« Photographie/Techniques particulières/Reproduction des documents/Duplication des diapositives » : différence entre les versions

* un '''appareil reflex''' à objectifs interchangeables est absolument nécessaire, toute autre solution relève du bricolage, quelle que soit la méthode utilisée. Naturellement un boîtier doté d'un objectif standard ne suffit pas, il faut compléter l'équipement par quelques accessoires, dont le coût pouvait aller en 1978, selon le magazine Chasseur d'Images, ''de 217 à plus de 5 000 F''.
 
* On peut utiliser lesdes dispositifs de reproduction à soufflet ou à tubes qui possèdent leur propre objectif et se montentmontés directement sur les boîtiers reflex, avec ou sans bague d'adaptation. Ces dispositifs permettent le montage d'un objectif « macro » et d'un support recevant la diapositive à reproduire, ainsi que des diffuseurs de lumière et des filtres. L'extension variable permet de travailler au rapport 1:1 mais aussi d'agrandir ou de réduire l'original. La diapositive est placée devant un écran dépoli qui procure un éclairage uniforme et on la photographie. La source de lumière peut être le soleil,Soleil ou une source artificielle telle quequ'un flash ou une lampe au tungstène. Cette façon de faire est souvent la moins chère quant au matériel, mais la plus aléatoire quant aux résultats. Avec un peu de chance on arrive tout de même à s'en sortir.
 
* Les systèmes du style « reprodia » se montent devant l'objectif et fonctionnent exactement comme le précédent., Ilsmais permettentils d'obtenirpossèdent desleur duplicataspropre correctsobjectif. àSi conditionce d'utiliserdernier un objectifest de bonne qualité, deil préférenceest depossible typed'obtenir «assez macrofacilement des duplicatas corrects. Certains de »ces etaccessoires permettant seulement l'obtention directe du rapport 1:1, d'autres autorisent l'agrandissement ou la réduction.
 
[[File:Zoom Slide Duplicator AICO.jpg|300px|center]]
 
L'accessoire '''Zoom Slide Duplicator Aico''', par exemple, se monte sur la plupart des boîtiers reflex argentiques grâce à une bague interchangeable T2, ici en version Minolta MC. La diapositive est maintenue en place dans une glissière munie de deux lames-ressorts qui la plaquent sur une surface d'appui. Du côté extérieur on trouve un système de montage de filtres et un dépoli qui reçoit la lumière extérieure, venant par exemple du Soleil. Une bague tournante permet de déplacer à l'intérieur du tube le système optique et d'obtenir des rapporte de reproduction variables de 0,5 à 2.
 
 
* Les systèmes du style « reprodia » se montent devant l'objectif et fonctionnent exactement comme le précédent. Ils permettent d'obtenir des duplicatas corrects à condition d'utiliser un objectif de bonne qualité, de préférence de type « macro » et permettant l'obtention directe du rapport 1:1.
 
* Les bancs de reproduction spécialisés représentent la meilleure solution mais ils sont très coûteux, sauf si on les réalise soi-même. Ne dit-on pas qu'un bon photographe doit toujours être un bon bricoleur ? L'ensemble appareil-soufflet-objectif est placé sur un statif, la diapositive à reproduire se trouve sur un support indépendant, ce qui permet de la positionner de façon très précise et d'interposer devant elle ou derrière elle tous les masques et/ou filtres nécessaires pour travailler comme on l'entend. Ce support n'est autre qu'une boîte à lumière possédant son propre système d'éclairage ou recevant la lumière d'une source extérieure.