Normannique (de Normandie)

Le normannique de Normandie, ou simplement normannique, est la recomposition unifiée de la langue scandinave qui fut parlée en Normandie depuis le début du Xe siècle et dont l’existence est attestée au moins jusqu'au XIIe voire au XIIIe siècle.

Le Normannique Unifié de Normandie (accronyme NUN) est le fruit de travail de plusieurs années d’une petite équipe de passionnés, d’historiens et de linguistes français et scandinaves. Les recherches, qui ont duré plusieurs années, se sont fortement basées sur la documentation toponymique, patronymique, et d’onomastique générale de la Normandie d’hier et d’aujourd’hui. Les investigations se sont aussi appuyées sur des enquêtes auprès de l’habitant, et notamment des patoisants du fait du nombre non-négligeable de mots que la langue normande romane a conservé.

La création du NUN relève d’un triple objectif :Modifier

- Permettre de désigner sous une forme unifiée les différents termes normanniques qui jalonnent les études normandes, sans devoir recourir constamment à une sorte de compromis entre les différentes graphies très variables des mots norrois (la forme actuelle du vieux norrois étant elle-même un compromis entre les différentes attestations norses) et, à plus forte raison, des mots classés dans la catégorie anglo-scandinave.

- Permettre aux normands qui le souhaitent de reparler la langue norroise qui a vu naître la Normandie et qui apporte toujours une note de couleur toute particulière aux institutions typiquement normandes, à l’exemple du droit normand : droit de varech (wagrekk), délit d’hanfare ou d’hamfare (hamfara), etc. Pour atteindre cet objectif, plusieurs formes ont dû être reconstituée à partir de l’ancienne langue norroise, pour pallier à la perte d’un grand nombre de formes avec le temps, en raison du caractère seulement oral de cette langue.

- Ouvrir l’éventualité d’un projet de panneaux d’agglomération bilingues qui se basent sur l’origine radicale unifiée des toponymes normanniques, projet plus pertinent que de se rabattre sur ce qui est devenu une simple évolution phonétique romanisée de ces noms de lieux bien particuliers.

Historique du normanniqueModifier

Visiblement, le normannique s'est étendu essentiellement dans toute la partie Nord de la Normandie et correspond plus ou moins à la ligne Joret actuelle. Il est nommé de plusieurs façons suivant les régions de Normandie, mais aussi et surtout suivant les historiens. Le normannique unifié de Normandie regroupe ainsi les appellations : « norrois », « norse », « dane », « danois » ou « daneiz », « dace », etc.

On ne pourrait établir avec assurance le remplacement des variantes locales du français d'oïl par le normannique, bien que la toponymie, l'anthroponymie et l'évolution démographique de l'époque semblent avoir été favorables à l’hypothèse cette substitution temporaire.

Le normannique a été longtemps parlé sur les côtes normandes, avec un prédominance dans le pays de Caux, le Cotentin et le Bessin. Même à Bayeux la langue normannique semble être devenu largement prédominante, bien que le milieu urbain soit généralement défavorable à l’adoption spontanée d’une langue non-majoritaire dans un milieu à fortes relations économiques (à cette époque, le latin et les parlers d’oïl seuls servaient de langues commerciales et diplomatiques avec les autres peuples en France). En effet, Guillaume Longue-Epée envoya son fils Richard Ier de Normandie en séjour pour qu’il y apprenne le normannique :

Mais a Baieues en a tanz / Qui ne sevent si daneis non.

Mais, à Bayeux, il y a beaucoup de gens / Qui ne connaissent que la langue nordique

(Chronique des ducs de Normandie – Benoît de Sainte Maure)

Finalement, elle s'est progressivement effacée du fait de l'utilisation unilatérale pour des raisons diplomatiques des dialectes latins par les élites de ce qui est alors l’État féodal normand. Le normannique serait alors resté un certain temps une langue populaire plus officieuse qu'officielle mais qui a néanmoins baptisé une grande partie de la Normandie comme en témoigne l'étude de la toponymie.

Le choix du mot « normannique »Modifier

OrigineModifier

Le terme normannique désigne couramment la toponymie anglo-scandinave propre à la Normandie.

Il se décompose ainsi : nor-mann-ique. C’est à dire littéralement ce qui est propre aux normands, le mot « normands » désignant lui-même à la fois les habitants de la Normandie et les anciens peuples scandinaves.

Pour éviter les ambigüités avec d'autres sens du terme normannique, le terme précis est normannique unifié de Normandie (noté "N.U.N.").

Traduction du terme en N.U.NModifier

Deux traductions sont proposées pour l’adjectif « normannique » :

- Normannesk (pour rester proche de l’écriture actuelle)

- Northmanndesk (pour se rapprocher de l’étymologie correcte)

La prononciation de ces deux mots n’est que très légèrement différente car l’accent tonique fait presque disparaître le « -d » de mannd : [normãnesk] et [norsmãndesk].

La seule réelle différence reste le « -th » de north- prononcé dans ce cas comme un très léger [s].

Quand on parle du Normannique, nom commun neutre formé à partir de l’adjectif, on dira alors Normanneske, ou Northmanndeske.

PrononciationModifier

Graphie et prononciationModifier

Voyelles Prononciation Notes
a « â » très fermé proche d’un o
e « é » ou « è » selon l’emplacement Parfois aussi prononcé comme un très léger « a » (en terminaison neutre) ou comme « eu » après un « u ».
i « i » moyen souvent proche d’un «é» Pour éviter une complexification liguistique, on peut préferer une prononciation unique du « i » (mais il devrait pourtant prendre fréquement la valeur d’un « é »).
o « ô » très fermé
u « u » [ü] Comme en français, bien qu’il tende parfois vers un « eu » léger.
y « i » très bref [j]
Semi-voyelles Prononciation Notes
j après une consonne « i » très bref [ï] après une consonne gj se prononce [gï], mais a souvent fini par évoluer vers « dj ».
Voyelles diphtonguées Prononciation Notes
ei « éè » ou « èï » (ou plus simplement « é »)
ä « aè » ou « aï » (ou plus simplement « ai » comme « faire »)
ue « u-eu » (ou plus simplement « eu » ouvert comme « beurre ») « u » suivit d’un léger « e » prononcé comme le « eu » de « beurre ».
à « ao » (ou plus simplement «au» comme « faux »)
è « é-eu » (ou plus simplement « eu » fermé comme « feu »)
ò « ouo», « wo » (ou plus simplement « ou » comme « fou ») Dans une grande partie de la Normandie, le « ò » s’est visiblement également prononcé « ô » fermé.
ù « ou » comme dans « fou »
Voyelles nasales Prononciation Notes
in « ĩn » comme «fin» et suivi d’un « n» court
an ; en « ãn » comme «banc» et suivi d’un « n» court
un « õn » comme «rond» et suivi d’un « n» court
um « õn » comme «rond» et suivi d’un « m » court
Consonnes Prononciation Notes
b « b »
d « d »
g « g » Parfois prononcé presque « k » dans certaines parties de la Normandie, et surtout en fin de mot.
h (+voyelle) « hr » Le phénomène du « h » fortement expiré est toujours audible actuellement dans certaines parties de la Normandie.
j « j » léger, parfois proche d’un « i »
l « l » ; et dans certains cas : « .r. » [ɾ] Le « l » se prononce « r » court, roulé et léger (comme le « dh », cf consonnes composées) quand il est placé directement devant une consonne dans un mot.
m « m »
n « n »
r « r »
s « s » Le «s» est fréquement devenu muet par la suite, notamment devant certaines consonnes.
v « v »
w (après voyelle) « vw » (ou plus simplement « v »)
w (après consonne) « vw » (ou plus simplement « w »)
z « z »
Consonnes composées Prononciation Notes
th muet en fin de mot. Sinon :« s » ou « z » léger « s » léger juste devant une consonne et « z » léger juste devant une voyelle.
dh « .r. » court, roulé et léger [ɾ] Consonne battue alvéolaire voisée, noté /ɾ/ en alphabet phonétique international
gh « ïg » Exemple : « wegh » se prononce «vwèïg»
ll « lï » seulement après une consonne [lï] L mouillé
hw « hrw»
kc et skc « kï » et « skï » Cela a souvent fini par évoluer vers « tch » et « ch ».
Consonnes faibles Prononciation Notes
f « f » ; voire muet Léger voire muet quand non doublée en fin de mot
k « k » ; voire muet Léger voire muet quand non doublée en fin de mot
p « p » ; voire muet Léger voire muet quand non doublée en fin de mot
t « t » ; voire muet Léger voire muet quand non doublée en fin de mot


GrammaireModifier

Les verbesModifier

Il y a deux groupes de verbes, les « verbes en i » et les « verbes en a ». Voir le tableau des terminaisons accolées à la base verbale (BV) ci-dessous.

TEMPS ET TERMINAISON Verbes en a Verbe en i
Infinitif BV-a BV-ia
Présent – 2e personne singulier BV-z ou BV-ez BV-z ou BV-ez
Présent – 1e personne pluriel BV-um BV-um
Présent – 2e personne pluriel BV-iz BV-iz
Présent - autres personnes BV BV
Passé BV-ad BV-id
Participe présent BV-enk BV-ink
Participe passé BV-at BV-it

Les pronoms personnelsModifier

je ekc ou jek nous wi
tu vous òs
il ils teir
elle hol elles tär

Les nomsModifier

Les noms ont trois genres : masculin, féminin et neutre.

Le genre est généralement reconnaissable à la terminaison du nom. Sauf exception :

  • les noms qui se terminent par une double consonne sont masculins
  • les noms qui se terminent par un -a, ou bien par une simple consonne précédée d’une voyelle sont féminins
  • les noms qui se terminent par un -e sont neutres


NOTE DE PRONONCIATION :

la prononciation du -e final du neutre et du -a final du féminin sont identiques. Ils se prononcent comme un très léger « a » ouvert, presque inaudible.

Les articles indéfinisModifier

Masculin Féminin Neutre
Singulier an ... an ... an ...
Pluriel -(a)r -(a)r -...

Exemples :

an napp (un garçon) – nappar (des garçons)

an hor (une fille) – horar (des filles)

an hus (une maison) – hus (des maisons)

an bu (une ferme) – bur (des fermes)

Note : l’article «an» se prononce [ãn]

Les articles définisModifier

Masculin Féminin Neutre
Singulier -... -... ou -a -... ou -e
Pluriel -in -en -...

Exemples :

napp (le garçon) – nappin (les garçons)

hora (la fille) – horen (les filles)

huse (la maison) – hus (les maisons)

bu (la ferme) – buin (les fermes)

Vocabulaire thématiqueModifier

Les notes diverses viendront donner quelques exemples non-exhaustifs d’utilisation du mot en Normandie, notamment dans la langue normande d’oïl et dans la toponymie.

La prononciation est ici donnée sur la base de la prononciation française et non en API pour plus de simplicité. Les petites lettres placées en exposant représentent un son léger et parfois presque sourd. Aussi, pour un débutant, la prononciation peut se limiter aux seules lettres basiques. Ainsi, le mot kerikka qui se prononce exactement [kérikæ] pourra être prononcé simplement [krik] car la différence est en réalité presque inaudible.

La colonne CATEGORIE recense le genre des noms (M pour masculin, F pour féminin et N pour neutre), les variations des verbes (V-a/ad/enk/at pour les verbes en -a et V-ia/id/ink/it pour les verbes en -ia), et la forme éventuelle des autres mots (adv pour adverbe, adj pour adjectif, part. pour participe présent et PP pour participe passé)

Tous les noms sont donnés à la forme définie du singulier.


Abréviations utilisées :

- Tp et Ath désignent une attestation en Toponymie ou en Anthroponymie normande.

- as. signifie anglo-scandinave et regroupe des mots d’origine nordique ou de vieil anglais.

- * exprime une forme dérivée

- ° dénote une attestation ancienne.

La FamilleModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
femme gwen [gwèn] F *gouénipe ; *gouëne ; *guénolle
homme mannd [mãnd] M *brumant ; *normand ; *dodeman ; *esturman...
épouse, femme bru [bru] F bru
mari brumannd [brumãnd] M brumant ; bruman
petit enfant barn [bârn] M *embarnie (enceinte)
enfant kenall [kénâl] M quenâle ; k’nale (as. cniht )
gamin / gamine twinn / twin [twĩn] M / F touin, touine (ang. twink)
garçon napp [nâp] M nappin... (as. cnapa )
fille hora [hrôræ] F hore ; horette
père fatr [fâtr] M °fatre ; °faitre
mère modh [mô.r.] F
maman mòm ; mòmedh [mwom] ; [mwomè.r.] F moumère

La CuisineModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
levure barma [bârmæ] F barme
pain beratt [bærât] M *bratte, *bras, *brias, *bartée (brassée de pain), *barette (ancienne mesure boulangère normande) (as. brauð)
eau watre [vwâtræ] N *vâtre, *vâtraé (as. vatn)
groseille gaddr [gâdr] M gade, garde, gradde (as. gaddr)
pomme eble [éblæ] N Tp - *Yébleron (XIIe °*Eblelont), *Ablon (°*Eblelont)
poire pera [peræ] F Tp – nombreux *Prétot (°*Piretot, °*Peretoth, °*Peretoht...) (as. pera)
amer betr [bètr] adj bêtre, bétru, betrounaé (as. bitur)
emballage kllutt [kliut] M °clut, *cllu (as. klūtr)
table / planche borde [bordæ] N borde, bort, °borz (as. borð)
verre, gobelet mogg [mog] (presque [mok]) M moque, mogue (as. mugg)
cruche kann [kãn] M kanne, canne (as. kanna)
casserole, poêle hetill [hrétél] M hétière, êrtile, tueûle, étieûle (as. *heitr)
marmite, chaudron ketill [kétél] M quétier, Ath – Quetel, Quétil (as. ketill)
froid kàld [kao.r.d] (voire [kao.r.d]) Adj Tp – *Caudebec-Lès-Elbeuf (°*Caldebec), *Caudebec en Caux (°*Caldebec), *Caudecotte...(as. kald)
chaud hetr [hrétr] Adj heitre, rêtre (as. *heitr)
refroidir ar-kàlda [ârkao.r.dâ] V-a/ad/enk/at (as. kald)
chauffer hetra [hrétrâ] V-a/ad/enk/at *heitre, *hétière (as. *heitr)
préparer greitha [gréizâ] V-a/ad/enk/at greiaer, agreyer... (as. greiða) – le -th final ne se prononce pas au présent : greith [gréi].
estomac gwedd [gwèd] M *guédaé (as. kviðr)
manger, se nourrir gwedda [gwédâ] V-a/ad/enk/at se guédaer (as. *kviðr)
repu gweddat [gwédâ] PP guédaé (as. *kviðr)

Les Villes et VillagesModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
village toth [tô] Tp – thot ; °topt ; °toht...
hameau tòrp [tworp] M Tp – Thorp ; le Tourp...
camp, campement, établissement bole [bolæ] N °bol, Tp – *Bolbec, (as. bōl)
maison huse [hrusæ] N Tp – *Etainhus ; *Sahurs (°Salhus) (as. hūs)
église kierka / kerikka [kïèrkæ] (ou [kéèrkæ]) / [kérikæ] F querque, Tp – *Criquetot (°*Kerketot), *Carquebut (°*Kerkebu), etc. kierka est plus étymologique et kerrika plus proche de la prononciation en toponymie normande. (as. kirkja, ċiriċe)
domaine ; domicile ham [hrâm] N Tp – le Ham ; *Etreham...
studio, logis hob [hrôb] N hobe, hobette (as. híbýli)
appartement hobill [hrôbil] (ou [hrôbél]) N-dim hobe, hobette (as. híbýli)
demeure buedh [buœ.r.] F TP - *Daubeuf... ; Les bures... (as. búð)
hangar ; grange both [bo] Tp – Boos (as. both)
cabane kota [kôtæ] F Cotte ; Tp – Les Cottes...
maison de vacances ; location eskall [éskâl] M Tp - Escalle ; Ecalles... (as. skáli)
toit, abri hud [hrud] F hude, *bijude, (as. hytte)
mauvaise maison, taudis bijhud [hrud] F bijude
ferme bu [bu] M Tp – Le Bû, Carquebut... (as. )
cour, terrasse bwel [bwel] F boel, bel

La RouteModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
chemin esträt [éstraé] M Tp – l’Estrée ; °estrat... (as. strǣt)
passage wegh [vwèïg] M Tp - Le Vey, Les Veys... (as. vei ; vegr ; weg)
route gata [gâtæ] F °gate ; Tp - *Houlgate (as. gata)
impasse bele [belæ] N bele, belle
trottoir, bas-côté berna [bernæ] F berne
voiture bann [bãn] M banne

Le TempsModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
soleil sòll [swol] M souol ; souolé... (as. sōl)
souffle de vent froid, brouillard glacé bllaze [blïâzæ] N bllâze (as. *blāsa)
vent hwintt [hrwĩntt] M
souffler (vent) hwintta [hrwĩntâ] V-a/ad/enk/at hintaer
averse wäskca [vwaéskïæ] F vouéchie (as. wæscan)
pluie kllave [klïâvæ] N (gall : glaw )
pleuvoir de-kllava [dé-klïâvâ] V-a/ad/enk/at décllavaer

Les DéplacementsModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
marcher walka (metath :.wakra) [vwâ.r.kâ] (ou [vwâkrâ]) V-a/ad/enk/at vacraer, vaucraer (as. wealcan ; valka) ; la métathèse du «r» (lui-même graphie fautive du «l» [ɾ]) est un phénomène linguistique courant en Normandie
aller, marcher gangja [gãngïâ] V-a/ad/enk/at ganchaer ; guenger
pressé / impatient bidr / bidar [bidr] / [bidar] adj bidarre, bidraé (as. *beðr, *biðr)
vite, rapidement esnel [ésnèl] adv °isnel (en néerlandais : snel)
déplacement fara [fâræ] F *hanfare (*°hamfara)
reculer bakka [bâkâ] V-a/ad/enk/at °baquer

La CommunicationModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
parler preskcia [préskïâ] V-ia/id/ink/it préchi (as. sprecan)
discuter de-gwethia [dé-gwéziâ] V-ia/id/ink/it dégouési, digouési (as. cweþan, kveða)
discussion gwett [gwèt] M *bacouette (as. cweþan , kveða)
bavardage badgwett / bagwett [bâdgwèt] / [bâgwèt] M bacouette
bavarder, chahuter badrassa [bâdrâssâ] V-a/ad/enk/at badrassaer (as. blaðra )
image blete [blètæ] N blet (norvégien : bilde)

La MerModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
mer have [hrâvæ] N *havenet ; *havetaoque... (as. hav)
océan sio [siô] M Tp – Sciotot (as. sjór)
port havr [hrâvr] M havre, °havene
bateau eskeidh [éskéi.r.] °escheir °eskei
embarcation bàtt [baot] M batel ; *°bautage
voile (de bateau) sigle [siglæ] N sigle (as. segl)
naviguer (à voile) sigla [siglâ] V-a/ad/enk/at siglaer (as. sigla)
bateau à voile ; drakkar esneke [ésnèkæ] N esnèque
bateau de charge ; péniche kenarr [kænarr] M °kenar ; °canar (as. knǫrr)
marin eskipr [éskipr] M esquipre, °eskipre

Les AnimauxModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
chien kinn [kĩn] M quin, kyin
loup ùlf [oulf] M *varouf, Ath – *Ozouf, *Marcouf (°*Marculf), *Ernouf... (as. Ulfr) La pronciation a le plus souvent évolué vers [ouf], ou parfois [oul]
chat katt [kâtt] M cat
cheval heròss [hrærwos] M *harousse ; *herousse (as. hross)
cheval de selle ; étalon estodh [éstô.r.] M °*Estohague, °*Etauhague... (as. stóð)
poisson fisk [fisk] (ou [fésk]) M Tp - Fécamp (°Fiscannus)
requin ha [hrâ] M hâ ; °har (as. hai)
abeille bi [bi] F Tp – *Bigard, *le Bigard (littéralement : « enclos des abeilles »)
guêpe wespr [vwèspr] M °wespre, vêpre
corbeau ; corneille kràk [kraô] F crâque ; crâke ; Tp – *Croixdalle (°Craudale) (as. crāwe)
serpent esnakk [ésnâk] M énac ; °esnac (as. snaca)

Les PlantesModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
arbre tref [tré] N *tref, *tréfouel (as. trē)
tronc (ou arbre, par extension) estokk [éstok] M étoc, °estoke
branche estigg [éstig] M étigue (as. stig)
branchette gwest [gwèst] M guêste, guézette (as. kvistr)
brindille estiggot [éstigô] M-dim étigot, estigot
pommier àpple [aop] N Tp – *Auppegard (*°Appelgart…), *Epégard (*°Alpegard)
poirier peräk [péraé] F Tp – plusieurs *Prétot (°*Piretot, °*Peretoth, °*Peretoht...) (as. pyriġ)
palme, rameau trigara [trigâræ] F trigare, trigasse (as. trjágrein)
paille estra [éstrâ] N (sans terminaison) étrâs, éstran... (as. strā)
herbe gru [gru] N *milgreu, *melgru... (as. gras)

La MusiqueModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
chant lur [lur] F *lurer
chanter lura [lurâ] V-a/ad/enk/at lurer, louorer
air, son, musique lanlur [lãnlurâ] F *launluraer
fredonner lanlura [lãnlurâ] V-a/ad/enk/at launluraer
refrain branlur [brãnlur] F branlure, braunlure
souffler, jouer d’un instrument à vent bllaza [blïâzâ] V-a/ad/enk/at *bllâzaer (as. blāsa)
cornemuse lùdh [lou.r.] M loure (as. lūðr)

Les ActionsModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION CATEGORIE NOTES DIVERSES
prendre, saisir tekkia [tékiâ] V-ia/id/ink/it *tèque
attraper happa [hrâppâ] V-a/ad/enk/at happaer, harpaer
lancer eslingia [éslĩngiâ] V-ia/id/ink/it élingui, élinguer
tirer, trainer qchose draga [drâgâ] V-a/ad/enk/at draguaer (as. draga)
jouer leika [léikâ] V-a/ad/enk/at *leican (as. leika)

Mots utilesModifier

Les PrépositionsModifier

FRANCAIS NORMANNESK PRONONCIATION NOTES DIVERSES
dans e [é]
hors de u [u] (as. ut) ; *ullac (= as. *utlaggi)
sur o [ô]
au-dessus ovre [ôvré] Tp – *Le Vrétot (°Ovretoth)
devant fòr [fwor] Tp – *Le Fourquet
par bi [bi] °« bi Goth ! » (ancien juron qui a donné l’adjectif « bigot » qualifiant les Normands)

Les PréfixesModifier

VALEUR NORMANNESK PRONONCIATION NOTES DIVERSES
mauvais wàl- [vwaol] Ex : valdrague, valingue, faim-valle, vaôgannaer, vaôvuer...
Imperfection, difficulté bij- [bij] (ou [béj]) Ex : bijude, bihore...
action de-
répétition ar- [âr] Ex : armindaer, etc.