Différences entre les versions de « Photographie/Objectifs/Objectifs de focale « normale » »

Cette question semble aujourd'hui dépassée en raison de l'omniprésence presque absolue des objectifs à focale variable ; ceux-ci équipent en effet la quasi totalité des appareils compacts et ils sont presque toujours livrés en kits avec les boîtiers reflex. Néanmoins, les objectifs fixes et plus spécialement les objectifs standards conservent certains avantages qui méritent considération.
 
=== La luminositéqualité optique ===
 
S'il est très difficile de réaliser des objectifs grand-angulaires ou des téléobjectifs à la fois très lumineux et de très bonne qualité optique, cette difficulté est bien moindre pour les focales dites normales. C'est donc dans cette gamme de focales que les opticiens ont réalisé le plus de prouesses et qu'il faut rechercher une bonne partie des « cailloux » les plus réputés.
C'est sans doute l'ouverture maximale qui constitue le critère de choix prioritaire. Là où, pour des focales comparables, la plupart des zooms n'ouvrent qu'à 2,8 ou plus souvent à 3,5 ou à 4, les objectifs standards ouvrent communément à 1,8, voire 1,4 ou même 1,2. La gain de luminosité peut atteindre l'équivalent de 2 ou 3 crans de diaphragme, ce qui correspond à des éclairements d'image 4 fois ou 8 fois plus forts, ce qui peut être déterminant dans de nombreuses situations, en particulier pour les scènes d'intérieur à faible luminosité, les spectacles, etc. ; c'est particulièrement vrai lorsque l'usage du flash est interdit.
 
Les objectifs standards présentent peu d'[[Photographie/Objectifs/Aberrations|aberrations]] et sont généralement très bien corrigés de la distorsion, contrairement aux zooms dont les focales extrêmes sont inutilisables pour certaines applications comme la reproduction de documents ou la [[Photographie/Thèmes/L'architecture|photographie d'architecture]]. Leur [[Photographie/Netteté des images/Pouvoir séparateur des objectifs|pouvoir séparateur]] et leur
[[Photographie/Netteté des images/Fonction de transfert de modulation|restitution des contrastes]] sont également meilleurs, bien que la différence soit aujourd'hui relativement faible, à focale identique, avec les zooms haut de gamme. L'une des raisons de cette excellente transmission du contraste tient au faible nombre de lentilles de ces objectifs.
 
Cependant, certains objectifs standards très lumineux (f/1,4 ou f/1,2) n'offrent pas une qualité optique satisfaisante aux plus fortes ouvertures ; cela s'arrange en fermant le diaphragme d'un ou deux crans mais si dans ce cas l'ouverture maximale très élevée améliore grandement le confort de la visée, en revanche elle ne permet pas d'obtenir des images de très bonne qualité.
 
=== La restitution de la perspective ===
 
L'angle de champ des objectifs de focale « normale » est censé être proche de celui du regard que nous portons sur les choses qui nous entourent. Une photographie réalisée à l'aide d'un tel objectif sera facilement regardée depuis une distance voisine de la [[distance orthoscopique]], pour peu qu'elle soit suffisamment agrandie. Elle donnera donc une vision « naturelle » des scènes photographiées et ne présentera aucune déformation apparente.
 
=== La qualité optiqueluminosité ===
 
C'est sans doute l'ouverture maximale qui constitue le critère de choix prioritaire. Là où, pour des focales comparables, la plupart des zooms n'ouvrent qu'à 2,8 ou plus souvent à 3,5 ou à 4, les objectifs standards ouvrent communément à 1,8, voire 1,4 ou même 1,2. La gain de luminosité peut atteindre l'équivalent de 2 ou 3 crans de diaphragme, ce qui correspond à des éclairements d'image 4 fois ou 8 fois plus forts, ce qui peut être déterminant dans de nombreuses situations, en particulier pour les scènes d'intérieur à faible luminosité, les spectacles, etc. ; c'est particulièrement vrai lorsque l'usage du flash est interdit.
 
=== La possibilité d'obtenir de faibles profondeurs de champ ===
 
La [[profondeur de champ]] est étudiée plus loin en détail. Plus le diaphragme est fermé, toutes choses égales par ailleurs, plus l'étendue de la zone de netteté est grande en avant et en arrière du plan de mise au point ; en revanche, plus le diaphragme est ouvert et plus cette zone est réduite. Certaines prises de vue demandent une grande profondeur de champ, ce qui ne pose pas vraiment de problème, mais d'autres sont améliorées par une faible étendue de la zone de netteté, comme nous le verrons par la suite. De ce point de vue, les objectifs très ouverts possèdent donc un avantage considérable sur les zooms. Les objectifs standards sont ceux dont l'ouverture varie avec la plus grande amplitude et de ce fait, ceux qui permettent d'obtenir les plus grandes variations de profondeur de champ.
 
=== La qualité optique ===
 
S'il est très difficile de réaliser des objectifs grand-angulaires ou des téléobjectifs à la fois très lumineux et de très bonne qualité optique, cette difficulté est bien moindre pour les focales dites normales. C'est donc dans cette gamme de focales que les opticiens ont réalisé le plus de prouesses et qu'il faut rechercher une bonne partie des « cailloux » les plus réputés.
 
Les objectifs standards présentent peu d'[[Photographie/Objectifs/Aberrations|aberrations]] et sont généralement très bien corrigés de la distorsion, contrairement aux zooms dont les focales extrêmes sont inutilisables pour certaines applications comme la reproduction de documents ou la [[Photographie/Thèmes/L'architecture|photographie d'architecture]]. Leur [[Photographie/Netteté des images/Pouvoir séparateur des objectifs|pouvoir séparateur]] et leur
[[Photographie/Netteté des images/Fonction de transfert de modulation|restitution des contrastes]] sont également meilleurs, bien que la différence soit aujourd'hui relativement faible, à focale identique, avec les zooms haut de gamme. L'une des raisons de cette excellente transmission du contraste tient au faible nombre de lentilles de ces objectifs.
 
Cependant, certains objectifs standards très lumineux (f/1,4 ou f/1,2) n'offrent pas une qualité optique satisfaisante aux plus fortes ouvertures ; cela s'arrange en fermant le diaphragme d'un ou deux crans mais si dans ce cas l'ouverture maximale très élevée améliore grandement le confort de la visée, en revanche elle ne permet pas d'obtenir des images de très bonne qualité.
 
=== La « qualité du flou » ===
 
Les optiques très ouvertes ne soient pas spécialement légères, mais le poids d'un objectif standard de luminosité moyenne est nettement plus faible que celui d'un zoom transtandard ; c'est un élément à considérer si chaque gramme compte dans le sac à dos.
 
== L'usage en position inversée pour la photographie rapprochée ===
 
Tout le monde ne peut pas s'offrir un objectif macro mais une simple bague d'inversion permet de monter un 50 mm à l'envers, ce qui permet à la fois d'obtenir de forts grandissements et de réaliser des images de très haute qualité.
 
=== Le combat contre la « zoomite » et la paresse ===