Différences entre les versions de « Photographie/Netteté des images/Fonction de transfert de modulation »

aucun résumé de modification
Quoi que l'on fasse, l'image photographique d'un objet n'est jamais parfaitement nette, même si l'œil, éventuellement assisté d'un instrument, la perçoit comme telle. Il n'existe en effet aucun objectif parfait, aucun film parfait, aucun papier photographique parfait, aucun écran parfait, etc. En d'autres termes, l'image d'une source quasi ponctuelle (une étoile lointaine par exemple) n'est jamais un point, mais toujours une tache d'étendue variable et dont la structure peut être très complexe.
 
Les processus de dégradation (ou parfois d'amélioration) des images photograhiques sont multiples, ils interviennent simultanément et conjuguent leurs effets pour le meilleur ou plus probablement pour le pire, mais les nécessité de l'étude conduisent à les envisager l'unvariés après: l'autre.
 
* l'objectif est un authentique « cul de bouteille » qui ne donne nulle part une image nette. Avec un tel outil, la notion de profondeur de champ perd toute signification, inutile d'insister.
* la mise au point est mauvaise : le photographe ne voit plus très clair, l'aufocus est fatigué ... ou le modèle s'est déplacé.
* la pellicule ou le capteur a une structure trop grossière par rapport au résultat escompté.
* le photographe a la tremblote, l'émotion, peut-être...
* etc.
 
Ces processus interviennent simultanément et conjuguent leurs effets pour le meilleur ou plus probablement pour le pire, mais les nécessité de l'étude conduisent à les envisager l'un après l'autre.