Différences entre les versions de « Une histoire des transmutations biologiques/De la force vitale à la radioactivité »

La comparaison des analyses des germes et des graines montre que de la matière a été créée (éléments chimiques)<ref name="Biberian" >Jean-Paul Biberian et les transmutations biologiques http://www.jeanpaulbiberian.net/recherche_transmutations.htm</ref>.
 
== 1799 : La poule produit du phosphore et du calcium ==
 
[[Image:Louis Nicolas Vauquelin.jpg|thumb|250px|Louis Nicolas Vauquelin (1763-1829)]]
 
En 1799, [[w:Louis-Nicolas Vauquelin|Louis-Nicolas Vauquelin]], membre de l’Académie des Sciences, étudieétonné par la pontequantité desde chaux que produisent les poules, étudie leur ponte. Il nourrit une poule uniquement d'avoine et, en 10 jours, elle produit 4 œufs et des fientes. Kervran rapporte la description très détaillée de Vauquelin (<ref name="PreuvesBio" />, pages 45 à 47).
 
Le bilan de phosphate de chaux est de 11,9 g dans les fientes moins 5,9 g dans l'avoine, donc une augmentation de 6,0 g.
Le bilan de carbonate de chaux est de 2,5 g dans les fientes plus 19,7 g dans les coquilles d'œufs moins presque rien dans l'avoine, donc une augmentation de 22,3 g.
 
Le total des sels calciques sortants est 4de 34,752 foisg le(11,9 totalg desde entrants (Kphosphate + H22,3 :=:g Cade carbonates) alors que l'avoine n'en contenait que 5,9 g et la poule presque rien. La sortie des sels calciques sortants est donc 5,75 fois le total des entrants. Puisque le calcium n'est pas venu des entrées de l'expérience, il est forcément venu d'autresun élémentsautre chimiquesélément chimique. Vauquelin a évalué aussi une perte de silice (de 1,3 g) trop faible pour correspondre à la formation de calcium.
 
Les compositions des œufs trouvées par Vauquelin correspondent aux valeurs de Fausta Setti classiques vers 1975 et sont donc fiables.
La poule est donc capable de former la coquille de ses œufs soit à partir du calcium, soit à partir du magnésium.
 
La poule est donc capable de former la coquille de ses œufs soit à partir du calcium, soitlorsqu'elle en dispose, sinon à partir dud'un autre élément magnésiumchimique.
 
En 1799, Louis-Nicolas Vauquelin, qui étudie la ponte des poules, après ses analyses, termine ainsi : « Je ne donne, au reste, ces résultats que comme des aperçus auxquels l'expérience m'a, en quelque sorte, conduit malgré moi, et auxquels je ne puis encore accorder une confiance entière ; mais s'ils paroissent de quelqu'intérêt, j'engage les chimistes à les répéter, et à les varier de diverses manières (...) ; et, si nous arrivions aux mêmes résultats, ce seroit un grand pas de fait dans la philosophie naturelle, et beaucoup de phénomènes, dont la cause est inconnue, seroient expliqués » <ref name="Vauquelin" >"Expériences sur les excréments des poules, comparés à la nourriture qu'elles prennent, et Réflexions sur la formation de la coquille d'œuf, par le citoyen Vauquelin", Annales de Chimie, vol 29, 30 nivôse an VII, 19/01/1799, pages 3 à 26</ref>{{exp|,}} <ref name="PreuvesBio" >Preuves en Biologie de Transmutations à Faible Énergie, Louis C. Kervran, Paris 1975, Maloine, ISBN 2-224-00178-9.</ref> page 48. Flaubert évoque indirectement Vauquelin dans ''Bouvard et Pécuchet''.
 
Vauquelin est prudent car il n'a fait qu'une expérience, mais il a bien compris que lescertains processus biologiques n'utilisentne probablementsuivent pas quela lesconservation phénomènesde chimiquesmasse établie par Lavoisier pour la chimie minérale.
 
En 1975, Kervran, qui rapporte cette expérience, ne l'a pas lui-même reproduite, mais invite des chercheurs à le faire, et avec dosage du potassium K, probable origine du calcium dans ce cas (K+H:=:Ca).
 
== 1807 : La moutarde et le radis formeraient du potassium ==
369

modifications