Photographie/Personnalités/S/Jean-Louis Swiners

< Photographie‎ | Personnalités‎ | S(Redirigé depuis Jean-Louis Swiners)

Jean-Louis Swiners, né à Montreuil-sous-Bois le Modèle:1er avril 1935 a été, de 1957 à 1980, un photographe, photojournaliste, journaliste et publicitaire français.

Jean-Louis Swiners à Kribi (Cameroun) en 1962

Il est depuis 1980 conférencier et consultant.

Le photojournaliste, journaliste et publicitaireModifier

Après des études secondaires au Lycée Saint-Louis, à partir de 1957 Swiners fait partie de l'équipe des « photographes principaux » (au même titre que Édouard Boubat et Jean-Philippe Charbonnier) des mensuels Réalités, Réalités in America (New York), Entreprise et Connaissance des Arts.

En 1964, il abandonne la prise de vues et reprend ses études interrompues par la guerre d'Algérie. Il étudie au CELSA et l'EHESS de 1965 à 1980 sous la direction de Roland Barthes puis d'Algirdas Julien Greimas. Durant cette période il demeure fortement ancré dans le milieu du journalisme et de la photographie : il est journaliste à Planète (1966-1968), rédacteur en chef de Terre d'Images puis directeur commercial (1967-1974) du mensuel Photo, fondé par Roger Thérond en 1967, au sein du groupe de presse de Daniel Filipacchi.

Dès 1959, Swiners avait découvert le brainstorming lors d'une rencontre avec Alex Osborn, l'inventeur de cette méthode. De 1974 à 1980, il est directeur de création dans une agence de publicité.

Jean-Louis Swiners a fait partie du jury du Prix Nadar de 1980 à 2006. Membre des Gens d'Images, il est aussi l'un des quelques photographes vivants (avec Lucien Clergue et Yann Arthus-Bertrand) figurant dans le Who's Who en France.

Le consultant et conférencierModifier

À partir de 1980, il débute une seconde vie. Il invente le marketing de combat qui deviendra le Wwwarketing et se consacre à l'enseignement de la stratégie d'entreprise et du marketing stratégique à l'European Business School Paris et à HEC Executive Education, avec, en parallèle, une activité de consultant en entreprise, sur les sujets de la créativité, de l'innovation et du leadership[1].

En 1986, il est Chargé de conférence à l'École de Guerre (ex-Collège interarmées de défense|École supérieure de guerre), avec parution d’un article dans le bulletin de l'École, « Clausewitz, le marketing, les jeux à risque et la stratégie ».

Il s'intéresse à la sérendipité et à l'intelligence créative.

En 2006, il abandonne ses activités de consultant pour ne conserver que celles de conférencier international (il est membre de L’Association Française des Conférenciers Professionnels) en innovation créative et en créativité de combat et d’animateur de business-wargames qui deviennent des "boost-storming", bootcamps de stimulation de l’innovation, en entreprise.

PublicationsModifier

Jean-Louis Swiners est, avec Jean-Michel Briet, le co-auteur de trois livres :

  • Les 10 campagnes du siècle, Neuilly, R.V. Conseil, 1978.
  • Warketing : une autre vision de la stratégie, édition ESF, 1992.
  • L'intelligence créative : au-delà du brainstorming, éditions Maxima, 2004.

Prix et récompensesModifier

RéalisationsModifier

Grands reportagesModifier

  • 1961, Une vie de chien
  • 1962, L’ange de la Casbah
  • 1962, Cuba
  • 1962, Paris vu par un chien
  • 1962, Les harkis et les commandos de chasse en Algérie
  • 1964, L'Albanie
  • 1964, Le Néguev
  • Série de reportages sur deux ans pour la Société Navale Delmas-Vieljeux qui a donné lieu a une plaquette de prestige : Des navires et des hommes, dont :

Photographies célèbresModifier

  • Photo d'une centrale nucléaire russe (à la Une de France-Soir du 9 septembre 1957)


 
1957. Le plus grand synchro-cyclotron du monde, Doubna (près de Moscou)
  • Anya
  • Patrick (donné en exemple comme un des dix plus beaux tirages du siècle par Time-Life, The Print)
  • Mariage orthodoxe (Photography Year Book, 1959)
  • La petite fille de la rue Soufflot (dans Paris vu par un chien)
  • André Masson
  • Luis Bunuel
  • Les années fifties (le couple en Vespa) (couverture de L'Express)

Préfaces et articlesModifier

  • Préface de Nus de l'Inde, éditions Prisma, 1966.
  • Préface de Nus d'Israël, éditions Prisma, 1967.
  • « Problèmes du photojournalisme contemporain», Techniques graphiques, 1967.
  • « La Pub, Génie du marketing », Stratégies, 1979.
  • « Le marketing de combat », Direction et Gestion, 1980.
  • « Pourquoi tant de généraux perdent-ils tant de batailles ? », dans : Psychologie, novembre 1981, p. 32-35.
  • « Clausewitz, le marketing, les jeux à risque et la stratégie », dans : ESG Info, École Supérieure de Guerre, n° 13, avril 1986, p. 6-18.
  • « Concurrence et stratégie », Revue Française de Gestion, 1983.
  • « La sérendipité, exploitation créative de l'imprévu », Automates Intelligents, 2008.
  • « Le conundrum de l'innovation. Des conditions et de la contingence du succès d'une innovation », Le Cercle des Entrepreneurs du Futur, Nancy, 2009.

CollectionsModifier

ExpositionsModifier

  • 1962, exposition Prix Niépce au Cabinet des Estampes de la BNF
  • 1962, Galerie 28, Paris.
  • Grand Palais, Paris, ca. 1962
  • George Eastman House, Rochester, ca. 1965
  • Weltausttellung der Photographie, ca. 1970 (exposition collective itinérante par Karl Pawek)
Dans le catalogue : numéro 219 (Anya) et 346 (Sabine)

GalerieModifier

Articles biographiquesModifier

  • Portrait d'un pédagogue terroriste, Jean Lattès, Terre d'Images, numéro 6, juin 1965
  • La photographie humaniste, 1945-1968, Bibliothèque Nationale de France, 2006[3]
  • Article de Jean-Claude Gautrand dans le mensuel Le Photographe (numéro 1645, novembre 2006)
  • Article dans la revue de l'école Louis Lumière du Sel au Pixel, mai 2006,
  • « Les multiples vies de Jean-Louis Swiners » dans : Réalités. Un mensuel français illustré (1946-1978), de Anne de Mondenard et Michel Guerrin, Actes Sud / Maison Européenne de la Photographie, 2008, pp. 74-76.

Liens externesModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. http://www.intelligence-creative.com/
  2. La biographie contient une petite erreur : Swiners n'a pas couvert la guerre de Corée (1950-1953)
  3. : La biographie contient une petite erreur : Swiners n'a pas couvert la guerre de Corée (1950-1953).