Différences entre les versions de « Photographie/Thèmes/Le paysage »

Nous nous apercevrons entre autres que la composition d'un paysage ne gagne guère à être analysée dans les détails ou par morceaux. C'est l'ensemble de ce qui figure dans le cadre qui doit retenir l'attention, peu importe finalement que les « règles » soient respectées ou non, seul compte le résultat final. Il est relativement facile de composer une image conforme à la règle des tiers, mais beaucoup plus difficile d'en faire une véritable œuvre d'art. [[Ansel Adams]] disait : « il n'y a pas de règles pour les bons photographes, il y a seulement de bons photographes ».
 
=== Questions d'« échelle », de focale et d'angle de champ ===
 
Un angle de vision très large, comme celui que l'on peut avoir avec un objectif grand-angulaire, permet d'embrasser les paysages les plus vastes et de rendre au mieux l'impression d'immensité que l'on éprouve parfois. Naturellement, plus l'angle est grand, plus nombreux seront les éléments inclus dans la composition, et ce n'est pas forcément un avantage. Au contraire, un téléobjectif permet d'ignorer les vastes étendues qui restent hors du cadre et de sélectionner des éléments plus restreints pour mieux les mettre en valeur. Le choix de la focale est dont directement lié aux intentions et aux besoins du photographe.
 
Il faut rappeler ici quelques règles élémentaires :
* la perspective dépend uniquement du point de vue, en aucun cas de la distance focale ; celle-ci permet uniquement de faire varier l'angle de champ, depuis un point donné.
* plus on se rapproche du sujet, plus celui-ci prend une place importante dans le cadre ; c'est une évidence, mais il faut le rappeler de temps à autres.
* lorsque l'on se rapproche de la scène à photographier, les objets proches semblent grossir beaucoup plus vite que les objets éloigné ; en se rapprochant, les premiers voient leur importance dans le cadre augmenter beaucoup plus vite que les seconds.
 
=== « Les matières premières » du paysage ===