« Apprendre la guitare/Travail du médiator » : différence entre les versions

notes et références
(remise en forme, compléments)
(notes et références)
 
== Le jeu au médiator : enjeux, problèmes et solutions ==
Le jeu au médiator est praticable sur guitare folk, et pratiqué par la presque totalité des guitaristes jouant sur [[w:Guitare_électrique|guitare électrique]]. L'usage du médiator permet d'atteindre sur ces instruments une vitesse de jeu non pas impossible, mais difficile à égaler avec le jeu aux doigts. Le jeu à grande vitesse n'est que l'un des aspects de cette technique, mais est aujourd’hui partie intégrante de nombreux styles dérivés du [[w:Hard_rock|Hard-Rock]] et du [[w:Heavy_metal_%28musique%29|Heavy-Metal]] dans lesquels certains guitaristes ont atteint des vitesses de jeu spectaculaires. Les fondements du jeu au médiator sont pourtant souvent négligés dans les méthodes sur papier ou en ligne, à l'exception de quelques indications réduites au mieux à des exemples couplés à quelques consignes (utilisez un métronome, détendez-vous, accélerez très progressivement), immédiatement suivis d'exercices techniques. Le web fournit bien sûr une masse d'information considérable permettant d'améliorer son jeu en solo (exercices en jeu alterné, directionnel, en balayage, etc), mais paradoxalement très peu d'information véritablement consistante sur la simple manière de tenir un médiator et de s'en servir{{#tag:ref| Deux exceptions notables, méritant d'être consultées, sont d'une part un article (déjà relativement ancien) de Tuck Andress <ref>[http://www.tuckandpatti.com/pick-finger_tech.html]</ref> sur les variantes du jeu au médiator, d'autre part l'analyse de Troy Grady<ref>[http://www.troygrady.com/code.php]</ref> du jeu de grands guitaristes (Steve Morse, Mike Stern, Frank Gambale...) à l'aide d'enregistrements vidéos à très haute vitesse. Le travail de Troy Grady devrait aboutir à un film, encore en cours de production.|group=Note}}.
 
Les fondements du jeu au médiator sont pourtant souvent négligés dans les méthodes sur papier ou en ligne, à l'exception de quelques indications réduites au mieux à des exemples couplés à quelques consignes (utilisez un métronome, détendez-vousm accélerez très progressivement), immédiatement suivis d'exercices techniques. Le web fournit bien sûr une masse d'information considérable permettant d'améliorer son jeu en solo (exercices en jeu alterné, directionnel, en balayage, etc), mais paradoxalement très peu d'information véritablement consistante sur la simple manière de tenir un médiator et de s'en servir. Contrairement au jeu aux doigts pour lequel, dans le cas de la guitare classique, il existe une position académique de la main droite, on compte en fait presque autant de techniques de jeu au médiator que de guitaristes, et si la notion de « position correcte » est parfois mentionnée par certaines méthodes ou certains auteurs de cours en ligne, la diversité des techniques des guitaristes les plus brillants dans cette forme de jeu montre que la réalité du jeu au médiator est plus complexe. Ces divergences de méthodes sont sans doute dues en partie au simple fait que la guitare est un instrument initialement conçu pour être joué avec les doigts. Sans doute sont-elles aussi dues en partie au fait que l'expérience individuelle du jeu du médiator est par nature incommunicable, et, chez certains guitaristes, non accompagnée d'un quelconque désir ou même d'une nécessité d'introspection - à la question "pouvez-vous nous parler de votre technique de main droite ?", Yngwie Malmsteen se contente de répondre: "j'essaie de ne pas trop y penser".
 
L'apprentissage du jeu au médiator pose un certain nombre de difficultés immediates, le choix d'une prise confortable et efficace n'étant pas la moindre de celles-ci. Dans la position classique, la main droite tombe naturellement sur les cordes en donnant immédiatement aux doigts le maximum de liberté de mouvement. L'artificialité de l'usage du médiator est en revanche flagrante : même la prise dite "standard", dans laquelle le médiator et tenu entre le pouce et le bord de l'index replié, ne correspond pas à la manière dont la main tient naturellement un objet de petite taille. La rupture de la continuté entre la main et les cordes, tout en autorisant une plus grande vitesse de jeu sur une seule corde, pose d'autres part de nouveaux problèmes, qui ne peuvent être résolus qu'au prix d'une certaine persévérance : celui de la synchronisation des deux mains, alors que la sensation de contact avec les cordes n'est plus qu'indirecte, voire presque absente ; celui des changements de cordes, nécessitant à la fois de compenser la distance entre deux cordes par une accélération ponctuelle du mouvement, tout en évitant le contact de la pointe du médiator avec d'autres cordes que celle ciblée ; celui de l'uniformité du mouvement entre les cordes les plus graves et les plus aiguës, le placement et/ou l'inclinaison de la main devant nécessairement varier d'une corde extrême à l'autre.
La technique du jeu directionnel permet de résoudre partiellement le problème des changements externes : elle consiste à remplacer, pour chaque changement externe, les deux coups alternés du médiator par un unique coup frappant d’abord la corde source, puis, sans changer de direction, la corde cible : ↓Ré, ↓Sol,↑Sol, ↑Ré, ↓Ré, ↓Sol, etc. Correctement travaillée, cette technique produit un jeu fluide demandant très peu de mouvements à la main droite (elle est aussi connue sous le nom de « economy picking »). Elle peut être au début assez déroutante, à cause du mélange de deux types de mouvements – alterné et continu – et de l’inversion périodique de la correspondance temps fort/mouvement vers le bas, temps faible/mouvement vers le haut, cette correspondance servant instinctivement de repère rythmique dans le jeu alterné sur un tempo binaire.
== Références ==
{{références|colonnes=2|}}
==Notes ==
<references group="Note"/>
 
 
[[Catégorie:Apprendre la guitare (livre)|Travail du médiator]]