« Système politique du Royaume-Uni/Le monarque » : différence entre les versions

 
 
. Ce système, par lequel, dans la ligne de succession, les hommes ont la préférence sur les femmes et les individus morts sont représentés par leurs héritiers, est appelé ''succession par ordre de primogéniture mâle''.
== La succession ==
 
Au Royaume-Uni, la succession à la couronne est déterminée par la loi et par la ''common law''. Selon l'Acte d'établissement de 1701, l' « héritier du corps » du monarque est l'héritier du trône. Le sens précis de cette expression est fixé par la ''common law'', dont on estime qu'elle stipule qu'un héritier d'un individu est son fils aîné ou, en l'absence de fils, sa fille aînée. Les fils et filles décédés sont représentés par ''leurs'' héritiers. Si un monarque n'a pas de descendant, l'héritier du trône est l'héritier du précédent monarque. Ce système, par lequel, dans la ligne de succession, les hommes ont la préférence sur les femmes et les individus morts sont représentés par leurs héritiers, est appelé ''succession par ordre de primogéniture mâle''.
 
Selon l'Acte d'établissement, les descendants protestants de Sophie, électrice et duchesse douairière de Hanovre (1630 - 1714) peuvent accéder au trône. En outre, l'individu doit être un enfant légitime d'un mariage légal. Selon l'Acte des mariages royaux de 1772, tous les descendants du roi George II doivent obtenir le consentement du monarque pour se marier (à l'exception du souverain lui-même et des descendants de princesses s'étant mariées dans des familles étrangères). Si le consentement n'est pas accordé, l'individu peut faire une déclaration d'intention de se marier en tout cas et peut contracter le mariage sauf si les deux chambres du Parlement en décident autrement.
Utilisateur anonyme