« Photographie/Finition et présentation des photographies/Projection des photographies numériques » : différence entre les versions

 
Les appareils de la seconde génération sont capables de projeter des images de 1.024 x 768 pixels, ou 1.280 x 1.024 pixels pour les plus perfectionnés, ce qui est évidemment beaucoup mieux, mais 1.204 x 768 = 786.732, soit moins de 0,8 Mpixels ; ce n'est donc pas encore, loin s'en faut, de la haute définition. En revanche, les prix sont devenus plus abordables. Il reste toutefois le problème des lampes de rechange, dont le prix est généralement de plusieurs centaines d'euros. Heureusement, elles ont une longue durée de vie !
 
== Un piège classique ==
 
Beaucoup de photographes s'y laissent prendre, y compris les plus chevronnés :
 
Les images numériques qui comportent de vastes zones noires en périphérie ont tendance à se fondre dans le décor lorsqu'on les ouvre sur un fond noir ou lorsqu'on les projette. Un mince liséré, par exemple 2 pixels blancs ou mieux gris clair, permet alors de bien les délimiter. De même, il ne faut jamais entourer de noir une photo destinée à la projection, puisqu'une telle bordure disparaîtrait purement et simplement, tandis que l'image serait réduite.
 
Il en résulte que pour participer à des salons ou concours photographiques dans lesquels les organisateurs demandent à la fois des fichiers en basse résolution (généralement 1 024 x 768 pixels) pour le jugement et des fichiers haute résolution pour le catalogue et/ou les tirages qui seront exposés, il faut adapter chacun des deux fichiers à ce que l'on en attend ; de ce fait le "petit" fichier ne doit généralement pas être une simple copie réduite du "grand".