Voyez comment vous pouvez basculer rapidement d'un réglage à l'autre, ou mieux utilisez carrément deux appareils réglés différemment.
 
Pour que l'image de l'éclipse occupe une surface suffisamment grande dans l'image, il ne faut évidemment pas choisir un objectif de focale normale. Même un téléobjectif de 200 mm se révèlera généralement insuffisant. Avec un film ou un capteur de 24 x 36 mm, une focale de 800 à 900 mm sera sans doute un bon choix. Avec un capteur demi-format, un téléobjectif de 500 à 600 mm de focale pourra donner satisfaction.
 
La répartition de la lumière pendant une éclipse est très différente de celle des scènes habituellement photographiées, il y a donc de très fortes chances pour que les automatismes de votre appareil soient mis en défaut. Il vaut beaucoup mieux utiliser le mode manuel s'il existe et imposer les valeurs du temps de pose et du diaphragme. Lorsque le disque solaire est encore apparent, au moins en partie, sa luminance est très intense et la sensibilité doit être réglée sur le minimum possible, généralement 100 ISO, parfois 80 ou 50. Le diaphragme sera très fermé, par exemple à f/16. En revanche, lorsque l'éclipse devient totale, le niveau lumineux chute considérablement et il faut ouvrir beaucoup plus largement le diaphragme.
 
Ne perdez pas de temps à visualiser trop longuement les images que vous venez de prendre, l'éclipse avance inexorablement pendant ce temps-là et vous risquez de manquer une phase intéressante.
 
==== Diverses sortes d'éclipses ====
 
La Lune décrit autour de la Terre une orbite elliptique qui fait qu'à certains moments elle se rapproche de la Terre, et à d'autres elle s'en éloigne. Si au moment de l'éclipse la Lune se trouve à une altitude minimale, alors elle est suffisamment proche pour masquer entièrement le Soleil, l'éclipse est totale, du moins pour ceux qui se trouvent au bon endroit sur la sphère terrestre. Si en revanche la Lune se trouve à une altitude maximale, alors son diamètre apparent est plus petit et elle ne parvient pas à cacher entièrement le disque solaire ; pour ceux qui sont au bon endroit, l'éclipse est alors annulaire, un anneau très fin du disque solaire reste visible autour de la Lune.
 
Dans tous les cas où l'éclipse n'est pas totale, il faut conserver les lunettes et les filtres tout au long de la prise de vue, en particulier pour éviter les lésions oculaires. C'est bien entendu le cas si l'éclipse n'est pas totale, ou si elle est annulaire. Durant une éclipse totale, lorsque le Soleil est complètement masqué, les meilleurs résultats sont obtenus en ôtant les filtres, puis en les remettant en place dès qu'une partie du disque solaire réapparaît. Des sites de météorologie donnent des conseils pour le choix des valeurs de diaphragme et de temps de pose à utiliser, mais il vous sera peut-être difficile de les utiliser directement.
 
Il est donc nécessaire en pratique de prendre beaucoup de photos avec des [[indices de lumination]] différents (on rappelle que l'indice de lumination est un nombre qui caractérise le couple de valeurs temps et pose et ouverture du diaphragme. En fait, plus vous prendrez de photos, plus vous aurez de chances d'en réussir quelques unes, quitte évidemment par la suite à faire un tri sans pitié et à effacer tout ce qui ne donne pas satisfaction.
 
==== Méthodes alternatives ====
 
Faute de filtres spéciaux et de téléobjectifs puissants, il reste une possibilité intéressante qui est de faire appel à un [[sténopé]] projetant l'image de l'éclipse sur un carton blanc qu'il ne reste plus qu'à photographier. Un trou d'environ 1 mm de diamètre peut être considéré comme convenable pour cette opération.
 
Une autre possibilité est d'utiliser un récipient plein d'eau et de photographier le reflet de l'éclipse avec un objectif de focale suffisamment longue. Il faut idéalement que ce récipient soit de couleur noire, si ce n'est pas le cas on peut immerger n'importe quelle surface noire sous l'eau, par exemple un sac ou une feuille de plastique noir, afin que l'image ne soit pas "parasitée" ; faut-l préciser que le récipient doit être posé sur un support parfaitement stable et autant que possible abrité du vent, afin que la surface de l'eau demeure parfaitement calme. Si votre appareil automatique a du mal à faire la mise au point dans ces conditions, passez en mise au point manuelle et réglez l'objectif sur l'infini. Contrairement à ce que croient beaucoup de personnes non averties, le reflet du Soleil n'est pas à la surface de l'eau...
 
== Liens externes ==