Différences entre versions de « Photographie/Surfaces sensibles/Généralités sur les papiers photographiques »

:: <math>C_{mat} = log(8) = 0,9 \,</math>
 
La comparaison de ces deux valeurs du contraste maximal montre qu'un papier brillant pourra restituer une gamme de valeurs presque deux fois plus étendue que celle d'un papier mat. Il faudra donc préférer systématiquement les surfaces brillantes pour les photographies documentaires et d'une manière général pour toutes celles dont on attend une reproduction précise des détails les plus fins. Les papiers mats au contraire vont tasser les valeurs, ce qui peut être intéressant pour cacher les petits défauts de la peau d'un modèle ou pour accentuer l'effet d'une scène de brume.
 
=== Brillant, semi-mat ou mat ? ===
 
C'est en noir et blanc que l'on trouve actuellement la plus grande diversité d'états de surface. Dans le cas de la couleur le choix se résume généralement entre brillant ou semi-mat.
 
Il faut préférer systématiquement les surfaces brillantes pour les photographies documentaires et d'une manière général pour toutes celles dont on attend une reproduction précise des détails les plus fins. Les papiers semi-mats et surtout les papiers mats tassent au contraire les valeurs, ce qui peut être intéressant pour cacher les petits défauts de la peau d'un modèle ou pour accentuer l'effet d'une scène de brume.