Différences entre les versions de « Photographie/Colorimétrie/Généralités sur les couleurs »

 
{{En travaux}}
 
 
 
 
 
Hormis quelques cas finalement assez peu communs o— le scientifiqueé l'imprimeuré ... recherchent une r~2rQ~Y~!iQB-QÔi~~!iy~ des couleursé la plupart du temps le jugement d'une image repose sur des ~ri!!r~~-~yÔi~~!!!~ qui par conséquent varient selon les individus et leu.r humeur du moment.
 
Avant d'aborder le problème dans sa complexitéé nous devons en première analyse admettre le principe d'une reproduction colorée parfaitement fidèle à l'original. Cela ne veut nullement dire que les lumières émises par les zones homologues du sujet et de son image aient des compositions spectrales parfaitement identiquesé mais seulement qu'il y ait ![[Utilisateur:Jean-Jacques MILAN|Jean-Jacques MILAN]] ([[Discussion utilisateur:Jean-Jacques MILAN|discussion]])!!!~-~:!~2~S!. Nous devrons donc apprendre à analyseré comparer et enfin mesurer les couleurs pour comprendre comment on peut dans ce domaine approcher le résultat idéal.
Il est non moins nécessaire que nous prenions conscience des aspects psycho-physiques des impressions colorées. Tout d'abord le phénomène de mémorisation des couleurs joue et c'est celui qui nous permet de dire si les teintes d'une épreuve sont globalement conformes au souvenir que nous avons de celles du sujet. Les expériences systématiques de NEWHALLé BURNHAMé CLARKé BARTLESON et autres montrent qu'en règle générale la ~Q~1~~r-~~-s!S2!I~ a une teinte très voisine de la couleur réelle mais que l'on constate une tendance vers une augmentation de la saturation et de la luminance.
 
D'autres expériences faites sur un grand nombre d'individus ont montré que les photographies jugées les meilleures présentaient des s~~!~~r~-2rõ!õrõ~~ à nouveau en discordance avec la reproduction objective.
BARTLESON et GRAY ont fait à ce sujet une étude sur trois éléments presque omniprésents sur les photographiesé d'amateurs en particulier: la teinte chairé le vert pelouse et le bleu du ciel. Le tableau ci-dessous indique le décalage par rapport aux teintes réelles pour les couleurs de mémoire et les couleurs préférées :
 
couleur de mémoire
 
couleur
 
référée
 
teinte chair
 
ƒle
 
un
 
ƒle
 
vert
 
elouse
 
lus bleutée
 
identi ue à la couleur réelle
 
Ibleu ciel I plus bleu-vert I couleur réelle plus saturée I
 
On constate donc certaines discordances qui ne vont pas toujours dans le mˆme sensé mais dont les fab~icants de surfaces sensibles tiennent compte dans l'équilibrage chromatique de leurs produits.
 
Il convient de si~naler que sié dans l'usage couranté la reproduction des couleurs est limitée au spectre visibleé rien n'interdit d'attribuer une couleur purement conventionnelle à une bande de radiations invisiblesé par exemple au proche infra-rouge. Tous les raisonnements que nous ferons par la suite peuvent donc ˆtre facilement extrapolés à n'importe quel domaine spectral.
 
 
 
{{Ph Colorimétrie}}