Différences entre les versions de « Photographie/Éclairage/Les flashes électroniques »

 
== Données historiques ==
 
[[File:Macrogl Stellat.jpg|thumb|300px|Le sphinx ''Macroglossum stellatarum'', dont les battements d'ailes sont très rapides, ne peut être « figé en vol » que si l'on utilise des temps de pose très courts ou, comme ici, l'éclair extrêmement bref d'un flash électronique.]]
 
Les premiers flashes électroniques étaient des engins de forte taille alimentés par des batteries souvent très lourdes. Leur coût les réservait en pratique aux usages professionnels, en particulier dans le domaine du reportage, de la photographie de mode, de mariage, etc.
 
Ces premiers flashes automatiques étaient très gourmands en énergie. La charge du condensateur était toujours établie maximale et l'interruption de l'éclair se faisait tout simplement en court-circuitant le tube à éclairs, l'énergie excédentaire étant dissipée dans une bobine. Par la suite, on a pu réaliser des systèmes beaucoup plus économiques capables de préserver la charge non utilisée et donc de la rendre disponible pour l'éclair suivant, de sorte que le temps de recyclage pouvait devenir d'autant plus court que l'énergie demandée à chaque éclair était plus faible.
 
 
 
== Images en attente ==