Philosophie/Vocabulaire/Kant

Cette page est considérée comme une ébauche à compléter . Si vous possédez quelques connaissances sur le sujet, vous pouvez les partager en éditant dès à présent cette page (en cliquant sur le lien « modifier »).

Ressources suggérées : Aucune (vous pouvez indiquer les ressources que vous suggérez qui pourraient aider d'autres personnes à compléter cette page dans le paramètre « ressources » du modèle? engendrant ce cadre)

A prioriModifier

1) ce qui est indépendant de toute expérience sensible ; s’oppose à ce qui est donné empiriquement ; 2) ce qui est condition de possibilité de la connaissance (condition de possibilité de l’a posteriori).

Kant (Critique de la raison pure, Introduction, 2) distingue deux critères de l'a priori :

  • La nécessité
  • L'universalité

A posterioriModifier

Ce qui est postérieur à l'expérience, fondé sur l'expérience.

Chose en soiModifier

Réalité inconnaissable que nous devons penser pour comprendre ce qu’est un phénomène : elle se manifeste ou apparaît dans le phénomène, elle en est donc l’origine.

Concept/catégorieModifier

Appartient à l’entendement ; pure forme qui ne peut recevoir de contenu de l’intuition sensible ; acte synthétique ou jugement qui subsume un divers sous une réalité une.

Table des catégoriesModifier

Liste de tous les concepts originairement purs de la synthèse, que l'entendement renferme a priori et qui fait de lui un entendement pur. C'est grâce à eux qu'il peut comprendre quelque chose dans le divers de l'intuition. Les catégories sont des concepts purs de l'entendement qui sont des règles permettant de constituer l'objectivité.

  • Quantité :
    • Unité
    • Pluralité
    • Totalité
  • Qualité :
    • Réalité
    • Négation
    • Limitation
  • Relation :
    • Inhérence et substance
    • Causalité et dépendance
    • Communauté
  • Modalité :
    • Possibilité - impossibilité
    • Existence - non-existence
    • Nécessité - contingence

Bonne volontéModifier

Chez Kant, c'est la seule fin absolument bonne, le bien en soi. La volonté soumise à la loi de la seule raison.

"J'entends par bonne volonté non le simple souhait, mais l'emploi de tous les moyens en notre pouvoir".(Référence nécessaire)


Connaissance transcendantaleModifier

C’est Kant qui le premier utilise ce terme avec une signification bien précise : une connaissance par laquelle nous parvenons à connaître que et comment certaines représentations (intuitions ou concepts) sont appliquées ou sont possibles exclusivement a priori.

Dialectique naturelle de la raisonModifier

Chez Platon, la dialectique est la méthode par laquelle on atteint la réalité : elle est donc une connaissance vraie ; mais chez Aristote, dont Kant s’inspire ici, elle désigne l’art du dialogue, de la confrontation, et, en son sens sophistique, arguties inutiles ; chez Kant, elle va désigner la prétention de la raison pure à dépasser le champ de la phénoménalité, à franchir les limites assignées à notre pouvoir de connaître, à confondre le concept et l’existence, à croire que la logique pure a une portée ontologique ; la raison est ici en perpétuel conflit avec elle-même ; cette dialectique est naturelle à la raison humaine, et donc, à l’humanité

Dialectique transcendantaleModifier

Etude des mécanismes qui produisent les erreurs et illusions caractéristiques de la métaphysique.

DogmatismeModifier

Approche consistant à procéder en métaphysique sans critique préalable de la raison.

EntendementModifier

Faculté par laquelle nous arrivons à unifier des données sensibles venant du monde, par le biais de concepts. L'entendement est ce qui nous permet de connaître un phénomène.

EspaceModifier

Forme universelle, a priori et intuitive, des sens externes. Forme pure de la sensibilité nécessaire à la connaissance par les sens.

EsthétiqueModifier

Théorie des formes spatio-temporelles de la sensibilité qui sont la condition de toute expérience sensible

Idée (rationnelle)Modifier

Fonction de la raison qui n’a pas d’usage pour la connaissance ; Kant fait une distinction entre l’Idée transcendantale, qui a pour fonction d’unifier les connaissances obtenues par l’entendement, en les systématisant, et l’Idée transcendante qui réifie cette unité, en croyant avoir affaire à un objet réel

NoumèneModifier

Réalité intelligible que l’on peut penser, mais pas connaître ; il s’oppose en effet au phénomène sensible

"Parce que le noumène est humainement inconnaissable, il est parfois assimile a la chose en soi, que Kant oppose également au phénomène. Or, le noumène n'est pas la chose en soi, laquelle est l'objet tel qu'il est en lui même, sans la référence a la connaissance que quiconque -homme ou Dieu- peut en prendre. Le noumène est au contraire un objet de pensée ou de connaissance rationnelle, une essence intelligible, au sens platonicien, même si celle ci est inaccessible a l'esprit humain. C'est pourquoi, chez Kant, ce sont surtout les idées métaphysiques (l'âme, l'univers, Dieu) qui ont une réalité morale." Source : La Pratique de la Philosophie, de A à Z, édition 2000 et 2001

PhénomèneModifier

Chose telle qu’elle apparaît à l’homme, telle que seule l’homme peut la connaître, à travers la structure de son esprit (intuitions pures a priori, catégories)

Être de l'entendement pur. Échappant, contrairement à la "chose en soi" - dont il faut soigneusement le distinguer -, à la sensibilité, il est un pur possible, tandis que la chose en soi existe nécessairement bien que nous ne puissions en rien savoir ce qu'elle est.

Kant dit du noumène qu'il est un concept "limitatif" qui "borne" à la fois les "prétentions de la sensibilité" (à fournir à elle seule toutes les données de la connaissance) et "celles de l'entendement" à étendre le champ de ses connaissances "jusqu'à la chose en soi".

Réf : Critique de la Raison Pure, Analytique des principes, chapitre III "Du principe de la distinction de tous les objets en phénomènes et en noumènes" (le titre induit en erreur, les "choses en soi" sont en fait "contenues" dans les phénomènes...et les noumènes... sont - s'ils existent - des choses en soi).

PureModifier

Est lié à la raison. Et n'est pas pure, la source de connaissance qui provient d'autre choses que de la raison. S'applique à toute opération ou faculté de l'esprit ne contenant rien qui appartienne à l'expérience sensible (ex: raison pure)

RaisonModifier

Aptitude à penser au-delà de l'expérience, distincte de l'entendement.

  • Elle est théorique ou spéculative lorsqu'elle concerne la connaissance
  • Elle est pratique lorsqu'elle concerne les règles de la moralité.

TempsModifier

Forme universelle, a priori et intuitive, du sens interne.

TranscendantalModifier

Ce qui rend une connaissance a priori possible.

Liens vers Wikipédia et WikisourceModifier

 

Voir sur Wikisource : Kant