« Histoire de France/Affaiblissement de la monarchie » : différence entre les versions

 
== État de la France en 1789 ==
;Retour sur les trois derniers rois
Lorsque Louis XIV prit le pouvoir, la France était forte et respectée ; elle avait vaincu les Espagnols et les Allemands mais ne menaçait pas l'équilibre européen. Louis XIV poussa trop loin les conquêtes, voulut être le maître de l'Europe et perdit ses alliés.
 
Avec Louis XV, la France subit de nombreuses défaites et perdit son empire colonial ; un grand mouvement se produisit dans les esprits à l'encontre de la monarchie.
 
Louis XVI fit plusieurs réformes pour son royaume, mais il vint trop tard pour sauver la monarchie.
;Prospérité de la France en 1789
Malgré son défaut de suite et de fermeté dans les grandes réformes, le gouvernement de Louis XVI a apporté quelques fruits. La France, en 1789, est différente de celle connue un siècle avant. Les symptômes de cette prospérité se révèlent de plusieurs façons : l'industrie a fait des progrès considérables, le commerce se montre plus entreprenant ; le commerce maritime, en particulier, a doublé depuis vingt ans ; le produit de tous les droits de consommation augmente de deux millions par an, au témoignage de Necker ; en effet, à chaque renouvellement de bail entre l'État et les compagnies financières, on voit que le prix des fermages ne cesse de s'élever.
 
Les assemblées provinciales<ref>Assemblées provinciales : assemblées élues, dans chaque province, par les trois ordres de la nation, et chargées de délibérer sur les intérêts de la province. On peut les comparer aux conseils généraux actuels.</ref>, établies depuis peu, procèdent à un grand travail de réforme administrative qui doit aboutir peu à peu à la suppression des privilèges et à une réforme politique. Il n'empêcha cependant pas la Révolution.
;Causes de la Révolution
La Révolution de 1789 qui était sur le point d'éclater, avait de nombreuses causes, les unes conjoncturelles, les autres structurelles. Parmi les causes structurelles, on peut indiquer le pouvoir absolu qui depuis François I{{er}}, et surtout depuis Richelieu mettait toute l'autorité dans la main du roi.
 
Les causes immédiates furent :
#Le déficit qui augmentait chaque année ;
#La guerre d'Amérique qui répandit dans le peuple les idées de liberté et d'indépendance ;
#Les menées du duc d'Orléans qui ambitionnait la couronne et encourageait secrètement le désordre ;
#L'inégalité des conditions et la mauvaise répartition de l'impôt.
;Inégalité des conditions
La nation était toujours divisée en trois ordres comme au Moyen-Âge : le clergé, la noblesse et le tiers état. Le clergé et la noblesse formaient les ordres privilégiés.
#Le clergé possédait de grands biens ; de plus il avait droit à la dîme, impôt prélevé sur les produits de la terre.
#La noblesse, au moyen-âge, avait joui de nombreux privilèges.
#Le tiers état n'avait, au contraire, aucun privilège.
;Les impôts
Les impôts, dont l'inégale répartition fut une des causes de la Révolution, existent encore aujourd'hui, mais ils sont plus équitablement répartis. Ils étaient divisés, comme de nos jours, en impôts directs et en impôts indirects.
 
Les impôts directs comprenaient la capitation, le vingtième du revenu et la taille. La capitation prélevée sur chaque personne et le vingtième étaient dus par tous, mais beaucoup de nobles savaient s'en faire exempter. La taille était établie pour entretenir l'armée.
 
L'impôt indirect portait sur les marchandises et sur les objets de consommation ; il était connu sous le nom d'aides, parce qu'il fut d'abord établi pour aider le souverain dans ses charges, et de gabelle ou taxe sur le sel.
;L'Europe en 1789
En 1789, cinq grandes puissances tenaient le premier rang en Europe : la France, l'Autriche, la Prusse, l'Angleterre et la Russie.
 
La France avait à peu près la même étendue qu'avant 1870.
 
L’Autriche, outre les possessions allemandes et la Hongrie, avait encore les Pays-Bas et les duchés de Milan et de Mantoue (Italie).
 
La Prusse, grâce au génie de Frédéric II, comprenait le Brandebourg, une partie de la Poméranie et de la Pologne, la Prusse orientale, la Silésie et diverses petites provinces.
 
L’Angleterre, formée de l'Angleterre proprement dite, de l'Écosse et de l'Irlande, possédait Gibraltar et était très puissante par ses richesses, son commerce, sa marine et ses colonies.
 
La Russie se développait et cherchait à s'agrandir du côté de la Pologne.
 
Les États secondaires de l'Europe étaient : l'Espagne, le Portugal, la Hollande, l'Italie, la Suisse, la Suède, la Pologne et la Turquie.
=== Questionnaire ===