« Wikipédia/Découvrir Wikipédia/Présentation et contexte » : différence entre les versions

mise en forme
(code wiki)
(mise en forme)
== Saisir les enjeux ==
 
Wikipédia. Difficile de traiter en 80 pages un sujet aussi vaste. Peut-être faut-il commencer par parler d’un rêve. Wikipédia, c’est avant toute chose tenter de donner un peu de substance à un rêve, celui du partage du savoir.
Wikipédia. Difficile de traiter en 80 pages
un sujet aussi vaste. Peut-être faut-il commencer
par parler d’un rêve. Wikipédia,
c’est avant toute chose tenter de donner
un peu de substance à un rêve, celui du
partage du savoir.
Par le passé, le savoir était souvent enfermé
et concentré dans des lieux : les
bibliothèques, les musées, les laboratoires,
les universités. De fait, le savoir était
alors un bien rare, cher, difficile d’accès,
réservé aux élites. Quiconque voulait apprendre,
devait avant tout être né dans
la bonne classe sociale. Il lui fallait également
avoir des ressources financières
suffisantes, pouvoir se déplacer physiquement
jusqu’aux lieux de stockage de
l’information, parfois fort éloignés, et
enfin maîtriser la langue dans laquelle le
savoir était délivré. Les nouvelles technologies
de l’information, de la communication
et de la collaboration (NTICC) ont
changé la donne.
Chaque avancée majeure sur le traitement
de l’information a profondément transformé
notre civilisation. Ainsi l’écriture a
permis de conserver l’information et d’en
rendre la transmission plus facile, en se
détachant des obligations spatiales et
temporelles. Plus tard, l’imprimerie a rendu
plus aisée sa duplication. Les médias
électroniques ont facilité sa diffusion jusqu’à
l’utilisateur. Et aujourd’hui, non seulement
le web rend possible une diffusion
du savoir à l’échelle mondiale pour un
coût unitaire extrêmement faible, mais il
favorise également le développement d’un
nouveau mode de production du savoir
basé sur des démarches collaboratives.
Wikipédia est le plus souvent connue
comme étant une encyclopédie gratuite
sur internet, écrite pour et par les internautes.
Mais au-delà de sa simple caractéristique
d’encyclopédie gratuite, elle
est surtout destinée à permettre au plus
grand nombre d’avoir accès à la connaissance.
Wikipédia abaisse la barrière linguistique
d’accès au savoir en proposant
des versions dans plus de 250 langues
différentes. Elle réduit également la barrière
financière en étant accessible gratuitement
sur Internet. Elle supprime la
barrière physique en s’invitant chez tous
ceux ayant accès à Internet (soit 1 milliard
460 millions de personnes en juin 2008
selon World Stats), que cela soit à la maison,
dans un établissement scolaire, au
travail, voire même dans la rue !
 
Par le passé, le savoir était souvent enfermé et concentré dans des lieux : les bibliothèques, les musées, les laboratoires, les universités. De fait, le savoir était alors un bien rare, cher, difficile d’accès, réservé aux élites. Quiconque voulait apprendre, devait avant tout être né dans la bonne classe sociale. Il lui fallait également avoir des ressources financières suffisantes, pouvoir se déplacer physiquement jusqu’aux lieux de stockage de l’information, parfois fort éloignés, et enfin maîtriser la langue dans laquelle le savoir était délivré. Les nouvelles technologies de l’information, de la communication et de la collaboration (NTICC) ont changé la donne.
Mais le véritable trésor de Wikipédia réside
probablement dans les conditions
d’utilisation qu’elle propose. Les auteurs
de Wikipédia ont fait le choix délibéré de
mettre tout le contenu sous une licence
libre. Sous ce terme barbare et souvent
mal compris (voir le chapitre 5 pour plus
d’explications), se cachent trois caractéristiques,
visant à minimiser les restrictions
de diffusion des connaissances :
* tout le monde peut lire le contenu de
Wikipédia. Il est accessible à tous, librement,
gratuitement ;
* tout le monde peut redistribuer le contenu
de Wikipédia, en le diffusant sur internet
ou sur toute plateforme adéquate,
tel que CD Rom, DVD, clé USB, téléphonie
mobile, ou tout simplement papier. Pour
ceux qui n’ont pas la chance d’avoir accès
à Internet, voire à un ordinateur, le
contenu de Wikipédia peut ainsi devenir
disponible par d’autres moyens ;
* enfin, le contenu de Wikipédia est modifiable par tous, sur le site, ou ailleurs.
Un extrait d’article peut être réutilisé sur
un autre site web, ou dans un article intégré
à un ouvrage. Une version sans image
peut être diffusée sur téléphone mobile.
En résumé, Wikipédia n’est pas une fin
en soi, mais un début, une banque de
connaissance, à la disposition de tous,
pour enrichir des bases spécialisées.
Le savoir est un bien particulier. On ne le
donne pas, on le duplique. Consommer le
savoir ne le rend pas plus rare, bien au
contraire : c’est un bien qui n’appauvrit
pas celui qui l’offre, il l’enrichit.
 
Chaque avancée majeure sur le traitement de l’information a profondément transformé notre civilisation. Ainsi l’écriture a permis de conserver l’information et d’en rendre la transmission plus facile, en se détachant des obligations spatiales et temporelles. Plus tard, l’imprimerie a rendu plus aisée sa duplication. Les médias électroniques ont facilité sa diffusion jusqu’à l’utilisateur. Et aujourd’hui, non seulement le web rend possible une diffusion du savoir à l’échelle mondiale pour un coût unitaire extrêmement faible, mais il favorise également le développement d’un nouveau mode de production du savoir basé sur des démarches collaboratives.
== Définir Wikipédia ==
 
Wikipédia est le plus souvent connue comme étant une encyclopédie gratuite sur internet, écrite pour et par les internautes. Mais au-delà de sa simple caractéristique d’encyclopédie gratuite, elle est surtout destinée à permettre au plus grand nombre d’avoir accès à la connaissance. Wikipédia abaisse la barrière linguistique d’accès au savoir en proposant des versions dans plus de 250 langues différentes. Elle réduit également la barrière financière en étant accessible gratuitement sur Internet. Elle supprime la barrière physique en s’invitant chez tous ceux ayant accès à Internet (soit 1 milliard 460 millions de personnes en juin 2008 selon World Stats), que cela soit à la maison, dans un établissement scolaire, au travail, voire même dans la rue !
Wikipédia est une encyclopédie collaborative
en ligne, universelle et multilingue,
fonctionnant avec un système de plateforme
collaborative appelée un wiki. Elle
a été créée en janvier 2001 dans sa version
anglophone. La version francophone
a été officiellement ouverte en mars 2001.
Première version de Wikipédia dans une
langue autre que l’anglais, elle ne contenait
que quelques centaines d’articles au
printemps 2002.
Wikipédia est gérée par une association
caritative américaine, la Wikimedia
Fondation, qui, entre autres responsabilités,
met à disposition les ressources informatiques
nécessaires.
Mi-2008, Wikipédia était l’un des dix sites
web les plus consultés au monde.
Déployée dans plus de 250 langues, l’encyclopédie
comptait plus de 11 millions
de pages à l’automne 2008. Pour une
douzaine de langues, elle dépassait les
200 000 articles. À l’automne 2008, elle
comptait plus de 2,5 millions d’articles en
anglais, 800 000 en allemand, 700 000 en
français et presque 500 000 en polonais.
En comparaison, les éditions DVD 2008
d’Encyclopædia Universalis, d’Encarta et
d’Encyclopædia Britannica avoisinaient
res pec tivement les 40 000, 60 000 et
100 000 articles.
Les versions linguistiques ne sont pas des
traductions de la version anglaise, chaque
version est originale, même si, en pratique,
certains articles peuvent en effet être
traduits. Il est donc souvent conseillé aux
personnes multilingues de consulter plusieurs
versions.
 
Mais le véritable trésor de Wikipédia réside probablement dans les conditions d’utilisation qu’elle propose. Les auteurs de Wikipédia ont fait le choix délibéré de mettre tout le contenu sous une licence libre. Sous ce terme barbare et souvent mal compris (voir le chapitre 5 pour plus d’explications), se cachent trois caractéristiques, visant à minimiser les restrictions de diffusion des connaissances :
* tout le monde peut lire le contenu de Wikipédia. Il est accessible à tous, librement, gratuitement ;
* tout le monde peut redistribuer le contenu de Wikipédia, en le diffusant sur internet ou sur toute plateforme adéquate, tel que CD Rom, DVD, clé USB, téléphonie mobile, ou tout simplement papier. Pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir accès à Internet, voire à un ordinateur, le contenu de Wikipédia peut ainsi devenir disponible par d’autres moyens ;
* enfin, le contenu de Wikipédia est modifiable par tous, sur le site, ou ailleurs. Un extrait d’article peut être réutilisé sur un autre site web, ou dans un article intégré à un ouvrage. Une version sans image peut être diffusée sur téléphone mobile.
 
En résumé, Wikipédia n’est pas une fin en soi, mais un début, une banque de connaissance, à la disposition de tous, pour enrichir des bases spécialisées.
L’objectif que se donne Wikipédia est de
créer et de distribuer une encyclopédie libre
de la meilleure qualité possible à chaque
personne sur la Terre dans sa langue
maternelle. En revanche, Wikipédia n’a
pas pour but de présenter des informations
inédites. Comme pour les encyclopédies
classiques, son ambition se limite
à exposer des connaissances déjà établies
et reconnues.
 
Le savoir est un bien particulier. On ne le donne pas, on le duplique. Consommer le savoir ne le rend pas plus rare, bien au contraire : c’est un bien qui n’appauvrit pas celui qui l’offre, il l’enrichit.
 
L’élaboration== deDéfinir Wikipédia est assurée par==
de très nombreux contributeurs bénévoles,
généralement anonymes, parfois identifiés sous un pseudonyme. Ces contributeurs
définissent eux-mêmes toutes les
règles et conventions d’écriture sans intervention
d’une instance supérieure.
 
Wikipédia est une encyclopédie collaborative en ligne, universelle et multilingue, fonctionnant avec un système de plateforme collaborative appelée un wiki. Elle a été créée en janvier 2001 dans sa version anglophone. La version francophone a été officiellement ouverte en mars 2001. Première version de Wikipédia dans une langue autre que l’anglais, elle ne contenait que quelques centaines d’articles au printemps 2002.
 
Wikipédia est gérée par une association caritative américaine, la Wikimedia Fondation, qui, entre autres responsabilités, met à disposition les ressources informatiques nécessaires.
Sur l’encyclopédie Wikipédia francophone,
le nombre total d’utilisateurs enregistrés
est de 428 940 (mais seuls 36 % d’entre
eux ont contribué). Les modifications faites
par des utilisateurs enregistrés représentent
62 % du total des modifi cations.
Celles faites par des personnes non identifi
ées, 15 %, et celles effectuées par des
robots (systèmes automatiques), 23 %.
Le nombre total de modifications enregistrées
entre la création et juillet 2008 était
de 30 413 284.
 
Mi-2008, Wikipédia était l’un des dix sites web les plus consultés au monde. Déployée dans plus de 250 langues, l’encyclopédie comptait plus de 11 millions de pages à l’automne 2008. Pour une douzaine de langues, elle dépassait les 200 000 articles. À l’automne 2008, elle comptait plus de 2,5 millions d’articles en anglais, 800 000 en allemand, 700 000 en français et presque 500 000 en polonais. En comparaison, les éditions DVD 2008 d’Encyclopædia Universalis, d’Encarta et d’Encyclopædia Britannica avoisinaient res pec tivement les 40 000, 60 000 et 100 000 articles.
 
Les versions linguistiques ne sont pas des traductions de la version anglaise, chaque version est originale, même si, en pratique, certains articles peuvent en effet être traduits. Il est donc souvent conseillé aux personnes multilingues de consulter plusieurs versions.
 
L’objectif que se donne Wikipédia est de créer et de distribuer une encyclopédie libre de la meilleure qualité possible à chaque personne sur la Terre dans sa langue maternelle. En revanche, Wikipédia n’a pas pour but de présenter des informations inédites. Comme pour les encyclopédies classiques, son ambition se limite à exposer des connaissances déjà établies et reconnues.
 
L’élaboration de Wikipédia est assurée par de très nombreux contributeurs bénévoles, généralement anonymes, parfois identifiés sous un pseudonyme. Ces contributeurs définissent eux-mêmes toutes les règles et conventions d’écriture sans intervention d’une instance supérieure.
 
Sur l’encyclopédie Wikipédia francophone, le nombre total d’utilisateurs enregistrés est de 428 940 (mais seuls 36 % d’entre eux ont contribué). Les modifications faites par des utilisateurs enregistrés représentent 62 % du total des modifi cations. Celles faites par des personnes non identifi ées, 15 %, et celles effectuées par des robots (systèmes automatiques), 23 %. Le nombre total de modifications enregistrées entre la création et juillet 2008 était de 30 413 284.
 
== Comprendre la terminologie ==
 
Le public est souvent perdu entre les termes : Wikipédia, Wikimedia, MediaWiki… De quoi s’agit-il ?
: Wikipédia, Wikimedia, MediaWiki…
De quoi s’agit-il ?
 
Wikipedia est le projet d’encyclopédie libre. Wikipedia est un mot-valise conçu à partir de wiki, un système de gestion de contenu de site web qui permet la modifi - cation d’un texte par l’intermédiaire d’un navigateur, et de pedia (du grec paideia, éducation) que l’on retrouve dans le mot encyclopédie dans plusieurs langues. En français, le nom Wikipedia est généralement francisé en Wikipédia. La plupart des participants parlent de Wikipédia au féminin.
 
MediaWiki est le logiciel sur lequel tourne Wikipedia (voir le chapitre 6).
Wikipedia est le projet d’encyclopédie libre.
 
Wikipedia est un mot-valise conçu à
Wikimedia Foundation est l’organisation caritative qui héberge Wikipedia. Toutes les associations nationales créées par les participants portent un nom du style Wikimedia NomDuPays, comme par exemple Wikimedia France (voir le chapitre 3).
partir de wiki, un système de gestion de
 
contenu de site web qui permet la modifi -
Projets Wikimedia est un terme qui fait référence à des projets hébergés par la Wikimedia Foundation : Wikipedia, Wikisource, etc. (voir le chapitre 6).
cation d’un texte par l’intermédiaire d’un
 
navigateur, et de pedia (du grec paideia,
Wikimedia décrit le mouvement. La communauté Wikimedia est l’ensemble des personnes impliquées dans le développement des projets. Les participants parlent délibérément de projet lorsqu’ils font référence à Wikipédia, afi n de souligner la spécifi cité d’une construction dynamique et d’un état d’inachèvement permanent.
éducation) que l’on retrouve dans le mot
encyclopédie dans plusieurs langues. En
français, le nom Wikipedia est généralement
francisé en Wikipédia. La plupart
des participants parlent de Wikipédia au
féminin.
MediaWiki est le logiciel sur lequel tourne
Wikipedia (voir le chapitre 6).
Wikimedia Foundation est l’organisation
caritative qui héberge Wikipedia. Toutes
les associations nationales créées par
les participants portent un nom du style
Wikimedia NomDuPays, comme par exemple
Wikimedia France (voir le chapitre 3).
Projets Wikimedia est un terme qui fait
référence à des projets hébergés par
la Wikimedia Foundation : Wikipedia,
Wikisource, etc. (voir le chapitre 6).
Wikimedia décrit le mouvement. La communauté
Wikimedia est l’ensemble des
personnes impliquées dans le développement
des projets.
Les participants parlent délibérément
de projet lorsqu’ils font référence à
Wikipédia, afi n de souligner la spécifi cité
d’une construction dynamique et d’un
état d’inachèvement permanent.
 
== Connaître les utilisateurs ==
 
Si relativement peu de données sont disponibles concernant les participants euxmêmes, il n’en est pas de même pour les lecteurs.
concernant les participants euxmêmes,
il n’en est pas de même pour les
lecteurs.
Pour le mois de juillet 2008, l’institut statistique
ComScore a relevé une audience
de 244 millions de visiteurs uniques (VU)
pour l’ensemble des projets Wikimedia,
ce qui correspond à 25,7 % de la population
connectée. Ceci propulse les sites
Wikimedia au 5e rang des sites les plus
visités au monde. Tous les instituts statistiques
font de Wikipédia le premier site
non commercial à intégrer le top 10.
Doc. 1 : Audience de Wikipédia
(Source ComScore 2008).
Cependant, on observe des contrastes
signifi catifs par pays. Par exemple, en
juillet/août 2007, la proportion de visiteurs
uniques en Allemagne est de
11 points supérieure à celle de la France :
39 % des internautes allemands (contre
28 % en France) consultent Wikipédia.
En France, en juin 2008, 32,3 millions de
personnes âgées de 11 ans et plus se sont
connectées à Internet, soit 61,1 % de la
population. Le site Wikipédia représentait
10,2 millions de visiteurs uniques, ce qui
en faisait le 9e site le plus visité par les internautes
français (Source Médiamétrie).
Âge 15-24 26 %
Âge 25-34 22 %
Âge 35-44 25 %
Âge 45-54 30 %
Âge 55+ 29 %
Doc. 2 : Audience de Wikipédia
par tranche d’âge (ComScore 2008).
Wikipédia séduit un public de tous âges,
avec une majorité légère d’hommes
(55 %). L’élargissement progressif de
l’audience touche en priorité les populations
culturellement et économiquement
privilégiées ainsi que les jeunes en âge
de suivre des études supérieures. Courant
2008, un développement important
d’articles relatifs au Maroc ou à la Côte
d’Ivoire dénote une participation africaine
naissante. Selon ComScore, 25 % des
utilisateurs d’internet de la zone Moyen-
Orient-Afrique utiliseraient Wikipédia (soit
11 millions sur 45 millions de connectés).
 
Pour le mois de juillet 2008, l’institut statistique ComScore a relevé une audience de 244 millions de visiteurs uniques (VU) pour l’ensemble des projets Wikimedia, ce qui correspond à 25,7 % de la population connectée. Ceci propulse les sites Wikimedia au 5e rang des sites les plus visités au monde. Tous les instituts statistiques font de Wikipédia le premier site non commercial à intégrer le top 10.
== Répondre aux critiques ==
 
LeDoc. succès1 : Audience de Wikipédia n’empêche(Source pasComScore les2008).
critiques. Depuis les premiers jours, les
participants s’interrogent sur la capacité
d’un groupe faiblement coordonné de bénévoles
amateurs à construire un corpus
de connaissances cohérent et de qualité.
Les participants s’interrogent aussi sur la
capacité d’une large communauté à travailler
et à collaborer de façon harmonieuse.
Ils suspectent que la collaboration
constructive reste possible tant que les
membres du groupe se connaissent, mais
devient impossible au-delà d’un certain
nombre de collaborateurs.
1. Comparaison Wikipédia-
Encyclopædia Britannica
L’article du magazine scientifique Nature<ref>Giles, J., Internet encyclopaedias go head to
head, Nature, 2005, 438, 900-901.</ref>,
publiée le 15 décembre 2005, provoque
un véritable raz-de-marée, y compris au
sein de la communauté wikipédienne.
L’article montre les résultats d’une étude
portant sur 50 articles du domaine scientifi
que issus de Wikipédia (version anglaise),
et les 50 articles équivalents de
l’Encyclopædia Britannica (encyclopédie
de référence dans le monde anglophone).
Tous ces articles ont été soumis à des experts
dans leurs domaines pour y révéler
des erreurs, des approximations ou tout
autre défaut. Sur les 50, seuls 42 ont été
vraiment traités. Les résultats sont les suivants
:
* les articles de l’Encyclopædia Britannica
comportent 123 erreurs, soit un taux de
2,93 erreurs par article ;
* ceux de Wikipédia comportent
162 erreurs, soit un taux de 3,86 erreurs
par article.
 
Cependant, on observe des contrastes signifi catifs par pays. Par exemple, en juillet/août 2007, la proportion de visiteurs uniques en Allemagne est de 11 points supérieure à celle de la France : 39 % des internautes allemands (contre 28 % en France) consultent Wikipédia.
L’étude n’a porté que sur des articles
scientifiques, donc moins sujets à controverse
que certains relatifs à l’histoire, la
politique ou la religion. De plus, 42 articles
ne peuvent être représentatifs des
plus de 850 000 articles que comptait à
l’époque la version anglaise de Wikipédia.
Néanmoins, c’est la première étude de
ce genre, et la première à montrer que le
modèle éditorial choisi peut aboutir à un
contenu de qualité à peine inférieure à la
qualité d’une encyclopédie de référence.
Toutes les erreurs relevées ont été corrigées
dans les semaines qui ont suivi.
2. Comparaison Wikipédia-
Brockhaus Enzyklopädie
Plus récemment, en décembre 2007, le
magazine allemand Stern publie les résultats
d’une étude comparative<ref>Wikipedia : Wissen für alle. Stern 50/2007,
December 6, 2007, pp. 30-44</ref> entre la
Wikipédia Allemande et la version en ligne
de l’édition en 15 volumes de Brockhaus
Enzyklopädie (encyclopédie de référence
dans le monde germanophone). Cette étude
était commissionnée par un institut de
recherche (WIND GmbH) dont les ex perts
ont évalué 50 articles de chaque encyclopédie
(couvrant des domaines variés :
politique, business, sport, science, cul ture,
loisirs, géographie, médecine, his toire et
religion) en utilisant quatre critères (exactitude,
complétion, mise à jour, et clarté).
Les experts ont jugé les articles de
Wikipédia comme étant de meilleure
qualité en moyenne (1,6 sur une échelle
de 1 à 6, pour une moyenne de 2,3 pour
Brockhaus Enzyklopädie). D’une façon générale,
Wikipédia fut considérée comme
plus à jour et plus complète, alors que les
articles de Brockhaus Enzyklopädie étaient
d’une plus grande clarté. Certains articles
de Wikipédia ont été critiqués pour être
trop long et d’une trop grande expertise
pour une encyclopédie généraliste.
 
En France, en juin 2008, 32,3 millions de personnes âgées de 11 ans et plus se sont connectées à Internet, soit 61,1 % de la population. Le site Wikipédia représentait 10,2 millions de visiteurs uniques, ce qui en faisait le 9e site le plus visité par les internautes français (Source Médiamétrie).
S’il apparaît aujourd’hui que Wikipédia
 
peut fournir des articles d’une qualité similaire,
Âge 15-24 26 % Âge 25-34 22 % Âge 35-44 25 % Âge 45-54 30 % Âge 55+ 29 %
voire supérieure, aux articles des
Doc. 2 : Audience de Wikipédia par tranche d’âge (ComScore 2008).
encyclopédies traditionnelles, l’audience
 
grandissante de Wikipédia a conduit un
Wikipédia séduit un public de tous âges, avec une majorité légère d’hommes (55 %). L’élargissement progressif de l’audience touche en priorité les populations culturellement et économiquement privilégiées ainsi que les jeunes en âge de suivre des études supérieures. Courant 2008, un développement important d’articles relatifs au Maroc ou à la Côte d’Ivoire dénote une participation africaine naissante. Selon ComScore, 25 % des utilisateurs d’internet de la zone Moyen- Orient-Afrique utiliseraient Wikipédia (soit 11 millions sur 45 millions de connectés).
grand nombre de personnes à formuler
 
avec plus de précision des avis critiques
== Répondre aux critiques ==
sur la fi abilité des informations présentées
 
dans l’encyclopédie.
Le succès de Wikipédia n’empêche pas les critiques. Depuis les premiers jours, les participants s’interrogent sur la capacité d’un groupe faiblement coordonné de bénévoles amateurs à construire un corpus de connaissances cohérent et de qualité. Les participants s’interrogent aussi sur la capacité d’une large communauté à travailler et à collaborer de façon harmonieuse. Ils suspectent que la collaboration constructive reste possible tant que les membres du groupe se connaissent, mais devient impossible au-delà d’un certain nombre de collaborateurs.
Les critiques<ref>Endrizzi, Laure. 2008. Wikipédia : un
 
nouveau modèle éditorial ?. In Schöpfel J. (dir),
=== Comparaison Wikipédia- Encyclopædia Britannica ===
Les publications scientifi ques : analyses et
 
perspectives, coll. Traité « STI – Sciences et
L’article du magazine scientifique Nature<ref>Giles, J., Internet encyclopaedias go head to head, Nature, 2005, 438, 900-901.</ref>, publiée le 15 décembre 2005, provoque un véritable raz-de-marée, y compris au sein de la communauté wikipédienne. L’article montre les résultats d’une étude portant sur 50 articles du domaine scientifi que issus de Wikipédia (version anglaise), et les 50 articles équivalents de l’Encyclopædia Britannica (encyclopédie de référence dans le monde anglophone). Tous ces articles ont été soumis à des experts dans leurs domaines pour y révéler des erreurs, des approximations ou tout autre défaut. Sur les 50, seuls 42 ont été vraiment traités. Les résultats sont les suivants :
Techniques de l’Information ». Paris : Hermès.
* les articles de l’Encyclopædia Britannica comportent 123 erreurs, soit un taux de 2,93 erreurs par article ;
(à paraître).</ref> soulignent que « les articles
* ceux de Wikipédia comportent 162 erreurs, soit un taux de 3,86 erreurs par article.
sont en état d’inachèvement permanent.
 
L’actualisation instantanée des articles
L’étude n’a porté que sur des articles scientifiques, donc moins sujets à controverse que certains relatifs à l’histoire, la politique ou la religion. De plus, 42 articles ne peuvent être représentatifs des plus de 850 000 articles que comptait à l’époque la version anglaise de Wikipédia. Néanmoins, c’est la première étude de ce genre, et la première à montrer que le modèle éditorial choisi peut aboutir à un contenu de qualité à peine inférieure à la qualité d’une encyclopédie de référence. Toutes les erreurs relevées ont été corrigées dans les semaines qui ont suivi.
se traduit aussi par une instabilité permanente
 
qui fragilise la prise de distance
=== Comparaison Wikipédia- Brockhaus Enzyklopädie ===
critique et génère des questionnements
 
vis-à-vis de la stabilisation et de la sécurisation
Plus récemment, en décembre 2007, le magazine allemand Stern publie les résultats d’une étude comparative<ref>Wikipedia : Wissen für alle. Stern 50/2007, December 6, 2007, pp. 30-44</ref> entre la Wikipédia Allemande et la version en ligne de l’édition en 15 volumes de Brockhaus Enzyklopädie (encyclopédie de référence dans le monde germanophone). Cette étude était commissionnée par un institut de recherche (WIND GmbH) dont les ex perts ont évalué 50 articles de chaque encyclopédie (couvrant des domaines variés : politique, business, sport, science, cul ture, loisirs, géographie, médecine, his toire et religion) en utilisant quatre critères (exactitude, complétion, mise à jour, et clarté).
des contenus ». Les principales
 
critiques portent sur :
Les experts ont jugé les articles de Wikipédia comme étant de meilleure qualité en moyenne (1,6 sur une échelle de 1 à 6, pour une moyenne de 2,3 pour Brockhaus Enzyklopädie). D’une façon générale, Wikipédia fut considérée comme plus à jour et plus complète, alors que les articles de Brockhaus Enzyklopädie étaient d’une plus grande clarté. Certains articles de Wikipédia ont été critiqués pour être trop long et d’une trop grande expertise pour une encyclopédie généraliste.
 
S’il apparaît aujourd’hui que Wikipédia peut fournir des articles d’une qualité similaire, voire supérieure, aux articles des encyclopédies traditionnelles, l’audience grandissante de Wikipédia a conduit un grand nombre de personnes à formuler avec plus de précision des avis critiques sur la fi abilité des informations présentées dans l’encyclopédie.
 
Les critiques<ref>Endrizzi, Laure. 2008. Wikipédia : un nouveau modèle éditorial ?. In Schöpfel J. (dir), Les publications scientifi ques : analyses et perspectives, coll. Traité « STI – Sciences et Techniques de l’Information ». Paris : Hermès. (à paraître).</ref> soulignent que « les articles sont en état d’inachèvement permanent. L’actualisation instantanée des articles se traduit aussi par une instabilité permanente qui fragilise la prise de distance critique et génère des questionnements vis-à-vis de la stabilisation et de la sécurisation des contenus ». Les principales critiques portent sur :
* l’anonymat des contributeurs ;
* l’absence de comité de validation ;
* les problèmes posés par la neutralité de point de vue ;
* la variabilité dans le degré de complétion des articles ;
point de vue ;
* la vulnérabilité face aux sabotages, appelés vandalismes dans le jargon.
* la variabilité dans le degré de complétion
 
des articles ;
=== Le phénomène de vandalisme ===
* la vulnérabilité face aux sabotages, appelés
 
vandalismes dans le jargon.
Des études plus récentes offrent un éclairage intéressant<ref>Reid Priedhorsky, Jilin Chen, Shyong, Katherine Panciera, Loren Terveen, John Riedl, Creating, Destroying, and Restoring Value in Wikipedia, GROUP’07, Sanibel Island, Florida, USA, novembre 2007.</ref>. Elles classent les dommages en six catégories : désinformation, suppression massive, suppression partielle, contenu offensant, spam ou nonsens. En étudiant le contenu jusqu’à fi n 2006, elles montrent qu’environ 5 % des modifi cations de la Wikipédia anglophone peuvent être considérées comme du vandalisme. Sur une durée d’environ quatre ans, cela représente plus de 2 millions de modifi cations problématiques sur environ 57 millions de modifi cations acceptables. À titre de comparaison, en extrapolant ces données à la version francophone, on peut estimer que le nombre de vandalismes à détecter est d’environ 36 000 par mois, soit plus d’un millier par jour.
 
Sur la Wikipédia anglophone, on estime que 42 % des dommages sont réparés avant même d’être vus, que quasiment tous sont supprimés après 15 révisions, et que la probabilité de lire un article endommagé est de 0,0037. Seuls 60 % des vandalismes sont détectés facilement par des humains, et seuls 11 % des vandalismes persistent après avoir été vus 100 fois.
 
Le résultat est intéressant : fin 2006, un lecteur a environ quatre chances sur mille de rencontrer un vandalisme, qui sera reconnu aisément dans 60 % des cas. En arrondissant largement pour fi xer les idées, fi n 2006, un lecteur a environ 2 chances sur 1 000 de lire un vandalisme sans s’en rendre compte. Depuis cette étude (données jusqu’à fi n 2006), des systèmes automatiques anti-vandalisme ont été largement déployés.
3. Le phénomène de vandalisme
Des études plus récentes offrent un éclairage
intéressant<ref>Reid Priedhorsky, Jilin Chen, Shyong, Katherine
Panciera, Loren Terveen, John Riedl, Creating,
Destroying, and Restoring Value in Wikipedia,
GROUP’07, Sanibel Island, Florida, USA,
novembre 2007.</ref>. Elles classent les dommages
en six catégories : désinformation,
suppression massive, suppression partielle,
contenu offensant, spam ou nonsens.
En étudiant le contenu jusqu’à fi n
2006, elles montrent qu’environ 5 % des
modifi cations de la Wikipédia anglophone
peuvent être considérées comme du vandalisme.
Sur une durée d’environ quatre
ans, cela représente plus de 2 millions de
modifi cations problématiques sur environ
57 millions de modifi cations acceptables.
À titre de comparaison, en extrapolant
ces données à la version francophone, on
peut estimer que le nombre de vandalismes
à détecter est d’environ 36 000 par
mois, soit plus d’un millier par jour.
Sur la Wikipédia anglophone, on estime
que 42 % des dommages sont réparés
avant même d’être vus, que quasiment
tous sont supprimés après 15 révisions,
et que la probabilité de lire un article
endommagé est de 0,0037. Seuls 60 %
des vandalismes sont détectés facilement
par des humains, et seuls 11 % des vandalismes
persistent après avoir été vus
100 fois.
Le résultat est intéressant : fin 2006, un
lecteur a environ quatre chances sur mille
de rencontrer un vandalisme, qui sera reconnu
aisément dans 60 % des cas. En arrondissant
largement pour fi xer les idées,
fi n 2006, un lecteur a environ 2 chances
sur 1 000 de lire un vandalisme sans s’en
rendre compte. Depuis cette étude (données
jusqu’à fi n 2006), des systèmes
automatiques anti-vandalisme ont été largement
déployés.
 
<references />
307

modifications