Différences entre versions de « Photographie/Optique/Traitements anti-reflets »

 
 
Supposons qu'en l'absence de traitement, chaque face d'un verre de lunettes réfléchisse 7 % de la lumière et transmette donc 93 % de ce qu'elle reçoit. Comme il y a un dioptre d'entrée et un dioptre de sortie, la réflexion se produit deux fois et il reste finalement 0,93 x 0,93 = 0,865 % de la lumière. Les porteurs de lunettes non traitées perdent donc 13,5 % de luminosité, ce qui n'est pas dramatique, et subissent quelques images fantômes car les rayons renvoyés par la face de sortie se réfléchissent à nouveau sur la face d'entrée et reviennent donc en grande partie vers l'œil. Les choses se compliquent très vite lorsque le nombre des surfaces de séparation est plus important. Dans le cas d'un objectif qui comporterait 5 lentilles non collées, les dix dioptres traversés l'un après l'autre ne laissent finalement passer que 0,93<sup>10</sup> = 0,48 % de la lumière incidente. La perte de luminosité est considérable et correspond à la fermeture du diaphragme d'un cran. Il y a donc une ouverture « géométrique » et une ouverture « photométrique ».
 
== Utilisation des phénomènes d'interférence ==
Utilisateur anonyme