Différences entre les versions de « Philosophie/Philosophie de l'esprit/Ce que Marie ne savait pas »

aucun résumé de modification
Ce dernier point suggère en outre que l'argument de la connaissance ne met pas seulement en évidence qu'il y a des vérités qui ne sont pas physicalistes : il montre que l'on peut rejeter pour de bonnes raisons le ''monisme'' du physicalisme (thèse selon laquelle l'univers n'est fait que d'une seule substance). Autrement dit, on peut se demander si l'argument n'implique pas une certaine thèse à propos de la réalité. En effet, si l'on rejette le monisme, on est conduit au ''dualisme'' (qui peut prendre des formes variées), à savoir ici que l'esprit, ou la conscience, n'est pas réductible à une réalité de nature physique, ou à des formes de monisme qui excluent cette réduction.
 
== RéponseRéponses ==
 
De même que nous n'avons proposé ci-dessus qu'un exposé introductif des enjeux de l'expérience de pensée, nous ne proposerons maintenant qu'une vue d'ensemble des réponses à l'argument de la connaissance. Nous donnerons ensuite un résumé de ce chapitre, ainsi que des ressources pour étudier ce sujet plus en détail.
 
Puisque l'argument de la connaissance consiste à soutenir que la connaissance de ce que cela fait d'avoir l'expérience de x est impossible sans avoir l'expérience de x, l'objection majeure à cette expérience de pensée consiste à soutenir que la connaissance physique complète d'un phénomène permet de prévoir ce que cela fait d'avoir l'expérience de ce phénomène. En d'autres termes, cette expérience prétendue nouvelle peut être déduite de connaissances antérieures.
 
L'un des présupposés de l'expérience de pensée est que Marie possède ''toutes'' les connaissances physiques sur le fonctionnement de la vision. Or, nous ne savons pas en l'état actuel en quoi consiste une telle connaissance complète. Il est donc possible que la connaissance physique complète du fonctionnement de la vision ''implique'' la connaissance de l'effet que cela fait d'avoir l'expérience d'une couleur. Plus précisément, rien n'empêche que nous puissions un jour expliquer comment une réalité physique explique l'effet que cela fait d'avoir l'expérience de cette réalité, ce qui reviendrait à pouvoir réduire l'effet que cela fait à une connaissance physique.
 
== Résumé : suppositions/critiques ==
 
Torin Alter a proposé de faire une synthèse de la discussion sur l'argument de la connaissance. En voici la substance.
 
# Supposition : Marie possède une connaissance physique complète avant de quitter sa pièce.
## Objection : Marie ne possède pas une telle connaissance avant de sortir de la pièce, car les vérité physiques d'ordre supérieures ne peuvent généralement pas être déduites de vérités d'ordre inférieur.
## Objection : Marie ne possède pas une telle connaissance avant de sortir de la pièce, car les vérités relatives à des propriétés intrinsèques des phénomènes physiques ne peuvent être apprises discursivement.
# Supposition : En sortant de la pièce, Marie apprend quelque chose.
## Objection : Nous le supposons car nous ne sommes pas capables de comprendre les implications d'une connaissance physique complète.
## Objection : Nous le supposons, car nous ne sommes pas capables de comprendre que les propriétés phénoménales ne sont que des propriétés de nos représentations.
## Objection : Marie n'acquiert en réalité que des ''croyances'' injustifiées.
 
== Bibliographie ==
542

modifications