« L'agence spatiale européenne et l'indépendance de l'Europe/Les vols habités » : différence entre les versions

ais
Aucun résumé des modifications
(ais)
<noinclude>{{:L'agence_spatiale_européenne_et_l'indépendance_de_l'Europe/Sommaire}}</noinclude>
Les Américains et les Russes se sont rassemblés dès 1998 pour construire un grand complexe spatial en orbite. Ce complexe spatial sera habité 365 jours par an et destiné à la recherche scientifique. Ils invitent européensEuropéens, canadiensCanadiens et japonaisJaponais à se joindre au projet.
 
L'Europe avait déjà développé en 1973 le Spacelab, module scientifique destiné à être embarqué dans la soute d'une navette spatiale américaine pour des vols d'une semaine. Des projets ont vu le jour à partir de 19771985 pour développer l'avion spatial européen Hermès, capable de ravitailler en orbite la station autonome européenne Colombus. Après 10plusieurs ansannées d'études et 8 milliards de francsFrancs français engloutis, le projet est abandonné en 1992 pour des raisons de budgetbudgétaires. ColombusColumbus devient un module de recherche sur la Station spatiale internationalestation.
 
[[Fichier:STS-61-A crew in Spacelab D-1.jpg|thumb|À l'intérieur du Spacelab, en 1985.]]
L'ARD, une capsule de rentrée atmosphérique, est alors développée. Elle est testée en 1997, sans lendemain.
La Station spatiale internationale (en anglais International Space Station, ISS), successeur de la station russe Mir, s'est développéeagrandie. Elle occupe 110 x 74 x 30 mètres pour une masse de 400 tonnes. Depuis 2000, elle est occupée en permanence par un équipage constitué de 2 à 6 astronautes. Mais que font-ils donc là-haut ?
 
La NASA définit la station orbitale comme dédiéeconsacrée à « ''l'étude de son environnement atypique caractérisé par l'absence de pesanteur, le bombardement par des rayonnements interceptés par l'atmosphère terrestre, et sa position qui en fait un poste d'observation privilégié de la Terre mais également de l'espace'' ». Contrairement à la navette spatiale, il est possible d'y faire des expériences de très longue durée (plusieurs années contre maximum 16 jours pour une navette spatiale<ref>L'autonomie maximale d'une navette spatiale en orbite est de 16 jours. Au-delà, les ingénieurs ne garantissent plus le fonctionnement des équipements.</ref>) et variées, grâce à la diversité des modules assemblés sur orbite. « ''Par ailleurs la station spatiale, par sa position en orbite terrestre basse, fournit un endroit relativement sûr pour mettre au point les systèmes spatiaux qui seront nécessaires pour les missions de longue durée vers la Lune ou sur Mars'' », selon la NASA.
 
L'équipage de la station spatiale est cosmopoliteinternational. On y retrouve Américains, Européens, Russes, Canadiens et Japonais. Chaque agence spatiale construit un ou plusieurs modules : l'ISS est un moyen d'apprendre à travailler avec les autres nations dans un domaine aussi pointu qu'estque l'exploration spatiale, pour préparer, demain, les futures missions qui partiront sur la Lune ou sur Mars, et pour renforcer l'entente internationale.
 
[[Fichier:Expedition 21 crew portrait.jpg|thumb|L'équipage de l'expédition 21 de l'ISS, qui a séjourné en orbite du 11 octobre au 1{{er}} décembre 2009. De gauche à droite : Maksim Surayev, Nicole Stott, Jeffrey Williams, Frank De Winne (commandant), Robert Thirsk, Roman Romanenko.]]
L'ISS est financée par les partenaires. Qui sont-ils ? La NASA, Roskosmos (l'agence spatiale russe), l'ESA, la JAXA (l'agence spatiale japonaise) et l'ASC (l'agence spatiale canadienne). Ces partenaires se sont mis d'accord sur un point : il n'y aura pas d'échange de fonds, tous les échanges se font par troc ou en nature. Le maître d'œuvre est la NASA. Elle est chargée de garantir le bon fonctionnement de l'ISS, de la coordination des partenaires et d'établir les règlements de sécurité.
 
L'orbite terrestre est devenue une banlieue de la Terre, et l'ISS est une sorte de « maison de campagne ». Il existe aujourd'hui (jusqu'en 2011) 2 moyens d'accès habité à l'ISS : les vaisseaux russes Soyouz et les navettes spatiales américaines ; actuellement, l'ESA doitdevait s'en remettre aux Russes et aux Américains. Le problème, cjusqu'est que si vous comptez sur vos amis pour vous emmener dans votreau maisonvol de campagne,l'ATV ilJules estVerne certainen quemars vous n'y irez pas souvent !2008.
 
L'ESA participe au programme ISS avec ColombusColumbus, mais aussi avec le véhicule de transfert automatique (ATV), de ravitaillement de la station lancé par une fusée Ariane 5 et dédié au ravitaillement en fret de la station. Il est capable depeut transporter vers l'orbite terrestre air, eau, nourriture, courrier, carburant, pièces de rechanges et matériels scientifiques. L'ATV estpeut capable d'accoster l'ISS de façon entièrement automatique et d'y rester pendant 6 mois. Après,Il ilest estensuite rempli des déchets de la station et désintégrése désintègre dans l'atmosphère.
 
[[Fichier:S122e008922.jpg|thumb|Le module ColombusColumbus vu depuisde l'intérieur de l'ISS.]][[Fichier:ATV diagram.jpg|thumb|Vue d'artiste de l'ATV.]]
 
<center>
|- align="center"
|2011
|Edoardo Amaldi<ref>Baptisé le 16 mars 2010. Voir [[n:Espace : le 3e ATV nomméreçoit selonle nom d'un physicien italien]].</ref>
|planifié
|- align="center"
Utilisateur anonyme