Différences entre les versions de « États généraux du multilinguisme dans les outre-mer/Présentation/éditos »

m
m
Chacun sait aussi que si la langue française est parlée sur les cinq continents, aux côtés d’un grand nombre d’autres langues, la France a le devoir de prendre en compte la diversité des langues parlées sur son territoire, et singulièrement dans les territoires d’outre-mer, là où cette langue n’est pas la langue maternelle de la majorité de nos concitoyens.
 
Cette rencontre, qui réunit à [[w:Cayenne|Cayenne]], 250 personnes venues des quatre océans, est le fruit de la détermination et du travail de coopération de plusieurs services de l’État - notamment de la [[whttp:Délégation//www.dglf.culture.gouv.fr générale à la langue française et aux langues de France/Délégation générale à la langue française et aux langues de France]] dont je salue l'engagement remarquable -, de chercheurs, et de représentants de ceux qui travaillent au quotidien à faire vivre ces langues.
 
À partir des pratiques des locuteurs, des nombreuses initiatives individuelles ou collectives, des réussites et parfois des déceptions, à partir des expériences et des savoirs élaborés par les scientifiques, il s'agit d'engager une discussion ouverte sur la pluralité des langues dans notre vie sociale.
49

modifications