Différences entre les versions de « Photographie/Objectifs/Généralités »

Il y a quelques années, dans les mêmes gammes de prix, la qualité optique des zooms était loin d'égaler celle des objectifs à focale fixe. Aujourd'hui il n'en va plus de même, surtout parce que les seconds, beaucoup moins demandés, voient leurs prix grimper en flèche. Beaucoup de modèles disparaissent, surtout dans les focales moyennes, ceux qui subsistent étant de plus en plus cantonnés aux domaines des focales extrêmes et du haut de gamme. De plus, il est maintenant possible de réduire ou de supprimer, par voie informatique, des défauts tels que l'aberration chromatique, le vignettage ou la distorsion.
 
Le principal argument en faveur des focales fixes reste la plus grande luminosité. C'est d'ailleurs pourquoi l'on voit disparaître les objectifs standard ouverts à f/1,7 ou f/1,8 au profit d'autres modèles beaucoup plus chers, beaucoup plus lourds et pas forcément meilleurs ou plus utiles, ouverts à f/1,4 ou, f/1,2 ou même davantage.
 
Le zoom est parfois considéré comme un outil destiné aux flemmards. Ceux qui refusent de se transformer en bêtes de somme pour transporter une tonne de verre et de métal sous forme d'objectifs à focale fixe, après avoir travaillé comme des esclaves pour se les payer, apprécieront. N'exagérons rien cependant, s'il existait une solution universelle et idéale, celle-ci serait connue depuis longtemps et toutes les autres auraient pratiquement disparu. Or, ce n'est manifestement pas le cas, même s'il y a des évolutions sensibles dans l'offre commerciale.
 
Le vrai flemmard, en photographie, est celui qui ne prend pas la peine de se déplacer, quand il peutdevrait raisonnablement le faire, pour obtenir un meilleur cadrage. On entend souvent dire : avec une focale trois fois plus longue, on prend la photo comme si on était 3 fois moinsplus loinprès du sujet. C'est bien sûr absolument faux, puisque dans l'immense majorité des cas la perspective sera très différente selon que l'on zoome ou que l'on se rapproche. D'une façon générale, plus la focale est courte, plus il faut se rapprocher du sujet, et donc plus il faut être mobile.
 
On ne répétera jamais assez que la perspective ne dépend que du point de vue, et que d'un point de vue donné, c'est l'angle de champ qui détermine quels sont les éléments du sujets qui figureront sur la photographie et quels sont ceux qui en seront exclus. Une focale fixe offre un angle de champ fixe, un zoom un angle de champ variable dans des limites qui dépendent de l'amplitude de sa variation de focale. Un zoom dont la variation de focale serait par exemple ''28-135 mm'' offre les mêmes possibilités de cadrage qu'une gamme optique comportant une série d'objectifs de focales fixes 28, 35, 50, 85, 105 et 135 mm, avec en plus la possibilité d'une variation continue. Il pèsera moins lourd dans le budget et sur les épaules que les 6 objectifs en question mais cet avantage s'accompagne tout de même de quelques inconvénients, le principal étant une moindre ouverture. Les zooms performants comportent généralement un grand nombre de lentilles et de pièces mobiles, ils sont généralement beaucoup plus lourds et encombrants que les focales fixes, plus fragiles, moins rapides quand il faut faire la mise au point et moins maniables.
 
== Bibliographie ==