Différences entre versions de « Photographie/Techniques scientifiques/Astrophotographie »

 
=== Photographie de la Lune ===
 
La Lune est certainement le corps céleste le plus facile à photographier en raison de sa relative proximité qui la fait paraître relativement grosse. Cependant, elle n'est vue que sous un angle d'environ un demi degré et si l'on veut qu'elle occupe une place suffisante dans le cadre, il faut utiliser un objectif de longue focale, au moins 200 mm en 24 x 36, et si possible 400 ou 500 mm.
 
Contrairement au Soleil dont la trajectoire apparente ne varie que très lentement au fil des saisons, la Lune se lève et se couche chaque nuit à une heure différente, ce qui oblige à planifier quelque peu ses prises de vues. En outre, la partie éclairée par le Soleil n'est pas constante et il faut consulter un calendrier lunaire pour savoir dans quel état on pourra la trouver tel ou tel jour.
 
Les photos les plus intéressantes sont prises lorsque la Lune est pleine et qu'elle vient juste de se lever ; dans ces conditions, le ciel est encore plus ou moins bleuté car le Soleil s'est couché environ 20 minutes auparavant. C'est probablement dans ces conditions que la lumière est la plus belle, qu'elle présente le plus de couleurs, et parfois cet instant a quelque chose de magique.
 
L'image de la Lune toute seule au milieu d'une grande étendue noire peut être intéressante par elle-même mais il est généralement préférable d'inclure son image dans une composition plus élaborée. La silhouette d'une montagne ou les reflets sur un plan d'eau sont des éléments intéressants. On peut aussi utiliser comme décor des arbres, des bâtiments, un paysage urbain, etc. Il faut simplement s'assurer que ces éléments sont suffisamment éloignés pour ne pas prendre une importance exagérée par rapport à la Lune. Cela ne peut guère se faire que lorsque celle-ci se lève ou se couche et il va de soi que le choix du point de vue est particulièrement important.
 
La mesure de la lumière est assez délicate en raison du faible diamètre apparent de la Lune et de son apparition sur un fond très sombre. Ceci dit, la bonne vieille règle du diaphragme 16 peut s'appliquer ici, car après tout la luminosité de la Lune, dans ses zones éclairées directement par le Soleil, n'est pas très différente de celle d'un rocher calcaire photographié en plein jour sur terre. Il s'ensuit que si la Lune est relativement haute sur l'horizon, on ne fait pas une grande erreur en utilisant avec le diaphragme 16 un temps de pose correspondant à l'inverse de la sensibilité ISO, par exemple 1/100 s avec une sensibilité de 100 ISO. Une mesure « spot » peut donner de bons résultats, tandis qu'une mesure centrale pondérée ou matricielle amènera presque immanquablement à une violente surexposition. Avec un appareil numérique, il ne faut pas hésiter à bracketer largement et à ne garder que les meilleurs clichés.
 
 
<gallery>
Image:Jsnell - Eclipse montage (by).jpg
Image:IMG.svg
Image:Rhys400D - Full Moon 03-03-2007 (by).jpg
Image:JJ Berlin - day time ..(by).jpg