Différences entre les versions de « Photographie/Netteté des images/Le « bokeh » »

(Révocation des modifications de CaBot ; retour à la version 227284 de Jean-Jacques MILAN)
Si tout était « parfait », cette tache présenterait des bords nets, elle serait uniformément éclairée et sa luminosité varierait selon la [[Photographie/Photométrie/Calculs photométriques usuels|loi de Bouguer]], c'est-à-dire qu'elle serait inversement proportionnelle à sa surface et donc au carré de sa distance avec P. Nous pouvons, dans un premier temps, admettre qu'il en est ainsi. Par la suite, nous nuancerons fortement cette idée.
 
Les « diaphragmes à vanne » de certains objectifs utilisés autrefois en photogravure permettaient justement d'obtenir des ouvertures carrées ou rectangulaires optimisant l'effet des trames optiques. Avec un diaphragme à cinq lamelles, les rayons forment un cône dont le sommet est le point de convergence et dont la base est un pentagone curviligne. Avec les objectifs catadioptriques, la lumière passe par un espace annulaire et les taches sont elles aussi en forme d'anneau. Ces deux formes très différentes sont bien visibles sur les images ci-dessous :
 
<center>
|}
</center>
 
[[File:Taches-images 1.jpg|thumb|350px|center|Les petites lampes des guirlandes de Noël constituent des sources lumineuses très petites, quasi ponctuelles, qui donnent hors du plan de mise au point des taches à bords nets. Ces taches reproduisent la forme du diaphragme et permettent même de constater qu'une des lamelles de ce dernier présente une légère faiblesse...]]
 
== Aspects visuels ==