« Histoire de France/Affaiblissement de la monarchie » : différence entre les versions

Marie-Thérèse voyant sa capitale menacée, elle se retira dans ses États de héréditaires de Hongrie et fit appel au dévouement des grands qui jurèrent de la défendre. À partir de ce moment, la fortune change pour elle : elle détache Frédéric de la coalition en lui cédant la Silésie ; la Saxe et la Sardaigne se retirent également.
 
D'autre part, l'Angleterre, la Russie, la Hollande embrassent sa cause. Devant tant d'ennemis, le maréchal de Belle-Isle, qui avait remplacé Maurice de Saxe, est obligé d'évacuer Prague et la Bohême, et d'opérer une pénible retraite sur le Rhin où il essuyeessuie encore un désastre à Dettengen.
 
Fleury mourut en 1743, pendant que ce produisaient ces revers, et Louis XV manifesta l'intention de gouverner par lui-même.
;2{{e}} période
Se voyant dans une situation critique, la France proposa la paix ; mais Marie-Thérèse la refusa. Alors le maréchal de Saxe, quoique souffrant, prit la direction des opérations militaire et gagna à Fontenoy en 1745, ce qui sauva la situation.
;Victoire de Fontenoy
L'armée française envahit les Pays-Bas et rencontra à Fontenoy les armées combinées de l'Angleterre, de la Hollande et de l'Autriche. La première décharge des Anglais coucha par terre toute la première ligne française : le désordre se mit dans les rangs. Les Anglais formant une colonne compacte, avançaient toujours, résitant à tous les chocs et ouvrant de temps en temps leurs flancs pour laisser tirer leurs canons. La victoire, longtemps disputée, se décida pour les Français.
;Nouvelles victoires
La lutte se continue aux Pays-Bas, en Italie et sur mer. La marine française, trop faible, lutte contre la marine anglaise et remporte quelques succès, mais plusieurs défaites ; en Italie, les victoires et les défaites se compensent ; mais c'est en Hollande que les grands coups sont donnés. Les victoires de Raucoux (1746) et de Lawfeld (1747), la prise d'un grand nombre de villes, entre autres, Maastricht et Bergop-Zoom, contraignent les ennemis à signer la paix.
;Traité d'Aix-la-Chapelle
Par le traité d'Aix-la-Chapelle (1748), l'époux de Marie-Thérèse, François de Lorraine, est reconnu empereur d'Allemagne, la Prusse garde la Silésie, tandis que la France rendit toutes ses conquêtes. C'est ce que Louis XV appelait « traiter en roi et non en marchand ».
=== Questionnaire ===