Différences entre les versions de « Les contraintes du milieu spatial/Des contraintes thermiques »

 
== Le vide spatial et la loi de Stefan ==
[[Fichier:CMS - Air et vide.png|thumb|Résultats expérimentaux.]]
Sur Terre, la majorité des échanges de chaleur se font par convection et conduction, c'est-à-dire par contact entre deux milieux (par exemple entre un radiateur et l'air ambiant). Dans l'espace, il n'y a pas d'air : les pertes par conduction sont donc quasi-absentes.
L'étude d'une plaque chauffée puis placée sous une cloche à vide montre que le refroidissement est plus long qu'une même plaque placée dans l'air. Cette expérience met en évidence les effets de la convection et de la conduction.
 
\begin{figure}[p]
\begin{center}
\includegraphics[scale=0.5]{Air_et_vide.png}
\caption{Résultats expérimentaux.}
\end{center}
\end{figure}
\begin{figure}[p]
\begin{center}
\includegraphics[scale=0.3]{expe_metaux.png}
\caption{Dispositif expérimental.}
\end{center}
\end{figure}
 
Dans l'espace, les échanges thermiques se font donc presque uniquement par voie radiative (infrarouges).
 
Selon la loi de Stefan-Boltzmann\index{Stefan-Boltzmann}, la puissance totale rayonnée <math>M</math> en W/m² par un corps absorbant toute l'énergie qu'il reçoit (corps noir) s'exprime par la formule :
<math>M = \sigma T^{4}</math>.
<math>
Où <math>T</math> désigne la température de l'objet en kelvins et $<math>\sigma$</math> la constante de Stefan-Boltzmann, valant environ <math>5,67 *\times 10^{-8}</math> W/m².K<math>^{-4}</math>.
M = σ T^4
</math>
 
Où <math>T</math> désigne la température de l'objet en kelvins et $\sigma$ la constante de Stefan-Boltzmann, valant environ <math>5,67 * 10^{-8}</math> W/m².K<math>^{-4}</math>.
== Les facteurs de variation de la température ==
Les fluctuations de la température à bord d'un satellite résultent de la combinaison d'un grand nombre de facteurs. Les effets causés par ces facteurs peuvent s'étaler sur quelques heures à plusieurs jours, jusqu'à plusieurs années.
63

modifications