« Livre de cuisine/Croissant » : différence entre les versions

aucun résumé de modification
Aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
[[Catégorie:Pâtisserie]][[Catégorie:Recette]]
 
[[Image:Croissant.jpg|thumbnail|left|180px230px|Croissants]]
 
== Histoire ==
 
Le '''croissant''' est une pâtisserie inventée à [[Vienne (Autriche)|Vienne]] pour célébrer le retrait des troupes ottomanes qui faisaient le siège de la ville ([[1683]]) d'où le terme de viennoiserie utilisé pour qualifier ce type de préparation. Alors que l'ennemi décidait d'attaquer la nuit afin de ne pas se faire remarquer, les boulangers viennois, levés avant l'aube donnèrent l'alerte. C'est pour immortaliser cette victoire qui leur fut permis de confectionner le « Höznchen » (''petite corne'' en allemand) avec sa forme qui rappelle le symbole du drapeau ottoman.
 
C'est [[Marie-Antoinette d'Autriche]], originaire de Vienne, qui officiellement introduisit et popularisa le croissant en France en [[1770]]. Cependant le croissant semble avoir déjà existé en France bien avant, puisque dans l'inventaire du patrimoine culinaire français réalisé par le [[Centre national des arts culinaires]] on découvre la mention de « quarante gâteaux en croissnt » servis à l'occasion d'un banquet offert par la reine de France en [[1549]] à [[Paris]].
 
== Fabrication ==
 
Le croissant était fabriqué au départ avec une pâte voisine de celle de la brioche, mais le goût du public pour le croissant ''bien croustillant'' conduira au fil du temps à lui faire utiliser une pâte plus proche de la ''pâte feuilletée''. Le terme ultime de ce processus sera le ''croissant au beurre'', dont la forme redressée fait qu'il n'a plus de « croissant » que le nom et le processus de roulage.
 
Comme pour le pain, le croissant se cuit idéalement dans un four à sole qui saisit la pâte et lui donne un croustillant irrésistible qui pour le croissant est sa véritable marque de qualité et de noblesse. Avec les fours ventilés à cuisson minutée, on assiste à une homogénéisation qui, selon le chef [[Yves Camdeborde]], « ne tient plus compte de la quantité de levure ni des différentes farines » et « enlève toute la touche humaine, la personnalité et le savoir-faire, le coup d'œil de l'artisan. »
 
Il y a au total « cinquante paramètres à maîtriser pour faire un bon croissant » selon le chef-pâtissier [[Christophe Felder]] dont « la qualité de la farine et du beurre utilisés, (...) le temps de fermentation de la pâte, la façon d'incorporer le beurre, de façonner le croissant, la chaleur du four, la durée de cuisson... »
 
==Ingrédients== (15 croissants environs)
0

modification