« Wikipédia/Découvrir Wikipédia/Présentation et contexte » : différence entre les versions

m
formatnum et corrections mineures
m (rv: les auteurs sont indiqués explicitement dans l'historique; on ne signe pas les pages)
m (formatnum et corrections mineures)
Wikipédia est gérée par une association caritative américaine, la Wikimedia Fondation, qui, entre autres responsabilités, met à disposition les ressources informatiques nécessaires.
 
Mi-2008, Wikipédia était l’un des dix sites web les plus consultés au monde. Déployée dans plus de 250 langues, l’encyclopédie comptait plus de 11 millions de pages à l’automne 2008. Pour une douzaine de langues, elle dépassait les 200 000{{formatnum:200000}} articles. À l’automne 2008, elle comptait plus de 2,5 millions d’articles en anglais, 800 000{{formatnum:800000}} en allemand, 700 000{{formatnum:700000}} en français et presque 500 000{{formatnum:500000}} en polonais. En comparaison, les éditions DVD 2008 d’''Encyclopædia Universalis'', d’''Encarta'' et d’''Encyclopædia Britannica'' avoisinaient res pec tivementrespectivement les 40 000{{formatnum:40000}}, 60 000{{formatnum:60000}} et 100 000{{formatnum:100000}} articles.
 
Les versions linguistiques ne sont pas des traductions de la version anglaise, chaque version est originale, même si, en pratique, certains articles peuvent en effet être traduits. Il est donc souvent conseillé aux personnes multilinguespolyglottes de consulter plusieurs versions.
 
L’objectif que se donne Wikipédia est de créer et de distribuer une encyclopédie libre de la meilleure qualité possible à chaque personne sur la Terre dans sa langue maternelle. En revanche, Wikipédia n’a pas pour but de présenter des informations inédites. Comme pour les encyclopédies classiques, son ambition se limite à exposer des connaissances déjà établies et reconnues.
L’élaboration de Wikipédia est assurée par de très nombreux contributeurs bénévoles, généralement anonymes, parfois identifiés sous un pseudonyme. Ces contributeurs définissent eux-mêmes toutes les règles et conventions d’écriture sans intervention d’une instance supérieure.
 
Sur l’encyclopédie Wikipédia francophone, le nombre total d’utilisateurs enregistrés est de 428 940{{formatnum:428940}} (mais seuls 36 % d’entre eux ont contribué). Les modifications faites par des utilisateurs enregistrés représentent 62 % du total des modifications. Celles faites par des personnes non identifiées, 15 %, et celles effectuées par des robots (systèmes automatiques), 23 %. Le nombre total de modifications enregistrées entre la création et juillet 2008 était de 30 413 284{{formatnum:30413284}}.
 
== Comprendre la terminologie ==
=== Comparaison Wikipédia – ''Encyclopædia Britannica'' ===
 
L’article du magazine scientifique ''Nature''<ref>Giles, J., Internet encyclopaedias go head to head, ''Nature'', 2005, 438, 900-901.</ref>, publiéepublié le 15 décembre 2005, provoque un véritable raz-de-marée, y compris au sein de la communauté wikipédienne. L’article montre les résultats d’une étude portant sur 50 articles du domaine scientifique issus de Wikipédia (version anglaise), et les 50 articles équivalents de l’''Encyclopædia Britannica'' (encyclopédie de référence dans le monde anglophone). Tous ces articles ont été soumis à des experts dans leurs domaines pour y révéler des erreurs, des approximations ou tout autre défaut. Sur les 50, seuls 42 ont été vraiment traités. Les résultats sont les suivants :
* les articles de l’''Encyclopædia Britannica'' comportent 123 erreurs, soit un taux de 2,93 erreurs par article ;
* ceux de Wikipédia comportent 162 erreurs, soit un taux de 3,86 erreurs par article.
=== Comparaison Wikipédia – ''Brockhaus Enzyklopädie'' ===
 
Plus récemment, en décembre 2007, le magazine allemand ''Stern'' publie les résultats d’une étude comparative<ref>Wikipedia : Wissen für alle. ''Stern'' 50/2007, December 6, 2007, pp. 30-44</ref> entre la Wikipédia Allemande et la version en ligne de l’édition en 15 volumes de ''Brockhaus Enzyklopädie'' (encyclopédie de référence dans le monde germanophone). Cette étude était commissionnée par un institut de recherche (WIND GmbH) dont les ex perts ont évalué 50 articles de chaque encyclopédie (couvrant des domaines variés : politique, business, sport, science, cul tureculture, loisirs, géographie, médecine, his toirehistoire et religion) en utilisant quatre critères (exactitude, complétion, mise à jour, et clarté).
 
Les experts ont jugé les articles de Wikipédia comme étant de meilleure qualité en moyenne (1,6 sur une échelle de 1 à 6, pour une moyenne de 2,3 pour ''Brockhaus Enzyklopädie''). D’une façon générale, Wikipédia fut considérée comme plus à jour et plus complète, alors que les articles de ''Brockhaus Enzyklopädie'' étaient d’une plus grande clarté. Certains articles de Wikipédia ont été critiqués pour être trop long et d’une trop grande expertise pour une encyclopédie généraliste.
=== Le phénomène de vandalisme ===
 
Des études plus récentes offrent un éclairage intéressant<ref>Reid Priedhorsky, Jilin Chen, Shyong, Katherine Panciera, Loren Terveen, John Riedl, Creating, Destroying, and Restoring Value in Wikipedia, GROUP’07, Sanibel Island, Florida, USA, novembre 2007.</ref>. Elles classent les dommages en six catégories : désinformation, suppression massive, suppression partielle, contenu offensant, spam ou nonsens. En étudiant le contenu jusqu’à fin 2006, elles montrent qu’environ 5 % des modifications de la Wikipédia anglophone peuvent être considérées comme du vandalisme. Sur une durée d’environ quatre ans, cela représente plus de '''2 millions de modifications problématiques''' sur environ '''57 millions de modifications acceptables'''. À titre de comparaison, en extrapolant ces données à la version francophone, on peut estimer que le nombre de vandalismes à détecter est d’environ 36 000{{formatnum:36000}} par mois, soit plus d’un millier par jour.
 
Sur la Wikipédia anglophone, on estime que 42 % des dommages sont réparés avant même d’être vus, que quasiment tous sont supprimés après 15 révisions, et que '''la probabilité de lire un article endommagé est de 0,0037'''. Seuls 60 % des vandalismes sont détectés facilement par des humains, et seuls 11 % des vandalismes persistent après avoir été vus 100 fois.
 
Le résultat est intéressant : fin 2006, un lecteur a environ quatre chances sur mille de rencontrer un vandalisme, qui sera reconnu aisément dans 60 % des cas. En arrondissant largement pour fixer les idées, fin 2006, un lecteur a '''environ 2 chances sur 1 000{{formatnum:1000}} de lire un vandalisme sans s’en rendre compte'''. Depuis cette étude (données jusqu’à fin 2006), des systèmes automatiques anti-vandalisme ont été largement déployés.
 
<references />
15

modifications