Différences entre versions de « Photographie/Techniques scientifiques/Astrophotographie »

 
Il n'est pas nécessaire pour débuter de posséder un matériel optique très perfectionné, mais bien évidemment les possibilités restent limitées si l'on ne possède qu'un équipement rudimentaire. Compte tenu de la faible luminosité des objets photographiés, à l'exception de la Lune, les poses longues sont la règle : il faut donc impérativement posséder un appareil dont l'obturateur est susceptible de rester ouvert pendant des temps très longs, pouvant aller de plusieurs dizaines de secondes à plusieurs heures.
 
L'appareil photographique étant entraîné par la rotation de la Terre, il en résulte que si l'appareil reste fixe, tous les objets célestes sembleront tourner et laisseront sur la surface sensible non pas des images ponctuelles, mais des traînées d'autant plus longue que l'obturateur sera resté longtemps ouvert. Pour éviter ce phénomène, il faut fixer l'appareil sur une '''monture équatoriale motorisée''' qui le fera tourner autour d'un axe parallèle à l'axe de rotation de la Terre, à la même vitesse angulaire mais en sens inverse ; de cette manière l'appareil paraîtra fixe par rapport à la voûte céleste.
 
=== Photographie du ciel étoilé ===
 
Un appareil reflex dont l'obturateur peut fonctionner en [[pose B]] ou mieux, en [[pose T]], est donc l'instrument de base. On peut pour commence l'équiper d'un objectif de focale normale ou d'un grand angulaire utilisé à pleine ouverture, le monter sur un trépied solide ou tout au moins le caler de façon très stable sur un support, en le braquant vers la portion de ciel que l'on veut photographier. Un premier essai peut être fait avec une pose d'environ 20 à 30 minutes ; si l'on ne dispose pas de la pose T, il faut utiliser un [[déclencheur souple]] muni d'un système de blocage, car maintenir un doigt sur le déclencheur sans faire bouger l'appareil pendant une durée aussi longue est une épreuve, au sens propre du terme. Une pellicule couleur de sensibilité faible ou moyenne, ou un appareil numérique réglé sur une sensibilité relativement basse, donneront les meilleurs résultats.
 
Si l'on prend la précaution d'opérer lorsque le temps est clair et la nuit bien noire (de 1 h à 1 h 30 après la disparition du soleil derrière l'horizon, et en restant suffisamment loin de la pollution lumineuse des grandes agglomérations, le cliché résultant de ce premier essai montrera très distinctement une série d'arcs de cercle concentriques. Si l'appareil était braqué au nord et incliné vers le haut d'environ 50 °, un centre de rotation apparaît, très proche d'une étoile bien connue dans l'hémisphère nord mais invisible dans l'hémisphère sud, l'Étoile polaire.
 
La présence d'un trait pointillé traversant le champ de la photographie trahit le passage d'un avion. Un trait continu, orienté de façon quelconque par rapport aux multiples arcs formés par le mouvement relatif des étoiles peut correspondre à la chute d'une grosse météorite, mais il s'agit plus probablement de la trace d'un des innombrables satellites artificiels qui ont été mis en orbite autour de notre bonne vieille planète.
 
=== Photographie des planètes ===