« Histoire de France/Affaiblissement de la monarchie » : différence entre les versions

mAucun résumé des modifications
 
== Louis XV — Le cardinal Fleury ==
;Subdivisions du règne
Outre la Régence, le règne de Louis XV comprend quatre parties :
#le ministère de Bourbon (1723-1726) ;
#le ministère de Fleury (1726-1743) ;
#le gouvernement personnel (1743-1761) ;
#le ministère de Choiseul et les dernières années (1761-1774).
;Ministère de Bourbon
Louis XV, au lieu de gouverner par lui-même, donna sa confiance au duc de bourbon<ref>Duc de Bourbon ou prince de Condé : le petit-fils du grand Condé.</ref>, homme avide. Le nouveau ministre persécuta les protestants, aggrava le désordre des finances, mécontenta l'Espagne par le renvoi de l'infante, et faillit faire éclater une guerre en Europe en faisant épouser à Louis XV la fille de Stanislas Leczinsky, roi détrôné de Pologne (1725).
;Ministère du cardinal Fleury
Après trois ans de ministère, le duc de Bourbon fut disgracié et remplacé par le cardinal Fleury, évêque de Fréjus, ancien précepteur de Louis XV. Ce vieillard de soixante-douze ans fit des économies, développa le commerce et l'industrie et gouverna la France dix-sept ans. Les navires marchands français se montrèrent sur toutes les mers, et les colonies d'Amérique et d'Asie se développèrent. Mais bientôt les événements vinrent troubler la paix.
;Guerre de la succession de Pologne
La première guerre éclata en Pologne (1733). À la mort d'Auguste II, les Polonais élurent pour la seconde fois Stanislas Leczinski, que Louis XV essaya de soutenir. L'Autriche et la Russie lui opposèrent Auguste III, électeur de Saxe et fils d'Auguste II. La guerre commencée entre ces trois puissances se compliqua bientôt par l'intervention de l'Espagne qui s'unit à la France. Berwick assiégea et emporta Philipsbourg ; Villars conquit le Milanais ; les Espagnols s'emparèrent de Naples ; mais Stanislas fut vaincu en Pologne et perdit son trône.
;Traité de Vienne
Le traité de Vienne (1738) termina la guerre. La Lorraine fut donnée à Stanislas, et il fut stipulé que cette province reviendrait à la France après sa mort ; l'Espagne recouvra le royaume des Deux-Siciles. « Après cette paix de vienne, avoue Frédéric de Prusse, la France était l'arbitre de l'Europe ».
;Guerre de succession d'Autriche
La paix était à peine rétablie qu'elle fut de nouveau troublée par la mort de Charles VI, empereur d'Allemagne. Ce prince, par un acte connu sous le nom de pragmatique sanction, léguait ses vastes États à sa fille Marie-Thérèse. Mais le roi de Pologne, le roi d'Espagne et l'électeur de Bavière réclamèrent l'Empire qui était électif ; Frédéric II, roi de Prusse, voulait la Silésie.
 
La France, qui détestait l'Autriche, se déclara pour l'électeur de Bavière et fit alliance avec la Saxe, l'Espagne et la Prusse. Cette guerre se divise en deux parties.
;Première période
La première période commence en 1741 par des succès et finit par des revers. L'armée française commandée par Maurice de Saxe, passé au service de la France, envahit la Bohême et s'empara de Prague, pendant que Frédéric II occupait la Silésie et menaçait Vienne.
;Revers
Marie-Thérèse voyant sa capitale menacée, elle se retira dans ses États de héréditaires de Hongrie et fit appel au dévouement des grands qui jurèrent de la défendre. À partir de ce moment, la fortune change pour elle : elle détache Frédéric de la coalition en lui cédant la Silésie ; la Saxe et la Sardaigne se retirent également.
 
D'autre part, l'Angleterre, la Russie, la Hollande embrassent sa cause. Devant tant d'ennemis, le maréchal de Belle-Isle, qui avait remplacé Maurice de Saxe, est obligé d'évacuer Prague et la Bohême, et d'opérer une pénible retraite sur le Rhin où il essuye encore un désastre à Dettengen.
 
Fleury mourut en 1743, pendant que ce produisaient ces revers, et Louis XV manifesta l'intention de gouverner par lui-même.
=== Questionnaire ===