« Une histoire des transmutations biologiques/Louis Corentin Kervran et son époque » : différence entre les versions

m
replaced: ... → ... (4) using AWB
m (replaced: ... → ... (4) using AWB)
Plusieurs chimistes réputés ont cherché à montrer que le calcaire des os provient du calcium du reste du corps (PB p 73 à 76) <ref name="PreuvesBio" /> :
* Stolkowski a écrit : "Finalement il est d’usage de masquer notre ignorance de l’origine biochimique du calcaire en désignant ce qui est sécrété par les cellules formatrices sous le nom de protéine phospho-carbonatée"
* En 1939, Drach, Directeur d’un laboratoire d’océanographie, rédige une thèse sur la mue du crabe et conclue page 354 : "Rien ... ne permet d’affirmer la nécessité d’un apport alimentaire de calcium pour la construction du squelette ...". La carapace imperméable est formée de fins cristaux de calcite et se forme par l’intérieur. Drach ne voit que les branchies comme entrée possible du calcium vers le sang, mais n’a pu le prouver car on ne sait pas ou passe ce calcium qu’on ne retrouve pas dans l’organisme. Une substance où l’on ne peut trouver de calcium devient du calcaire en quelques heures dans le tissu à canaux hexagonaux où se forme la carapace (comme pour la formation des os).
[[Fichier:Komárom-Selye János-szobor.JPG|thumb|right|'''Selye János''' ou '''Hans Selye''' (1907-1982)]]
* En 1962, Hans Selye écrit Calciphilaxie, 582 pages pour étudier le métabolisme du calcaire, et conclut : "La nature du mécanisme local de la calcification est un des plus importants problèmes de biochimie non résolu."
Le cuivre a aussi augmenté de 2,11 mg dans le homard (5,51 mg - 3,40 mg), et dans l'eau de 3 mg (4,95 mg - 1,95 mg).
 
Ces mesures ont été réalisées, par deux laboratoires différents, par spectrophotométrie d'absorption atomique (appareil Beckman 1966) pour "recouper les méthodes colorimétriques habituelles ... chimiques" et "par une méthode physique, où tout est automatisé et où le facteur d'appréciation personnelle n'intervient pas".
 
== _ 1972 La plante Tillandsia produit ses minéraux à partir d’eau et d’air « purs ». ==
J. E. Zündel a obtenu par bouture le développement de la plante [http://fr.wikipedia.org/wiki/Tillandsia Tillandsia] sur des fils de fer ou de cuivre ou de nylon. Elle n’a reçu que de l’air dépoussiéré et de l’eau déminéralisée. Elle a poussé en serre froide hors poussière, il a vérifié par des bacs placés à côté. Puisque Tillandsia contient tous les minéraux habituels alors qu’elle ne reçoit que de l’air et de l'eau, c’est qu’elle est capable de produire tous ces minéraux à partir des éléments chimiques de l’air dépoussiéré et de l’eau déminéralisée.
 
Kervran signale ce fait, mais ne l’invoque pas comme preuve car "Les expériences ... ont été trop peu nombreuses." (<ref name="PreuvesBio" /> {{p.}} 165).
 
== _ 1972 Déséquilibre d'azote respiratoire pendant la digestion humaine ==