Oncogénétique diagnostique/EGFR

EGFR

EGFR signaling pathway

Le gène EGFR est situé sur le bras court du chromosome 7 (7p11.2). Il comporte 28 exons et code pour une protéine transmembranaire comportant un site extra-membranaire (récepteur) et un domaine cytoplasmique avec une activité tyrosine kinase.

L’EGFR fait partie de la famille de récepteurs tyrosine kinase HER/erbB comprenant quatre protéines (EGFR/HER-1, HER-2/neu, HER-3, HER-4) avec une structure moléculaire similaire.

La liaison du ligand avec l’EGFR entraîne une activation du système tyrosine kinase et une transduction du signal en aval contrôlant la prolifération, l’apoptose, l’angiogenèse, l’invasion tumorale et la métastatisation.

Adénocarcinome pulmonaireModifier

Les mutations de l’EGFR sont présentes dans environ 10% des carcinomes pulmonaires non à petites cellules (CNPC). Elles sont plus fréquentes dans les adénocarcinomes (15-20%), en particulier chez les patients de sexe féminin, non fumeurs et d’origine asiatique (environ 40-50%).

EnjeuxModifier

Les mutations de l’EGFR sont associées à un meilleur pronostic (survie globale de 37 mois). Il s’agit majoritairement de mutations des exons 18-21 avec dans 90% des cas des délétions de l’exon 19 (associées à 70-100% de réponses aux TKI) ou des mutations ponctuelles dans l’exon 21 (associées à 20-70% de réponses aux TKI). Les cellules cancéreuses avec ces mutations de l’EGFR ont une sensibilité augmentée aux TKI, d’une part, parce que leur survie dépend de cette voie de signalisation et, d’autre part, parce que les TKI ont vraisemblablement une plus grande affinité avec l’EGFR muté.

IndicationsModifier

TechniquesModifier

MutationsModifier

Thérapeutique cibléeModifier

[1]

RéférencesModifier

  1. [https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-07/t724_cadrage_tests_compagnons.pdf Définition des conditions de réalisation des tests de détection des mutations activatrices du domaine tyrosine kinase du récepteur EGFR et des mutations BRAF, NRAS, KRAS], HAS, Juillet 2020