« Une histoire des transmutations biologiques/Louis Corentin Kervran et son époque » : différence entre les versions

m (replaced: ... → ... (4) using AWB)
 
[[Image:Termometro.JPG|thumb|250px|Thermomètre 39°C=101°F]]
 
Les travailleurs des puits de pétrole du Sahara boivent et transpirent très peu, mais sucent des pastilles de sel.
En 1959, l'organisme officiel Prohuza a étudié ce phénomène avec le concours de la Marine Française.
 
Les travailleurs en ambiance chaude à plus de 37°C à l’ombre, pour y résister, consomment beaucoup de sel (sodium) et rejettent beaucoup de potassium. Ceci pendant plusieurs mois, et avec une limitation de la température corporelle autour de 39 °C. Les variations du bilan K/Na et du bilan thermique sont semblables (K et Na en milligrammes) :
* En septembre, K/Na=1,2, l’excédent est de 2200 calories.
 
Des expérimentations, complémentaires, avec des personnes vêtues de combinaisons étanches et avec une analyse de l’air inspiré et expiré, annulent presque l’effet possible de la transpiration, et montrent la même transformation de sodium en potassium. De même chez les malades fiévreux qu’on enveloppe pour qu’ils gardent leur sueur liquide et évitent un refroidissement externe. De même pour le sauna finlandais. Tout cela correspond bien au conseil de boire salé pour limiter la fièvre et éviter l’hyperthermie.
 
Cette expérimentation montre que lacette limitation de température vers 38°C ne vient pas de l’évaporation et que notre corps peut éviter l’hyperthermie en transformant du sodium en potassium (Na + O :=: K). (En 1959 au Sahara, à Ouargla, Organisme officiel Prohuza avec le concours de la Marine Française<ref name="PreuvesBio" />, p 68 à 72)
 
Cette fusion de sodium et d'oxygène vers du potassium devrait produire un fort effet exothermique correspondant à 0,02 u.m.a, mais elle est en fait endothermique.
 
=== Refroidissement par l'eau ===
 
Le corps humain régule sa température à 37°C. Lors d'une maladie ou d'une activité intense le corps humain s'échauffe, et si la température interne dépasse 40°C, on parle d'hyperthermie et le corps est en danger. Pour se refroidir le corps peut évaporer de l'eau sur la peau, grâce à la transpiration et évaporer plus d'eau par la respiration.
 
Dans certains cas, ce processus ne fonctionne pas :
* Dans le sauna finlandais, de l'eau s'évapore sur des pierres chauffées et cette vapeur vient se déposer sur le corps qui est alors chauffé par cette condensation. L'air ambiant est aussi à une température supérieure à celle du corps et échauffe celui-ci, or le corps n'atteint pas l'hyperthermie.
* Dans le cas des malades à risque de refroidissement, l'enveloppe volontairement isolante ne permet ni le refroidissement par évaporation, ni l'évacuation de chaleur, or le corps n'atteint pas l'hyperthermie.
 
=== Refroidissement par le sel ===
 
Au Sahara, dans une ambiance très chaude, les travailleurs des puits de pétrole, qui boivent et transpirent très peu, ne peuvent pas se refroidir par évaporation de l'eau.
 
Leur corps consomme du sel, c'est-à-dire du chlorure de sodium, et rejette du potassium. Le corps contrôle la conversion de sodium en potassium, pour réguler leur température, et cette transmutation biologique est endothermique, c'est-à-dire absorbe de la chaleur. Pour ce transfert d'énergie, cette réaction des noyaux atomiques est beaucoup plus efficace que l'évaporation qui nécessite beaucoup d'eau.
 
Cette réaction n'a pas besoin d'eau et peut servir :
* aux travailleurs des puits de pétrole tropicaux, des hauts-fourneaux ou des mines profondes,
* à tous les sportifs d'endurance, marcheurs et coureurs de fond, footballeurs et autres,
* aux habitants de tous les pays chauds, pour économiser de l'eau, pour eux-mêmes et leurs animaux (chaque espèce peut disposer ou non de cette fonction biologique),
* aux explorateurs ou touristes de déserts, volcans, geysers et autres endroits chauds...
 
== _ 1962 L'azote surchauffé et respiré produit du monoxyde de carbone ==
369

modifications