« États généraux du multilinguisme dans les outre-mer/Thématiques/Le rôle des langues dans la construction d'une identité commune » : différence entre les versions

Des dynamiques positives émergent, notamment dans des coopérations transfrontalières avec la création de réseaux régionaux ne passant donc pas nécessairement par la métropole.
 
===Préconisations===
 
Les participations de l’atelier invitent à agir à différents niveaux :
 
====Au niveau des institutions patrimoniales====
*Il faut placer l’homme, au présent, au cœur des processus patrimoniaux.
*La prise en compte du multilinguisme est un projet de société. Les institutions patrimoniales en outre-mer ne peuvent ignorer la pluralité des langues parlées sur un territoire, ni les patrimoines qu’elles portent. Elles sont invitées à ouvrir des chantiers et à intégrer ces dimensions dans les projets d’établissement et les projets culturels et scientifiques.
*Le plurilinguisme dans les institutions patrimoniales suppose un effort pour rendre les fonds et collections accessibles aux populations locales, et pas seulement aux touristes.
 
====Au niveau des populations locales, au niveau des citoyens====
*Les habitants d’un territoire sont pleinement légitimes à faire patrimoine et doivent être valorisés comme acteurs des processus de patrimonialisation, pour construire par eux-même le savoir sur eux-mêmes. Détenteurs d’archives, ils ont aussi un rôle de conservation et de transmission.
*Les métropolitains présents sur un territoire ultramarin sont invités à faire la démarche d’aller vers les langues et patrimoines locaux.
 
====Au niveau des pouvoirs publics / ministère de la culture et de la communication====
*Valoriser davantage les patrimoines des outre-mer et développer dans les formations patrimoniales au niveau national cette dimension ainsi qu’une sensibilisation aux langues des outre-mer;
*Encourager la prise en compte de la diversité des langues et des patrimoines dans les outre-mer, non pas seulement pour sauvegarder les langues, mais pour faire société;
*Former les personnels détachés en outre-mer pour une meilleure approche et connaissance des territoires.
 
====Au niveau des pouvoirs publics / collectivités territoriales====
*Les collectivités territoriales sont invitées à orienter leurs politiques patrimoniales vers une prise en compte de la diversité des langues et des patrimoines dans les outre-mer, non pas seulement pour sauvegarder les langues, mais pour faire société, pour construire le commun.
*Il leur faut à cette fin dégager un certain nombre de moyens financiers et humains;
*Favoriser les mécanismes de participation des populations locales aux processus de patrimonialisation;
*Favoriser, par conséquent, l’émergence de musées, bibliothèques, centres d’archives plurilingues.
 
 
==Vos compléments d'informations et commentaires==
560

modifications