« Photographie/Finition et présentation des photographies/Projection des photographies numériques » : différence entre les versions

Les appareils de la seconde génération sont capables de projeter des images de 1 024 x 768 pixels, ou 1.280 x 1.024 pixels pour les plus perfectionnés, ce qui est évidemment beaucoup mieux, mais 1 204 x 768 = 786 732, soit moins de 0,8 Mpixels ; ce n'est donc pas encore, loin s'en faut, de la haute définition. En revanche, les prix sont devenus plus abordables. Il reste toutefois le problème des lampes de rechange, dont le prix est généralement de plusieurs centaines d'euros. Heureusement, elles ont une longue durée de vie !
 
== UnPlusieurs piègepièges classiqueclassiques ==
 
Beaucoup de photographes s'y laissent prendre, y compris les plus chevronnés :.
 
* Les images numériques quisont comportentprojetées desur vastesun zonesfond noiresnoir, enc'est périphériebien ontde tendanceles à« seencadrer fondre» dansmais le'''il décorne lorsqu'onfaut jamais les ouvremunir surd'une unbordure fondextérieure noir ou lorsqunoire'''on les projette. UnEn mince liséréeffet, parune exempletelle 2bordure pixelsdevient blancspurement ouet mieuxsimplement grisinvisible clair,mais permetelle alorsn'en deoccupe bienpas lesmoins délimiter.une Departie même,de illa nesurface faut jamais entourerutile de noir une photo destinée à la projection, puisqu'uneet telletout bordurese disparaîtraitpasse purementfinalement etcomme simplement, tandis quesi l'image seraitétait simplement réduite.
 
* La matrice d'un projecteur vidéo n'est pas extensible à l'infini, elle comporte au contraire un nombre maximal de pixels. Avec un projecteur vidéo dont la matrice comporte par exemple 1 024 x 768 pixels, toute image comportant plus de 1 024 pixels en largeur et/ou plus de 768 pixels en hauteur sera recalculée et projetée malgré tout, mais sa taille sera réduite, sa qualité aussi, et ses éventuelles bordures risquent fort de prendre un aspect très désagréable.
Il en résulte que pour participer à des salons ou concours photographiques dans lesquels les organisateurs demandent à la fois des fichiers en basse résolution (généralement 1 024 x 768 pixels) pour le jugement et des fichiers haute résolution pour le catalogue et/ou les tirages qui seront exposés, il faut adapter chacun des deux fichiers à ce que l'on en attend ; de ce fait le "petit" fichier ne doit généralement pas être une simple copie réduite du "grand".
 
* Les images numériques qui comportent de vastes zones noires en périphérie ont tendance à se fondre dans le décor lorsqu'on les ouvre sur un fond noir ou lorsqu'on les projette. Un mince liséré, par exemple 2 pixels blancs, ou mieux gris clair, permet alors de bien les délimiter. Parfois, il est préférable d'utiliser une couleur choisi en harmonie avec celles de la photo. Si l'on utilise un liséré, il faut autant que possible qu'il soit visible sur toute la périphérie de l'image. Dans certains cas, un encadrement plus complexe peut être utile pour atténuer un passage très brutal d'une image très lumineuse vers le fond noir.
 
* Les larges bordures blanches ont un effet encore plus néfaste dans le cas des images projetées que dans le cas des passe-partout en carton. Non seulement elles tuent tout ce qui est à l'intérieur, mais en plus elles éblouissent le spectateur, surtout si la projection est réalisée à l'aide d'un appareil très lumineux.
 
 
{{Attention|Il en résulte que pour participer à des salons ou concours photographiques dans lesquels les organisateurs demandent à la fois des fichiers en basse résolution (généralementpar exemple 1 024 x 768 pixels) pour le jugement et des fichiers haute résolution pour le catalogue et/ou les tirages qui seront exposés, il faut adapter chacun des deux fichiers à ce que l'on en attend ; de ce fait le "« petit" » fichier ne doit généralement pas être une simple copie réduite du "« grand" ».}}