« Photographie/Thèmes/La nuit » : différence entre les versions

Dans le cas d'un éclairage tungstène classique, les films pour lumière artificielle ou le réglage équivalent des appareils numériques permettent de supprimer la dominante orangée et de se rapprocher des couleurs habituelles que prennent les objets sous une luière blanche comme celle du soleil. Un tel choix est parfaitement justifié dans le cas d'un portrait, par exemple, en revanche il risque de détruire l'ambiance d'une prise de vues nocturne en ville, par exemple, car les photographies obtenues dans ces conditions semblent inhabituelles par rapport aux souvenirs enregistrés dans notre cerveau. Ces perceptions demeurent toujours, quoi que l'on fasse, très subjectives. C'est pourquoi nous pouvons vous conseiller, à l'heure de la photographie numérique, de ne supprimer que partiellement la dominante orangée, si elle vous paraît exagérée. En mode RAW, le plus simple est de photographier un [[carton gris à 18 %]] et de faire en sorte que son rendu sur l'image finale soit suffisamment chaud pour suggérer une ambiance agréable à l'œil.
 
Dans le cas d'un éclairage par des lampes au sodium à basse pression, le problème se corse car toute la lumière émise est concentrée dans deux raies voisines de couleur jaune-orangé. Comme ces lampes n'émettent ni rouge, ni vert, ni bleu, ces couleurs seront absentes des photographies, quel que soit le film ou la balance des couleurs en usage. Il est donc totalement impossible d'obtenir un rendu naturel et il convient alors si le choix d'un rendu final en noir et blanc ne serait pas plus judicieux que le maintien d'une couleur unique et très artificielle. Avec les lampes au sodium à haute pression, dont le spectre d'émission est plus étendu, il est possible de récupérer un peu plus que le jaune-orangé, mais au pris d'acrobaties délicates et le résultat n'est généralement pas coruscant en raison d'une montée très importante du [[bruit numérique]].