« Photographie/Techniques particulières/Reproduction des documents/Duplication des diapositives » : différence entre les versions

* un '''appareil reflex''' à objectifs interchangeables est absolument nécessaire, toute autre solution relève du bricolage, quelle que soit la méthode utilisée. Naturellement un boîtier doté d'un objectif standard ne suffit pas, il faut compléter l'équipement par quelques accessoires, dont le coût pouvait aller en 1978, selon le magazine Chasseur d'Images, ''de 217 à plus de 5 000 F''.
 
* On peut utiliser des dispositifs de reproduction à soufflet ou à tubes montés directement sur les boîtiers reflex, avec ou sans bague d'adaptation. Ces dispositifs permettent le montage d'un objectif « macro » et d'un support recevant la diapositive à reproduire, ainsi que des diffuseurs de lumière et des filtres. L'extension variable permet de travailler au rapport 1:1 mais aussi d'agrandir ou de réduire l'original. La diapositive est placée devant un écran dépoli qui procure un éclairage uniforme et on la photographie. La source de lumière peut être le Soleil ou une source artificielle telle qu'un flash ou une lampe au tungstène. Cette façon de faire est souvent la moins chère quant au matériel, mais la plus aléatoire quant aux résultats. Avec un peu de chance on arrive tout de même à s'en sortir mais l'ensemble du soufflet et de ses extensions représente un investissement non négligeable, estimé à plus de 1 000 F en 1978, et beaucoup plus pour les produits des grandes marques.
 
* Les systèmes du style « reprodia » se montent devant l'objectif et fonctionnent exactement comme le précédent, mais ils possèdent leur propre objectif. Si ce dernier est de bonne qualité, il est possible d'obtenir assez facilement des duplicatas corrects. Certains de ces accessoires permettant seulement l'obtention directe du rapport 1:1, d'autres autorisent l'agrandissement ou la réduction.