Différences entre les versions de « Histoire de France/Triomphe de la royauté — guerres d'Italie »

m
Par le traité de Conflans, il céda les villes de la Somme<ref>[[w:Villes de la Somme|]] : Amiens, Montdidier, [[w:Péronne|]], Corbie, Roye, Saint-Quentin.</ref> à Charles le Téméraire ; par celui de Saint-Maur, il donna la [[w:Normandie|Normandie]] à Charles, duc de Berry, son frère, le titre de connétable au comte de Saint-Pol, des pensions, des terres, des gouvernements aux autre seigneurs. Le peuple fut oublié ; aussi appela-t-il la coalition la Ligue du mal public.
;2{{e}} coalition
Pour LouixLouis XI, autre chose était de promettre, autre chose de tenir.
Il comble de faveurs quelques seigneurs, flatte les bourgeois de Paris, donne de l'argent au duc de Bretagne, puis il enlève à son frère le gouvernement de la Normandie, moyennant une pension de {{formatnum:60000}} livres. Le duc de Bourgogne forme aussitôt une seconde ligue (1467).
;Louis XI à [[w:Péronne|Péronne]]
Louis XI eut recours à ses moyens familiers : l'intrigue et la ruse. Il offrit lui-même d'aller s'entretenir à Péronne avec son cher et féal cousin. Comme il s'y trouvait, arriva la nouvelle d'une révolte des Liégeois, excitée par des agents français. CHarlesCharles entra dans une fureur extrême, il voulait mettre le roi à mort ; ses conseillers s'y opposèrent mais Louis XI se trouva prisonnier dans le château. Pour recouvrer sa liberté, il signa le traité onéreux de Péronne, jura tout ce qu'on lui fit jurer, et fut contraint le suivre le duc au siège de Liège pour assister aux châtiments infligés aux bourgeois. Quand il revint à Paris, il se vengea de tous ceux qu'il soupçonnait de trahison, et fit casser le traité de Péronne par les états généraux réunis à Tours (1468).
;3{{e}} coalition
Une troisième ligue<ref>Au traité de Péronne le roi avait promis la Champagne à son frère, mais il lui donna la Guyenne pour l'éloigner du Téméraire. Ce fut une cause de la troisième coalition.</ref> se forma plus redoutable que les deux autres (1471). Charles le Téméraire rentra en Picardie, massacra les habitants de plusieurs villages et rentra en Picardie, massacra les habitants de plusieurs villages et vint faire le siège de Beauvais. La ville, sans garnison suffisante, fut défendue par les habitants, et le duc fut obligé de lever le siège. Il ne fut pas plus heureux à Rouen et ailleurs ; il finit par signer la [[w:trêve de Senlis|trêve de Senlis]].